xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Tigre au sommet de la dernière chance


Dimanche 21 Novembre 2010


3200, il ne resterait que 3200 tigres sauvages dans le monde. Pour sauver l'espèce de l'extinction, les treize Etats qui abritent encore des populations se réunissent pour cinq jours à Saint-Petersbourg en Russie. Le sommet de la dernière chance.




©Ifaw
©Ifaw
Le tigre de Bali, le tigre de Java et le tigre caspien. Trois sous-espèces de tigre ont disparu de la terre. Et ironie du sort, alors que le calendrier chinois place l'année 2010 sous le signe du tigre, semble sonner le glas pour une quatrième sous-espèce, le tigre de Chine du sud. Ironie du destin fait homme. Personne n'a aperçu un membre de cette sous-espèce depuis 1983. Elle se serait sans doute éteinte en raison du braconnage.

Un mauvais sort aurait-il été jeté sur l'espèce? En fait, l'extinction menace bien des mammifères carnivores. Loups, ours, lions, hyènes, panthères... et tigres ont face à eux un redoutable adversaire, l'homme. Non pas que ce dernier les tue à chacun de leurs pas. Mais ses activités pèsent sur leur vie et même la survie des espèces. Exploitation minière, déforestation et développement de cultures agricoles, expansion logique des infrastructures routières et urbanisation réduisent chaque année leur habitat. Le tigre n'y échappe pas.

Pendant des centaines d'années, la chasse au tigre a été un mets de roi. Aujourd'hui elle est interdite, l'espèce protégée sur tous les territoires où elle existe encore. Le tigre est sur la liste rouge de l'Union mondiale pour la conservation de la nature. Il est inscrit à l'annexe 1 de la Cites : le commerce international d'individus sauvages est interdit. De même celui des produits dérivés tels les os, les moustaches... Or ces derniers, même si la pharmacopée chinoise ne les utilise plus officiellement depuis 1993, restent très demandés. Pour leurs vertus médicinales, on se les arrache à prix d'or sur le marché noir alimenté par le braconnage. Selon un récent rapport du WWF et de Traffic, plus de 1.000 tigres ont été dépecés en une décennie. Et une dépouille de tigre peut se vendre jusqu'à 50 000 dollars selon l'organisation Traffic.

La lutte contre le marché noir alimenté par le braconnage va s'intensifier

“Ce crime tire le sonnette d’alarme” a indiqué Masha Vorontsova, Directrice d’IFAW en Russie alors qu'une patrouille anti-braconnage de l'ong découvrait le 16 novembre dernier un tigre abattu par des braconniers ©Ifaw
“Ce crime tire le sonnette d’alarme” a indiqué Masha Vorontsova, Directrice d’IFAW en Russie alors qu'une patrouille anti-braconnage de l'ong découvrait le 16 novembre dernier un tigre abattu par des braconniers ©Ifaw
Pour sauver ce qui peut l'être, les treize Etats (1) qui abritent encore des tigres ont décidé de redoubler leurs efforts de conservation. C'est à Saint-Pertersbourg, en Russie, qu'ils tiennent leur sommet du 21 au 24 novembre. L'objectif serait de doubler la population de tigre d'ici à 2022. Le choix de l'année n'est pas anodine : le tigre reviendra cette année-là dans le calendrier chinois.

Ces treize Etats ont déjà instauré des plans de protection de l'espèce sur leurs territoires respectifs. Des ong, tel Ifaw, soutiennent et même initient des actions de conservation et de sensibilisation. Mais le marché noir dont est victime le tigre emprunte des routes internationales. La lutte nécessite encore plus d'initiatives coordonnées multilatérales. Aussi lors du sommet, les pays donneront le coup d'envoi du Programme international pour la protection du tigre (GTRP). Un plan sur lequel ils travaillent depuis trente mois, en collaboration avec des organismes ou associatons. Parmi lesquels, la Banque mondiale, le Fonds pour l'environnement mondial, le WWF et l'Office des nations Unies contre la drogue et le crime.

Ce plan sera doté doté de 350 millions de dollars sur cinq ans. Il jouera sur deux leviers : la gestion de l'habitat du tigre et la lutte contre le crime organisé par un consortium international pour la protection du félin réunissant Interpol et les douanes des Etats concernés.

(1) Bangladesh, Bouthan, Birmanie,Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, RDP Laos, Malaisie, Népal, Russie, Thaïlande et Vietnam

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement