xoriburu.info
Zooms

Un chien pour pari


Jeudi 17 Janvier 2013


Que ne feraient pas les enfants pour avoir un chien ? Voici l’histoire d’une fratrie qui a interpellé le monde sur les réseaux sociaux pour convaincre ses parents. Chiche ! a répliqué le père.




L’histoire aurait pu déraper. Voilà qu’un père de famille tanné par ses enfants de reprendre un chien leur lance un pari : « Vous pourrez l’avoir si vous obtenez un million de "J’aime."  »

Les enfants prennent leur père au mot et se lancent dans le jeu. La fratrie se prend en photo, une pancarte devant elle : « Bonjour le monde, nous voulons un chiot Notre papa nous a dit que nous pourrions en avoir un si nous obtenions un million de "J'aime". Il pense que nous ne les aurons pas. Aussi aimez ceci ! »

La famille adoptera son chien

Sur sa page, la fratrie explique qu’elle a perdu son chien quelques mois plus tôt d’un cancer. Les deux sœurs aînées en souhaitent un nouveau, mais leurs parents y sont réticents. Les enfants remarquent un post sur le réseau social. Un frère et une sœur expliquent que leur père les laissera avoir un chien s’ils obtiennent une tonne de "J’aime". Ni une ni deux, la fratrie entreprend son père qui lance ainsi son défi.

Au fil des heures, les internautes cliquent sur le bouton qui ouvrira le sésame. Vite fait, la page recueille un million de « J’aime ». Les enfants ne sont pas seuls devant leur page puisque père et mère postent parfois des messages. La famille rappelle qu’elle n’achètera pas le chiot, mais l’adoptera.

Depuis, les propositions de placement de chiens de tous poils affluent. Pour autant la famille semble s’orienter vers un croisé labrador noir ou golden. « Nous ne voulons pas prendre la mauvaise décision. Laissez-nous un peu de temps. » Le pari ne lui a pas finalement fait perdre la tête.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 16:36 Pas de tracts contre les Animaliades



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement