xoriburu.info
Zooms

Zouzou pourra-t-il sortir de son terrier clandestin ?


Mercredi 3 Octobre 2012


Mardi dernier, la cour d'appel de Bordeaux a examiné l'affaire de Zouzou. Elle rendra sa décision le 13 novembre prochain sur un retour possible ou non du renardeau chez sa famille d'adoption.




C'était en 2010. Zouzou avait été trouvé au bord de la route. A ses côtés, sa mère étendue immobile. Zouzou était orphelin. Un homme qui passait par là a recueilli le très jeune animal et l'a installé dans son jardin, dans un enclos grillagé.

Car Zouzou est un animal, mais sauvage. Un renard en fait que la loi, comme tous les animaux sauvages, considère res nullius (sans propriétaire). Et la loi française ne permet pas de détenir un tel animal sans autorisation en France. Et très vite les autorités lèvent le lièvre : la famille d'adoption de Zouzou n'a pas cette autorisation.

Un an plus tard le sauvetage de Zouzou, la justice tranche : elle ordonne la confiscation du renard, avec exécution provisoire. Au grand dam de son foyer. Les gendarmes se rendent au foyer de l'animal. Mais Zouzou a disparu.

Zouzou vit aujourd'hui dans la clandestinité

Mardi, la cour d'appel de Bordeaux a rejugé l'affaire. Et le parquet général a demandé la confirmation du jugement rendu voilà un an pour détention non autorisée d'un animal non domestique.

L'avocat de la famille a demandé à la cour d'ajourner sa décision, le temps à la famille d'obtenir cette autorisation et ainsi le feu vert administratif pour détenir Zouzou. La cour rendra sa décision le 13 novembre prochain.

En attendant Zouzou vit dans la clandestinité. C'est finalement la fille de la maison qui a organisé sa fuite avec le comité de soutien qui s'est formé autour de cette histoire. La famille qui ne sait pas où Zouzou se terre a de ses nouvelles par sms.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 16:36 Pas de tracts contre les Animaliades



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement