xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Tigre d’Asie : quand sonnera le glas…


Jeudi 16 Septembre 2010


Il est encore temps de sauver le tigre d'Asie, une îcone en cette année de la biodiversité. Une étude vient de paraître sur sa population qui l'évalue à 3500 individus.




Le tigre d'Asie est proche de l'extinction : il ne reste que 3500 animaux libres ©WCS/Julie Larsen Maher
Le tigre d'Asie est proche de l'extinction : il ne reste que 3500 animaux libres ©WCS/Julie Larsen Maher
Le tigre asiatique est mal en point. Très mal en point. Alors que depuis février, le calendrier chinois célèbre l’année du tigre, la population de cette espèce est proche de l’extinction en Asie.

Selon une récente étude parue sur le journal en ligne PLos Biology, il ne resterait que 3500 individus, dont à peine 1000 femelles, dans cette région du monde. Leur population est éclatée sur tout le contient asiatique. Les auteurs ont identifié 42 sites où vivent suffisamment de tigres pour assurer la pérennité de leur espèce. L’Inde abrite 18 de ces sites, l’île de Sumatra huit, l’extrême est de la Russie six. Les autres sont répartis entre la Malaisie, la Thaïlande, le Laos et le Bangladesh.

Selon les auteurs de cette étude, les programmes de conservation de cette espèce doivent privilégier ces 42 sites. Les gouvernements et les organisations internationales de conservation de la nature dépensent déjà environ 42 millions de dollars pour les préserver. Une rallonge de 35 millions de dollars par an serait payante. Elle permettrait de développer les mesures de protection, dont la lutte contre le braconnage, premier fléau dont est victime l’espèce.

Les auteurs tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Une alarme qui résonnera d’autant que le monde entier célèbre la biodiversité, et qu’en novembre prochain se tiendra une conférence en Russie sur l’espèce, rappelle l’organisation américaine WCS (World Conservation Society) qui a participé à l’étude.

En dépit des décennies d’efforts de conservation, les tigres continuent d’être menacés par la sur-chasse dont est victime l’espèce et ses proies, et par la perte et la fragmentation de leur habitat. Si rien n’est fait, le glas sonnera un jour pour l’espèce…

Les tiges restent pourchassés pour répondre au marché de la médecine traditionnelle © Kent Redford
Les tiges restent pourchassés pour répondre au marché de la médecine traditionnelle © Kent Redford
Les auteurs tirent une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Une alarme qui résonnera d’autant que le monde entier célèbre la biodiversité, et qu’en novembre prochain se tiendra une conférence en Russie sur l’espèce, rappelle l’organisation américaine WCS (World Conservation Society) qui a participé à l’étude.

En dépit des décennies d’efforts de conservation, les tigres continuent d’être menacés par la sur-chasse dont est victime l’espèce et ses proies, et par la perte et la fragmentation de leur habitat. Si rien n’est fait, le glas sonnera un jour pour l’espèce…

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement