xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Vautour percnoptère : plan de survie


Lundi 12 Janvier 2015


En dépit d'un premier plan national d'actions lancé en 2002, le vautour percnoptère reste fragile en France. Le ministère de l'Ecologie en propose donc un second. Un nouveau programme sur dix ans cette fois-ci dont la consultation publique est ouverte jusqu'au 30 janvier prochain.




En 2012, le centre de soins à la faune sauvage Hegalaldia relâchait un vautour percnoptère ©V.B.
En 2012, le centre de soins à la faune sauvage Hegalaldia relâchait un vautour percnoptère ©V.B.
C'est un drôle de petit vautour : à peine deux kilos tout mouillé, un mètre soixante dix d'envergure, une tête nue bouton d'or adulte... Son bec mince et effilé est incapable de tailler dans le cuir épais des grands mammifères. S'il veut y goûter, il attendra que de plus grands vautours se soient attaqués au cadavre. Autrement il saura se contenter d'insectes ou de petits animaux morts.

Le nouveau plan national d'actions en faveur du vautour percnoptère s'étendra sur dix ans

Le Vautour percnoptère connaît de mauvais jours. Si ses populations mondiales atteindraient entre 21 400 à 67 200 individus, elles sont en constant déclin. En Asie, elles ont chuté de 90% sur trois générations. En Europe où entre 3499 et 5161 couples nidifient, l'espèce décline globalement aussi. Et en dépit des actions menées en France et en Europe, l'espèce migratrice est marquée sur la liste rouge de l'Union internationale de la conservation de la nature : en danger d'extinction.

En France, ce vautour revient de loin. Si sa population a régressé ces soixante-dix dernières années, l'espèce a repris du poil de la bête dans les années 2000. Elle a fini par se stabiliser autour de 80 couples en 2004. Elle occupe le territoire sud du pays, répartie en deux noyaux. Le premier dans les Pyrénées, le second dans le sud-est. Pour autant, le vautour percnoptère reste fragile avec cent couples estimées l'an dernier.

Et c'est pour renverser la vapeur que le ministère de l'Ecologie a décidé de lancer un second plan national d'actions. Un premier l'avait été en 2002 pour cinq ans. Le nouveau programme sera déclinée sur dix ans avec sept objectifs en ligne de mire, a annoncé le ministère qui a lancé la consultation sur Internet depuis le 5 janvier dernier. Consultation qui sera fermée le 30 janvier 2015. :
- Améliorer la connaissance pour mieux gérer et mieux préserver le vautour percnoptère
- Préserver, restaurer et améliorer l’habitat
- Réduire et prévenir les facteurs de mortalité anthropiques
- Etendre l’aire de distribution et faciliter les échanges d’individus entre les noyaux de population
- Favoriser la prise en compte du plan dans les politiques publiques
- Favoriser son acceptation locale
- Coordonner les actions et favoriser la coopération pour la conservation du vautour percnoptère
- Faire le bilan et évaluer le plan.

Les objectifs qui se déclinent en actions concrètes s'appuieront sur un vaste réseau d'associations, d'établissements publics, parcs régionaux... Chaque action financée par un ensemble d'acteurs : Etats, Union européenne, collectivités locales, fondations ou mécénat.


Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement