xoriburu.info
Zooms

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis


Jeudi 12 Mars 2015


Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.




Le 19 janvier dernier, le New York Times révélait l'horrible réalité qu'ont connue des centaines d'animaux de ferme dans un centre de recherches, le U.S. Meat Animal Research Center, Usmarc, dans le Nebraska. Le but de ses recherches : produire des veaux, vaches, cochons ou agneaux les plus performants possibles afin que l'industrie agroalimentaire en tire tous les bénéfices.

Députés et sénateurs déposent une proposition de loi relative au bien-être animal dans la recherche agricole

Les chercheurs ont poussé les truies à doubler leurs portées et des centaines de porcelets, trop faibles, sont morts écrasés par le poids de leurs mères. Ils ont poussé les vaches à mettre au monde des jumeaux, voire des triplets qui sont nés difformes ou faibles au point d'en mourir.

ils ont poussé l'élevage extensif des ovins jusqu'au-boutisme : dans les pâturages, les brebis ont donné naissance à des agneaux sans surveillance et des milliers d'agneaux ont été laissé sans soins à, dès les premières heures de leur courte vie, devoir se battre contre la nature : les prédateurs, les intempéries et la faim !

La réaction de s'est pas faite attendre. Les associations américaines de protection animale ont crié au scandale et des représentants des deux chambres des Etats-Unis, dès le 5 février dernier, déposaient une proposition de loi relative au bien-être animal dans les centres de recherches agricoles. Une proposition appelée Aware Act.

Le 9 mars dernier, le département de l'agriculture des Etats-Unis, USDA, pondait un rapport sur ce qui s'était passé à l'Usmarc. Un rapport qui selon l'association américaine de protection animale ASPCA « tente de balayer sous le tapis son échec à contrôler la recherche animale à Usmarc. Pendant treize ans, l'Usmarc a ignoré le réglement interne qui requiert que les projets de recherche animale soient examinés afin de déterminer s'ils sont nécessaire et de réduire la souffrance. »

L'association appelle ses concitoyens à demander à leurs députés et sénateurs de soutenir le Aware Act et d'interpeller le département de l'agriculture qui soumet son rapport à à leurs commentaires jusqu'au 18 mars prochain.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement