xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Sare ouvre le bal des chauves-souris


Vendredi 26 Juillet 2013


Plonger en pleine obscurité dans le monde des chauves-souris. C'est ce que proposent aujourd'hui les Grottes de Sare dans le cadre de la Nuit internationale de la chauve souris.




©Grottes de Sare
©Grottes de Sare
Souvent au détour d’un réverbère, alors que la nuit est tombée sur la petite ville de la côte basque, une silhouette furtive fend les airs. Elle tourne et tournoie dans l’obscurité que le halo lumineux ne parvient pas à chasser. L’être de la nuit va-t-elle se prendre dans les cheveux comme le pensaient les plus anciens ?

Que nenni, la chauve-souris, puisque c’est d’elle dont il s’agit, ne s’accroche pas dans la chevelure des femmes pour les emmener on ne sait où. En enfer peut-être ! La chauve-souris n’est pas aveugle : elle voit avec ses yeux et ... se oreilles. Car parmi ces espèces de la nuit, nombreuses sont celles qui s’orientent et chassent à l’aide de l’écholocalisation. Un système comparable au sonar.

Les grottes de Sare célèbrent la Nuit internationale de la chauve-souris

Sare ouvre le bal des chauves-souris
Malfaisantes les chauves-souris ? Les apriori ont la vie dure. Et les chauves-souris encore la vie menacée. Car si certaines menaces ont reculé, comme l’utilisation des pesticides les plus toxiques, d’autres voient le jour : pollution lumineuse, éoliennes... Et c’est pour lutter pour leur survie que depuis dix-sept ans une quarantaine de pays participent à la Nuit internationale de la chauve-souris. Une manifestation coordonnée par Eurobats, secrétariat de l’accord européen relatif à la protection des chiroptères.

Cette année, cette nuit tombe officiellement les 24 et 25 août. Deux nuits pendant lesquelles des centaines de manifestations sont organisées pour sensibiliser le public à ces précieux auxiliaires de la biodiversité.

Au Pays Basque, ce sont les grottes de Sare qui cet été ouvrent le bal. Appelées aussi Lezea, ces grottes abritent treize des trente-quatre espèces de chauves-souris que la France accueille sur son territoire métropolitain. Un site référencé comme habitat d’intérêt international pour ses chiroptères. Il est suivi par le Cen, Conservatoire des Espaces Naturels d’Aquitaine et le GCA, Groupe Chiroptère Aquitaine)

C’est dans ce cadre que ce soir Tangi Le Moal du Cen animera une sortie à leur découverte. Dès 20 heures, le public pourra observer des chauves-souris à l'entrée de la grotte, visualiser un film et un diaporama leur étant dédié et découvrir les travaux consacrés aux chauves-souris cavernicoles à Sare.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement