xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

Vingt-et-un décembre 2017, un hiver médusant sur la côte basque


Jeudi 21 Décembre 2017


En ce premier jour hivernal, des méduses se sont échouées sur la côte basque, abandonnées sur le sable par la marée basse. Une présence plutôt inhabituelle en cette période de fin d'année.




Les méduses, la côte basque les connaît. Mais c'est surtout en été qu'elles viennent flotter entre deux eaux et s'échouer sur le sable et les rochers. Or aujourd'hui, ce vingt-et-un décembre 2017, elles ont pointé leur nez, du moins entre la plage d'Ilbarritz à Bidart et la côte des Basques à Biarritz. Transparentes, rosées, orangées... elles attendaient que la marée montante les ramène vers le grand large.

Prolifération des méduses ?

La science s'interroge sur leur prolifération. D'autant que leurs prédateurs, thons, tortues marines.. ne sont pas toujours d'attaque pour s'y attaquer. Surpêche d'un côté, disparition des lieux de ponte de l'autre.

Avec un point d'interrogation : quel est l'impact du réchauffement climatique, la modification des courants, la salinité, la température des océans. Enfin autre phénomène pointé du doigt : les méduses ne manquent pas de nourriture, le plancton, dont les rejets des produits phytosanitaires favorisent le développement.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement