xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Une chouette de nuit !


Jeudi 21 Mars 2013


Pourquoi les hiboux tournent-ils la tête dans tous les sens ? Qui est cette dame blanche qui dans la nuit hulule ? Samedi prochain, chouettes et hiboux vous attendent pour la nuit que leur consacrent plus de 400 animations organisées en France.




Une chouette de nuit !
Les chouettes et les hiboux sont décidément de drôles d’oiseaux. Ces rapaces nocturnes font leurs pelotes. Pas tant pour amasser des proies en vue de disettes futures que rejeter leurs poils, dents et os qu’ils ont digérées. Une à cinq fois toutes les 24 heures, ces oiseaux régurgitent par leur bec les restes indigestes sous forme de boulettes, appelées aussi pelotes de réjection.

Drôles d’oiseaux que ces chouettes et hiboux : ils ne construisent pas de nids, mais nichent surtout dans des troncs d’arbre, des trous dans des rochers, voire des murs... Certains n’hésitent pas à se faire coucous et investir des nids d’autres oiseaux, tels les corvidés. Plus à leur taille que ceux des moineaux. C’est en février et mars que mâles et femelles entament leurs parades nuptiales. Dans l’intimité du crépuscule et de la nuit tombée.

Qui n’a pas vu dans des dessins animés la tête de ces rapaces tournicoter ? Délires de scénaristes ? Que nenni : elle pivote sur 270 degrés ! Ils gardent ainsi un œil sur tout : leurs yeux ne peuvent pas bouger dans leur orbite : ils y sont immobiles.

Neuf espèces de chouettes et de hiboux

Les chouettes ont porté le mauvais œil. Les hommes les ont cloués à la porte de leurs maisons. Les hiboux des marais et les hiboux moyen-duc aiment à se rassembler l’hiver alors que le jour est levé. Les premiers à terre dans les hautes herbes, les seconds dans les arbres, des conifères souvent. Le petit-duc scops passe l’hiver au chaud au sud du Sahara dans la savane...

Les hiboux et les chouettes ne sont pas seulement ces oiseaux qui la nuit hululent. La France en accueille sur son territoire métropolitain neuf espèces nicheuses : l’effraie des clochers appelée aussi la dame blanche, la chevêche d’Athéna, le hibou moyen-duc, la chouette hulotte, le grand-duc d’Europe, la chevêchette d’Europe et la chouette de Tengmalm, le hibou des marais et enfin le petit-duc scops, le seul hibou à hiverner en Afrique.

Tous ont des us et coutumes spécifiques. Des us qui parfois les mettent en danger : Ainsi, « les jeunes nocturnes quittent le nid très tôt et continuent d’être nourris par les parents. Sans s’en rendre compte, de nombreuses personnes pensent bien faire en récupérant une jeune hulotte ou un petit-duc, alors qu’il faut au contraire les laisser sur place, ou les replacer en hauteur à l’abri des prédateurs terrestres », insistent les organisateurs.

Sorties, conférences... 400 animations sont organisées sur tout le territoire

La nuit de la chouette (1) organisée par la Ligue de protection des oiseaux et la Fédération des Parcs naturels régionaux de France existe justement pour rappeler au public l'existence de ces drôles de rapaces. Ce 23 mars prochain, plus de 400 organisations locales proposeront au grand public de découvrir leurs us et coutumes. Sorties nocturnes, conférences, diaporamas, expositions... seront autant d’occasions d’appréhender leur monde pas si nocturne que l’on peut croire.

Cette nuit-là, les animateurs initieront leur public à quelques gestes simples mais « chouettes qui peuvent aider hiboux et chouettes à se maintenir sur leur territoire. Dont l’un peut paraître incongru en ces temps où l’on se calfeutre chez soi : « laissez quelques ouvertures dans votre maison ou ses dépendances pour permettre un accès aux chouettes qui voudraient venir y nicher ». Explications ce 23 mars.



(1) Pour connaître les animations dans votre région cliquer ici. Pour le Pays Basque, consultez l'agenda de xoriburu.info

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement