xoriburu.info
Zooms

Zouzou pourra-t-il sortir de son terrier clandestin ?


Mercredi 3 Octobre 2012


Mardi dernier, la cour d'appel de Bordeaux a examiné l'affaire de Zouzou. Elle rendra sa décision le 13 novembre prochain sur un retour possible ou non du renardeau chez sa famille d'adoption.




C'était en 2010. Zouzou avait été trouvé au bord de la route. A ses côtés, sa mère étendue immobile. Zouzou était orphelin. Un homme qui passait par là a recueilli le très jeune animal et l'a installé dans son jardin, dans un enclos grillagé.

Car Zouzou est un animal, mais sauvage. Un renard en fait que la loi, comme tous les animaux sauvages, considère res nullius (sans propriétaire). Et la loi française ne permet pas de détenir un tel animal sans autorisation en France. Et très vite les autorités lèvent le lièvre : la famille d'adoption de Zouzou n'a pas cette autorisation.

Un an plus tard le sauvetage de Zouzou, la justice tranche : elle ordonne la confiscation du renard, avec exécution provisoire. Au grand dam de son foyer. Les gendarmes se rendent au foyer de l'animal. Mais Zouzou a disparu.

Zouzou vit aujourd'hui dans la clandestinité

Mardi, la cour d'appel de Bordeaux a rejugé l'affaire. Et le parquet général a demandé la confirmation du jugement rendu voilà un an pour détention non autorisée d'un animal non domestique.

L'avocat de la famille a demandé à la cour d'ajourner sa décision, le temps à la famille d'obtenir cette autorisation et ainsi le feu vert administratif pour détenir Zouzou. La cour rendra sa décision le 13 novembre prochain.

En attendant Zouzou vit dans la clandestinité. C'est finalement la fille de la maison qui a organisé sa fuite avec le comité de soutien qui s'est formé autour de cette histoire. La famille qui ne sait pas où Zouzou se terre a de ses nouvelles par sms.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement