xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Un remake des Oiseaux


Vendredi 7 Janvier 2011


Certains y ont vu un signe d’un prochain Apocalypse. D’autres un essai, grandeur oiseaux, sur les armes biochimiques… Il est vrai que constater une hécatombe d’oiseaux au petit matin sur la route de son boulot ou la pelouse de son jardin peut attiser toutes les histoires.




©xoriburu.info
©xoriburu.info
Cette histoire débute avec la nouvelle année. Alors que la nuit de la Saint-Sylvestre bat son plein à Bebee, une petite ville de l’Arkansas aux Etats-Unis, près de 5000 oiseaux tombent du ciel. Morts pour la plupart. Les habitants découvrent ainsi à terre des centaines de carouges à épaulette, d’étourneaux d’Europe, de quiscales bronzés et de vachers à tête brune. Deux jours plus tard, c’est en Louisiane qu’environ 500 oiseaux des mêmes espèces sont trouvés sans vie. Le 5 janvier, le phénomène a traversé l’Océan Atlantique. Le village de Falköping en Suède trouve une centaine de choucas sur une de ses routes.

Et curieuse coïncidence, les oiseaux n’ont pas été les seuls animaux à avoir laissé quelques plumes en ce début d’année. Des poissons ont perdu de nombreuses écailles le 1er janvier, à quelque 160 kilomètres de Bebee. Entre 50 000 et 100 000 individus dans les eaux de l’Arkansas.

Selon les premières déclarations vétérinaires, la mort des poissons et des oiseaux en Arkansas n’est en rien liée. Les poissons, tous de la même espèce, auraient été emportés par une maladie – ou pollution ? Il faudra attendre quelques semaines avant que les analyses ne portent leurs fruits.

« La mort massive d’oiseaux peut être provoquée par la faim, les tempêtes, la maladie, les pesticides, des collisions avec des structures construites par l’homme ou des dérangements du fait de l’homme, a observé Greg Butcher, directeur d’ Audubon, association américaine de conservation des oiseaux. Les scientifiques poursuivent leurs investigations en Louisiane et dans l’Arkansas, mais les premiers éléments indiquent que ce sont des incidents isolés qui ont été probablement causés par un dérangement et désorientation. »

Les scientifiques relèvent que les espèces concernées sur le territoire américain, la nuit, se réunissent en d’immenses dortoirs. Dortoirs qui peuvent compter jusqu’à 20 millions d’individus pour les étourneaux. Si l’un venait à être dérangé pendant la nuit, des milliers d’oiseaux s’envoleraient tous en même temps. De quoi ne pas se louper ! Les oiseaux auraient-ils été effrayés par des feux d’artifice ? Ou tout simplement par les perturbations météorologiques deux heures avant ?

Qu’en est-il en Suède ? Dans le journal suédois en anglais, The Local, le vétérinaire du conté évoque lui aussi l’effet dévastateur des feux d’artifice tirés la veille. Et de préciser que l’hiver a jusqu’ici été rude. Les oiseaux sont en manque de nourriture et donc plus faibles.

En Suède comme aux Etats-Unis, les autopsies se poursuivent. Ainsi que les analyses tant toxicologiques que virales, pour n’écarter aucune piste.

La mort en chaine d’animaux n’est pas si rare. Souvent l’homme se perd en conjecture sur les échouages de cétacés. Il n’hésite pas à évoquer des suicides, faute d’explications. Chez les poissons, les pollutions des cours d’eau sont pointées du doigt. Ou les canicules qui abaissent les taux d’oxygène dans l’eau. Pour les oiseaux, les dérangements ou les maladies. La dernière en date a été la grippe aviaire.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement