xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Tête haute les chiens !


Lundi 29 Avril 2013


Haut la tête les chiens... Hier à la Ficoba d'Irun, des centaines d'entre eux ont défilé pour les beaux yeux de leurs propriétaires qui ont vu miroiter devant leurs yeux les coupes promises. C'est un chow-chow à la langue bleue qui a reçu la récompense suprême, la coupe du Roi, lors de cette exposition internationale canine. Résumé en images et en mots de cette journée 2013




Tête haute les chiens !
L'immense salon est pour ainsi dire vide. Perdus sur l'immense tapis bleu, un chien blanc, un jeune homme agenouillé à ses côtés. Le temps paraît suspendu. Un peu plus loin, un autre homme qui dans ses longues foulées entraîne deux chiens. Instant de détente ? Non. Bien au contraire. Il les entraîne à défiler. Défiler devant un juré canin imaginaire. Pour plus tard. Quand viendra leur tour. Dans un petit coin, une petite table. Une petite chaise. Un troisième homme silencieux. Sur la petite table, un petit chien. Un yorkshire aux aguets. Papillotes dans les poils. « Nous attendons notre tour. Là-bas dans l'autre salon » explique l'homme. Ils attendent dans le calme le plus absolu.



Deux cents races s'affrontent sur les tapis bleus d'honneur

Les chiens de la reine d'Angleterre ont parcouru plus de mille kilomètres ©V.B
Les chiens de la reine d'Angleterre ont parcouru plus de mille kilomètres ©V.B
Dans l'autre salon, le silence n'est plus : les voix bruissent de mille feux. Des chiens partout. De tout poil. De toute couleur. De toute taille. Les dogues allemands la tête dépassant la taille des gens. Les chihuahuas et levrettes dans les bras de leurs accompagnateurs. Les mastiffs mollement affalés sur le sol. Les chiens de chasse à l'affût du mouvement.

Dimanche après-midi, il est déjà 16 heures. Dans le dernier salon de la Ficoba à Irun, une flopée de coupes miroitent. Elles miroitent depuis tôt ce matin sous les yeux des hommes, des femmes et de adolescents qui ont inscrit leurs animaux à cette exposition internationale canine organisée par la société canine du Gipuzkoa. Ce soir, ce sont les yeux des derniers élus qui miroiteront dans ces coupes tentatrices.

Certains ont avalé les kilomètres pour y présenter leurs chiens. « Nous arrivons de Normandie confirme ainsi cette femme. Aucun ne m'appartient : je le fais pour le compte d'autres propriétaires. Une autre personne présente en ce moment l'un des miens en France. » A ses côtés, les uns dans leur caisse de transport, les autres à ses pieds, cinq Welsh gorgi Pembroke, « les chiens de la reine d'Angleterre » confirmera-t-elle à une visiteuse.

Les éleveurs français viennent ici chercher des lauriers internationaux.«  Nous sommes en exposition tous les quinze jours ajoute la dame. Après le Pays Basque, j'irai sans doute en Italie... Pour la femelle, c'est terminé : je crois que le juge n'a pas aimé sa peau du ventre un peu tombante. mais c'est normale : elle a neuf ans et a eu des petits. » Haussement des épaules. La course aux titres a ses déconvenues.

Un chow-chow gagne la coupe du Roi à Irun

Le mâtin des Pyrénées reçoit la coupe de la meilleure race espagnole ©V.B
Le mâtin des Pyrénées reçoit la coupe de la meilleure race espagnole ©V.B
Groupe 1. Groupe 2. Groupe 3.... Les groupes et les races canines défilent. Du moins les représentants à quatre pattes les meilleurs d'entre eux sélectionnés plus tôt dans la matinée. Tête haute les chiens. Tête enlacée par un lacet par lequel leurs accompagnateurs les dirigent sur l'immense ring bleu. Au trot les chiens que l'œil averti des juges dissèque. En deux temps trois mouvements, les verdict tombent. Numéro trois. Numéro deux... et le champion qui sous les exclamations de joie montent sur le podium.

Puis vient le tour des coupes toutes races confondues. Celle du meilleur couple, du meilleur lot d'élevage, du meilleur vétéran, du meilleur jeune espoir, du meilleur chiot et de la meilleure race espagnole. Jeans ou costume trois pièces. Pantalons ou jupe noire... Les accompagnateurs canins ont des visages multiples. Certains professionnels jusqu'au bout de leurs doigts. Les autres amateurs avertis.

C'est un mâtin des Pyrénées qui sera champion des races espagnoles, un bulldog anglais le plus beau des chiots, deux dandie dinmont terrier, le gagnant des couples, des boxers les élus pour le meilleur lot d'élevage, Un Lakeland terrier le plus bel espoir, un berger australien le meilleur vétéran... L'ultime couronne, la coupe du Roi, sera décerné à un chow-chow à la langue bleue.

L'après-midi s'est éteinte. Rapidement, les derniers chiens et éleveurs regagnent leurs véhicules alors que les agents d'entretien refont une beauté aux tapis bleus d'honneur. Entre le pont Saint-jacques et le parvis de la Ficoba, un petit chien trotte aux côtés d'un vieil homme qui pousse devant lui le chariot de sa vie. Tête haute. Une autre vie de chien.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement