xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Tigre au sommet de la dernière chance


Dimanche 21 Novembre 2010


3200, il ne resterait que 3200 tigres sauvages dans le monde. Pour sauver l'espèce de l'extinction, les treize Etats qui abritent encore des populations se réunissent pour cinq jours à Saint-Petersbourg en Russie. Le sommet de la dernière chance.




©Ifaw
©Ifaw
Le tigre de Bali, le tigre de Java et le tigre caspien. Trois sous-espèces de tigre ont disparu de la terre. Et ironie du sort, alors que le calendrier chinois place l'année 2010 sous le signe du tigre, semble sonner le glas pour une quatrième sous-espèce, le tigre de Chine du sud. Ironie du destin fait homme. Personne n'a aperçu un membre de cette sous-espèce depuis 1983. Elle se serait sans doute éteinte en raison du braconnage.

Un mauvais sort aurait-il été jeté sur l'espèce? En fait, l'extinction menace bien des mammifères carnivores. Loups, ours, lions, hyènes, panthères... et tigres ont face à eux un redoutable adversaire, l'homme. Non pas que ce dernier les tue à chacun de leurs pas. Mais ses activités pèsent sur leur vie et même la survie des espèces. Exploitation minière, déforestation et développement de cultures agricoles, expansion logique des infrastructures routières et urbanisation réduisent chaque année leur habitat. Le tigre n'y échappe pas.

Pendant des centaines d'années, la chasse au tigre a été un mets de roi. Aujourd'hui elle est interdite, l'espèce protégée sur tous les territoires où elle existe encore. Le tigre est sur la liste rouge de l'Union mondiale pour la conservation de la nature. Il est inscrit à l'annexe 1 de la Cites : le commerce international d'individus sauvages est interdit. De même celui des produits dérivés tels les os, les moustaches... Or ces derniers, même si la pharmacopée chinoise ne les utilise plus officiellement depuis 1993, restent très demandés. Pour leurs vertus médicinales, on se les arrache à prix d'or sur le marché noir alimenté par le braconnage. Selon un récent rapport du WWF et de Traffic, plus de 1.000 tigres ont été dépecés en une décennie. Et une dépouille de tigre peut se vendre jusqu'à 50 000 dollars selon l'organisation Traffic.

La lutte contre le marché noir alimenté par le braconnage va s'intensifier

“Ce crime tire le sonnette d’alarme” a indiqué Masha Vorontsova, Directrice d’IFAW en Russie alors qu'une patrouille anti-braconnage de l'ong découvrait le 16 novembre dernier un tigre abattu par des braconniers ©Ifaw
“Ce crime tire le sonnette d’alarme” a indiqué Masha Vorontsova, Directrice d’IFAW en Russie alors qu'une patrouille anti-braconnage de l'ong découvrait le 16 novembre dernier un tigre abattu par des braconniers ©Ifaw
Pour sauver ce qui peut l'être, les treize Etats (1) qui abritent encore des tigres ont décidé de redoubler leurs efforts de conservation. C'est à Saint-Pertersbourg, en Russie, qu'ils tiennent leur sommet du 21 au 24 novembre. L'objectif serait de doubler la population de tigre d'ici à 2022. Le choix de l'année n'est pas anodine : le tigre reviendra cette année-là dans le calendrier chinois.

Ces treize Etats ont déjà instauré des plans de protection de l'espèce sur leurs territoires respectifs. Des ong, tel Ifaw, soutiennent et même initient des actions de conservation et de sensibilisation. Mais le marché noir dont est victime le tigre emprunte des routes internationales. La lutte nécessite encore plus d'initiatives coordonnées multilatérales. Aussi lors du sommet, les pays donneront le coup d'envoi du Programme international pour la protection du tigre (GTRP). Un plan sur lequel ils travaillent depuis trente mois, en collaboration avec des organismes ou associatons. Parmi lesquels, la Banque mondiale, le Fonds pour l'environnement mondial, le WWF et l'Office des nations Unies contre la drogue et le crime.

Ce plan sera doté doté de 350 millions de dollars sur cinq ans. Il jouera sur deux leviers : la gestion de l'habitat du tigre et la lutte contre le crime organisé par un consortium international pour la protection du félin réunissant Interpol et les douanes des Etats concernés.

(1) Bangladesh, Bouthan, Birmanie,Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, RDP Laos, Malaisie, Népal, Russie, Thaïlande et Vietnam

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement