xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Ubu à Grenade


Mardi 3 Mars 2015


Il ne fait pas bon de posséder des chiens qui donnent de la voix sous le soleil d'Andalousie. La main de la justice vient de s'abattre sur un de ces couples : 21 mois de prison ! Pas suffisant pour le parquet qui fait appel et en demande sept ! Explications.




Si votre chien aboie, évitez l’Andalousie ! Le tribunal de Granada vient de condamner un couple à 21 mois de prison et à 3000 euros de dommages et intérêts parce que leurs deux labradors auraient trop aboyé, dérangeant les voisins dont ils auraient angoissé les enfants durant leurs études.

Bien entendu, Nicolas et Immaculada, les deux honnêtes propriétaires des labradors blonds ne sont pas encore en prison, mais ça pourrait arriver ! Car l’affaire devient franchement ubuesque quand on sait que tout le monde a fait appel et dans quels buts.

L’accusation privée (partie civile), ne veut pas la prison pour les coupables, mais plus d’argent, la défense réclame la relaxe pure et simple, quant au parquet, l’accusation publique, il sort la grosse Bertha et réclame 7 ans de prison pour « atteinte à l’environnement ». S’il était suivi (il y a très peu de chances), les maîtres des chiens seraient incarcérés.

En fait, ces réclamations surréalistes sont la conclusion d’une enquête qui ne l’est pas moins. Un premier constat de la police avait conclu que Nala et Grita, les deux labradors incriminés, aboyaient effectivement beaucoup. Le deuxième constat avait établi l’inverse : les chiens n’aboyaient pas du tout.

La famille visée avait fait alors appel à un privé qui avait réalisé un DVD tendant à prouver que Nala et Grita ne pipaient ouah de la journée. Sans oublier les certificats de vétérinaires et d’éthologues établissant que les animaux visés par la plainte étaient gentils, aimables, affectueux, pas portés sur les vocalises, bref, qu’ils étaient normaux. Et pour couronner le tout, la fille du couple avait suspendu ses études pour lancer une pétition sur internet, et 66 000 signatures de protestation contre la condamnation avaient été recueillies.

Les magistrats d’appel se sont donné quelques jours de réflexion pour rendre leur verdict. On leur souhaite bien du courage !

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement