xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Tourne, tournepierre...


Mardi 27 Janvier 2015


Tourne et roule ma pierre... Par petite bande, à petits pas serrés, il écume les littoraux de l'Altantique. C'est le tournepierre à collier.




On compterait quelque 6000 tournepierres à collier hivernant sur les côtes françaises ©V.B.
On compterait quelque 6000 tournepierres à collier hivernant sur les côtes françaises ©V.B.
Dans le vent, ses courtes pattes orange accélèrent le pas. Le bec noir collé au sol, son corps dodu se presse d'un grain de sable à un autre, d'une herbe à une autre, d'un galet à un autre. C'est par petite bande que le tournepierre à collier avance sur le littoral basque, se nourrit, boit... bref vit. Et il ne faut pas chercher bien loin pour savoir pourquoi ce petit limicole porte si bien son nom.

Nidifuge, l'oisillon tournepierre à collier est capable de se nourrir seul dès l'éclosion de l'œuf

Le tournepierre à collier sait être opportuniste et trouve sa nourriture parmi les herbes ©V.B.
Le tournepierre à collier sait être opportuniste et trouve sa nourriture parmi les herbes ©V.B.
Sur la grève, le tournepierre tourne les pierres. Il les tourne pour trouver cachés sous elles les petits organismes marins dont il se nourrira : mollusques, crustacés et vers. Pas si bête l'oiseau poids plume : il pèse à peine cent grammes adulte. 23 centimètres de haut, 47 centimètres d'envergure.

Le dos strié ou moucheté, le ventre rondelet et blanc, il hiverne en France sur les côtes de l'Atlantique et les estuaires. Ce grand migrateur peut aller jusqu'à la pointe de l'Afrique pour passer les mauvais jours. On en compterait quelque six mille individus sur notre littoral. Et même s'il fréquente surtout la Bretagne, quelques bandes écument la côte basque. Les promeneurs les remarquent qui en vols serrés et petits pas, arpentent les plages, les digues, les rochers effleurant à marée base. Voire l'herbe où elles trouvent graines, insectes et larves.

Aux beaux jours, l'espèce regagne ses terres arctiques. Toujours les mêmes : les couples y sont fidèles. Dans l'herbe de la toundra ou à même le sol rocheux, la femelle y gratte son nid. A peine un creux garni de végétaux pour que ses quatre œufs y trouvent leurs assises. Trois semaines après le début de la couvaison, les oisillons sortent de leur coquille. Nidifuges (1), il leur faudra à peine vingt jours pour prendre leur envol.


(1) A l'encontre des oiseaux nidicoles, les oiseaux nidifuges mettent au monde des jeunes couverts de duvet et capables de quitter le nid dès que leurs œufs ont éclos. Ces oisillons sont capables de se nourrir seuls. Leurs parents peuvent leur donner un coup de main s'ils ont du mal à trouver leur alimentation..

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement