xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Saint-Sébastien : la lapidation du chien peut lui coûter onze mois de prison


Samedi 21 Août 2010


Un homme accusé d'avoir lapidé un chien en 2008 risque onze mois de prison. Il n'en était pas à ses premiers actes de mauvais traitements.




Les mauvais traitements à l'encontre des animaux sont passibles de sanctions judiciaires
Les mauvais traitements à l'encontre des animaux sont passibles de sanctions judiciaires
Outre-Pyrénées, la Justice du Guipuzkoa ne badine pas avec les actes de mauvais traitements ou actes de cruauté à l'encontre des animaux. Vendredi dernier, à Saint-Sébastien, le tribunal jugeait un homme qui, en 2008, avait lapidé un chien alors que ce dernier se tenait chez lui, ou plus exactement, sur un terrain appartenant à son maître.

L'animal s'en était sorti avec deux fractures à la mâchoire et une forte hémorragie. Son état avait nécessité une intervention chirurgicale. Les soins s'étaient montés à plus de 1260 euros.

Ce n'était pas la première fois que l'homme se livrait à de tels actes. Dans le passé, et à plusieurs reprises, il avait jeté des pierres aux chiens du même propriétaire.

Le Ministère public a requis onze mois d'emprisonnement pour actes de mauvais traitement à l'encontre d'un animal domestique. Et demandé des dommages et intérêts pour le propriétaires du chien à hauteur de 1260 euros. Par ailleurs, l'homme pourrait aussi se voir interdire d'exercer toute activité en relation avec les animaux pendant trois ans.

En France, les actes de mauvais traitements sont sanctionnés par une contravention de 4è classe. L'amende peut s'élever à 750 euros, sans préjugé des dommages et intérêts qui peuvent être requis. Les actes de cruauté, les sévices graves ou de nature sexuelle sont des délits et relèvent des tribunaux correctionnels. Ces actes sont punis de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Le tribunal peut interdire la détention d'un animal, à titre temporaire ou définitif.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement