xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Rois dans les tempêtes


Lundi 4 Octobre 2010


Dans les plus grandes tempêtes, les princes des airs s'abîment. Leurs corps épuisés échouent sur les côtes. Mais il est des menaces plus sombres : les activités humaines et leurs pollutions. Pour préserver les populations des oiseaux de mer, des zones protégées naissent. Au large de Biarritz, celle du Bouccalot et de la Roche ronde.




Au large des plages biarrotes, les princes des nuées ©xoriburu.info
Au large des plages biarrotes, les princes des nuées ©xoriburu.info
Dans les bourrasques et les tempêtes, les princes des nuées osent tout. Ailes déployées, ils filent dans les vents, remontent les courants et défient les rêves des hommes. Si dans les plus fortes tourmentes, certains de ces oiseaux laissent parfois la vie, c'est à l'homme qu'ils doivent leurs plus sérieuses blessures.

Charles Baudelaire sut nous en parler de ces albatros, rois de l'azur, victimes d'autres temps : "Souvent, pour s'amuser, Les hommes d'équipage prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, Qui suivent indolents compagnons de voyage, Le navire glissant sur les gouffres amers." Temps révolus...

Luis Sepúlveda sut nous décrire ces mouettes victimes des marées noires d'aujourd'hui. Temps présents...

Aussi pour protéger leurs populations malmenées par les activités humaines et leurs pollutions, ces mêmes hommes tentent de préserver certains de leurs territoires. C'est ainsi que l'Union européenne a défini une arme : le réseau Natura 2000 et ses deux directives "Oiseaux" et "Habitats faune flore".



Sur la côte basque, outre sa corniche, il existe au large de Biarritz une de ces zones de protection spéciale classée comme telle en avril 2006.
Deux cent quarante-cinq hectares à deux pas des plages autour des rochers à qui l'on a donné le nom de Bouccalot et de Roche Ronde. Inaccessible à l'homme, le site offre aux oiseaux de mer l'abri propice à leur reproduction ou leur simple repos pendant leur migration. Certains navigateurs y ont perdu la vie.

Le cormoran huppé et le plongeon catmarin peuvent y hiverner. Le bécasseau violet et le tournepierre à collier savent y résider. Le goéland leucophée et l'océaniste tempête s'y risquent à s'y reproduire...
Si par temps de tempête, seules des ombres, silhouettes arc-boutées, survolent les flots en furie, le calme revenu, ces ombres-là peuvent prendre prendre nom. Une paire de jumelle, un brin de patience, un coup de chance...
©xoriburu.info
©xoriburu.info

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement