xoriburu.info
Zooms

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis


Jeudi 12 Mars 2015


Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.




Le 19 janvier dernier, le New York Times révélait l'horrible réalité qu'ont connue des centaines d'animaux de ferme dans un centre de recherches, le U.S. Meat Animal Research Center, Usmarc, dans le Nebraska. Le but de ses recherches : produire des veaux, vaches, cochons ou agneaux les plus performants possibles afin que l'industrie agroalimentaire en tire tous les bénéfices.

Députés et sénateurs déposent une proposition de loi relative au bien-être animal dans la recherche agricole

Les chercheurs ont poussé les truies à doubler leurs portées et des centaines de porcelets, trop faibles, sont morts écrasés par le poids de leurs mères. Ils ont poussé les vaches à mettre au monde des jumeaux, voire des triplets qui sont nés difformes ou faibles au point d'en mourir.

ils ont poussé l'élevage extensif des ovins jusqu'au-boutisme : dans les pâturages, les brebis ont donné naissance à des agneaux sans surveillance et des milliers d'agneaux ont été laissé sans soins à, dès les premières heures de leur courte vie, devoir se battre contre la nature : les prédateurs, les intempéries et la faim !

La réaction de s'est pas faite attendre. Les associations américaines de protection animale ont crié au scandale et des représentants des deux chambres des Etats-Unis, dès le 5 février dernier, déposaient une proposition de loi relative au bien-être animal dans les centres de recherches agricoles. Une proposition appelée Aware Act.

Le 9 mars dernier, le département de l'agriculture des Etats-Unis, USDA, pondait un rapport sur ce qui s'était passé à l'Usmarc. Un rapport qui selon l'association américaine de protection animale ASPCA « tente de balayer sous le tapis son échec à contrôler la recherche animale à Usmarc. Pendant treize ans, l'Usmarc a ignoré le réglement interne qui requiert que les projets de recherche animale soient examinés afin de déterminer s'ils sont nécessaire et de réduire la souffrance. »

L'association appelle ses concitoyens à demander à leurs députés et sénateurs de soutenir le Aware Act et d'interpeller le département de l'agriculture qui soumet son rapport à à leurs commentaires jusqu'au 18 mars prochain.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement