xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Vautour percnoptère : plan de survie


Lundi 12 Janvier 2015


En dépit d'un premier plan national d'actions lancé en 2002, le vautour percnoptère reste fragile en France. Le ministère de l'Ecologie en propose donc un second. Un nouveau programme sur dix ans cette fois-ci dont la consultation publique est ouverte jusqu'au 30 janvier prochain.




En 2012, le centre de soins à la faune sauvage Hegalaldia relâchait un vautour percnoptère ©V.B.
En 2012, le centre de soins à la faune sauvage Hegalaldia relâchait un vautour percnoptère ©V.B.
C'est un drôle de petit vautour : à peine deux kilos tout mouillé, un mètre soixante dix d'envergure, une tête nue bouton d'or adulte... Son bec mince et effilé est incapable de tailler dans le cuir épais des grands mammifères. S'il veut y goûter, il attendra que de plus grands vautours se soient attaqués au cadavre. Autrement il saura se contenter d'insectes ou de petits animaux morts.

Le nouveau plan national d'actions en faveur du vautour percnoptère s'étendra sur dix ans

Le Vautour percnoptère connaît de mauvais jours. Si ses populations mondiales atteindraient entre 21 400 à 67 200 individus, elles sont en constant déclin. En Asie, elles ont chuté de 90% sur trois générations. En Europe où entre 3499 et 5161 couples nidifient, l'espèce décline globalement aussi. Et en dépit des actions menées en France et en Europe, l'espèce migratrice est marquée sur la liste rouge de l'Union internationale de la conservation de la nature : en danger d'extinction.

En France, ce vautour revient de loin. Si sa population a régressé ces soixante-dix dernières années, l'espèce a repris du poil de la bête dans les années 2000. Elle a fini par se stabiliser autour de 80 couples en 2004. Elle occupe le territoire sud du pays, répartie en deux noyaux. Le premier dans les Pyrénées, le second dans le sud-est. Pour autant, le vautour percnoptère reste fragile avec cent couples estimées l'an dernier.

Et c'est pour renverser la vapeur que le ministère de l'Ecologie a décidé de lancer un second plan national d'actions. Un premier l'avait été en 2002 pour cinq ans. Le nouveau programme sera déclinée sur dix ans avec sept objectifs en ligne de mire, a annoncé le ministère qui a lancé la consultation sur Internet depuis le 5 janvier dernier. Consultation qui sera fermée le 30 janvier 2015. :
- Améliorer la connaissance pour mieux gérer et mieux préserver le vautour percnoptère
- Préserver, restaurer et améliorer l’habitat
- Réduire et prévenir les facteurs de mortalité anthropiques
- Etendre l’aire de distribution et faciliter les échanges d’individus entre les noyaux de population
- Favoriser la prise en compte du plan dans les politiques publiques
- Favoriser son acceptation locale
- Coordonner les actions et favoriser la coopération pour la conservation du vautour percnoptère
- Faire le bilan et évaluer le plan.

Les objectifs qui se déclinent en actions concrètes s'appuieront sur un vaste réseau d'associations, d'établissements publics, parcs régionaux... Chaque action financée par un ensemble d'acteurs : Etats, Union européenne, collectivités locales, fondations ou mécénat.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement