xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Tempêtes : les oiseaux y perdent des plumes


Mercredi 26 Février 2014


Les tempêtes ne désarment pas sur le golfe de Gascogne. De la côte cantabrique au littoral anglais, les oiseaux marins s'échouent en masse. La Lpo appelle à la vigilance ce week-end et organise un quatrième week-end de comptage sur le littoral.




Hier encore, mercredi 26 février, cinq cadavres de guillemots sur la plage d'Ilbarritz ©V.B.
Hier encore, mercredi 26 février, cinq cadavres de guillemots sur la plage d'Ilbarritz ©V.B.
Petite balade cet après-mid sur la plage d'Ilbarritz entre deux averses. Sur le sable, cinq cadavres de guillemots de Troïl laissés par la marée descendante. Ces cinq cadavres ne sont que la partie émergée de l'iceberg qu'est l'hécatombe des oiseaux marins dans le golfe de Gascogne.

Plus de 24 000 oiseaux trouvés sur les plages françaises

La Lpo a dressé un lourd bilan hier mercredi des animaux échoués sur le littoral, entre la Côte basque et le Finistère sud : au 24 février 2014, plus de 21 000 oiseaux morts et 2 784 accueillis dans des centres de sauvegarde habilités les soigner.

Globalement ce sont les macareux moines qui ont payé le plus lourd tribut : plus de 12 229 individus. Suivis par le Guillemot de Troïl (5 443 individus) et le Pingouin torda (376 individus). « Près de 3 900 oiseaux ont été dénombrés en Loire-Atlantique, 4 557 en Vendée, 6 174 en Charente-Maritime et 3 651 en Aquitaine. » précise la Ligue qui avait appelé ces trois derniers week-end à compter les échouages. Un comptage qui a rassemblé plus de 500 bénévoles sur les plages.

Plus de 24 000 oiseaux du grand large donc que les tempêtes successives ont affamé, déshydraté et finalement tué. Encore est-ce sans compter les cadavres que l'océan déchaîné a gardé dans ses entrailles. « De nombreux oiseaux flottants au large des côtes ont été signalés par les marins-pêcheurs. Autant dire que le bilan encore provisoire, risque de s’alourdir dans les prochains jours ! »

De la Cantabrie à l'Angleterre, les échouages sont massifs

Ces échouages ne s'arrêtent pas aux côtes françaises. Outre Bidassoa, l'association SEO/Birdlife a aussi arpenté les plages de la Cantabrie ou du Gipuzkoa. Une cinquantaine de bénévoles ont ratissé 52 kilomètres de plages cantabriques et trouvé 200 cadavres. Soit 4,6 oiseaux morts par kilomètre de plage a établi l'ong, « un taux extrêmement élevé qui nous donne une idée de l'amplitude du phénomène dû aux tempêtes. »

Et SEO de poursuivre : le centre de sauvegarde de la faune sauvage de Cantabrie a accueilli 51 oiseaux vivants, tous montrant des symptômes de dénutrition et d'épuisement.

Au Gipuzkoa, sur les plages de Getaria, d'Orio ou de Zumaia, les ornithologues ont eux aussi des cadavres depuis le début du mois.

Les côtes anglaises ne sont pas plus épargnées. Des centaines d'oiseaux marins y sont jetés par les vagues : guillemots de Troïl, mouettes tridactyles et pingouins tordas.

Le centre de soins de la Rspca a même récupéré une quarantaine de jeunes macareux moines autour du 11 février. Des individus échoués sur des plages du Somerset. Or l'espèce ne fréquente généralement pas les plages du comté. « On pense que ces jeunes ont été poussés par les vents, avait alors commenté la société royale de protection des animaux. Ils doivent venir de colonies installées à Lundy, North Devon, Skomer ou Pembrokeshire. » Les oiseaux n'étaient pas en mauvais état, juste désorientés.

La Lpo appelle à porter secours aux oiseaux ce week-end

Dans les prochains jours, les vents et la houle devraient reprendre des forces d'après les prévisions météorologiques. Compte tenu de l'importante mobilisation de bénévoles et en raison des échouages successifs, la Lpo a décidé de poursuivre les prospections et lance un nouvel appel à la mobilisation durant les week-ends du 1-2 et 8-9 mars 2014. « L’objectif ? Evaluer ce phénomène rarissime et permettre aux oiseaux encore vivants d'être récupérés et acheminés le plus rapidement possible vers les centres de sauvegarde les plus proches. »

Mais attention au phénomène de vagues-submersion. la houle sera encore particulièrement forte ce week-end.

Et la Lpo de poursuivre : « Pour participer, il vous suffit d’aller prospecter une portion de littoral, d’y recenser les oiseaux échoués, de marquer les cadavres d’une ficelle à la patte (afin d’éviter les doubles comptages) et d'informatiser les données. Un animal échoué peut être porteur d’organismes pathogènes, il est très important d’utiliser au minimum une paire de gants jetables en cas de contact. Les oiseaux échoués retrouvés vivants doivent être transférés le plus rapidement possible vers les centres de sauvegarde. En raison des grandes marées et en fonction des conditions météorologiques et des consignes des préfectures, il est préférable de prospecter les plages à marée descendante (environ 2h30 après la marée haute). »


Les macareux des Sept-îles auront-ils été épargnés ?

Quels impacts aura ce mauvais hiver sur les populations de macareux, de guillemots ou de pingouins tordas. Il est encore trop tôt pour le dire. Ces espèces ne sont pas menacées. Cependant elles ne quitteront le golfe de Gasgogne pour regagner leurs colonies où elles se reproduisent qu'au printemps prochain. Les ornithologues alors pourront faire les comptes.

Mais « Nous sommes préoccupés par la colonie installée aux sept îles en Bretagne, explique Nicolas Legendre, responsable de programme à la Lpo. Une colonie qui en été compte 240 couples. Et c'est la colonie la plus méridionale des macareux moines. Les adultes hivernent en ce moment eux aussi sur le golfe de Gascogne ! Auront-ils été épargnés ou comptent-ils parmi les cadavres que nous avons trouvés ? Nous le saurons au printemps ! »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement