xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Tourne, tournepierre...


Mardi 27 Janvier 2015


Tourne et roule ma pierre... Par petite bande, à petits pas serrés, il écume les littoraux de l'Altantique. C'est le tournepierre à collier.




On compterait quelque 6000 tournepierres à collier hivernant sur les côtes françaises ©V.B.
On compterait quelque 6000 tournepierres à collier hivernant sur les côtes françaises ©V.B.
Dans le vent, ses courtes pattes orange accélèrent le pas. Le bec noir collé au sol, son corps dodu se presse d'un grain de sable à un autre, d'une herbe à une autre, d'un galet à un autre. C'est par petite bande que le tournepierre à collier avance sur le littoral basque, se nourrit, boit... bref vit. Et il ne faut pas chercher bien loin pour savoir pourquoi ce petit limicole porte si bien son nom.

Nidifuge, l'oisillon tournepierre à collier est capable de se nourrir seul dès l'éclosion de l'œuf

Le tournepierre à collier sait être opportuniste et trouve sa nourriture parmi les herbes ©V.B.
Le tournepierre à collier sait être opportuniste et trouve sa nourriture parmi les herbes ©V.B.
Sur la grève, le tournepierre tourne les pierres. Il les tourne pour trouver cachés sous elles les petits organismes marins dont il se nourrira : mollusques, crustacés et vers. Pas si bête l'oiseau poids plume : il pèse à peine cent grammes adulte. 23 centimètres de haut, 47 centimètres d'envergure.

Le dos strié ou moucheté, le ventre rondelet et blanc, il hiverne en France sur les côtes de l'Atlantique et les estuaires. Ce grand migrateur peut aller jusqu'à la pointe de l'Afrique pour passer les mauvais jours. On en compterait quelque six mille individus sur notre littoral. Et même s'il fréquente surtout la Bretagne, quelques bandes écument la côte basque. Les promeneurs les remarquent qui en vols serrés et petits pas, arpentent les plages, les digues, les rochers effleurant à marée base. Voire l'herbe où elles trouvent graines, insectes et larves.

Aux beaux jours, l'espèce regagne ses terres arctiques. Toujours les mêmes : les couples y sont fidèles. Dans l'herbe de la toundra ou à même le sol rocheux, la femelle y gratte son nid. A peine un creux garni de végétaux pour que ses quatre œufs y trouvent leurs assises. Trois semaines après le début de la couvaison, les oisillons sortent de leur coquille. Nidifuges (1), il leur faudra à peine vingt jours pour prendre leur envol.


(1) A l'encontre des oiseaux nidicoles, les oiseaux nidifuges mettent au monde des jeunes couverts de duvet et capables de quitter le nid dès que leurs œufs ont éclos. Ces oisillons sont capables de se nourrir seuls. Leurs parents peuvent leur donner un coup de main s'ils ont du mal à trouver leur alimentation..

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement