xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Rencontres à Lurrama


Vendredi 19 Octobre 2012


Alors que les écoliers ouvraient grands leurs yeux devant les animaux de Lurrama pour cette première journée de salon, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture est venu débattre de l'avenir de l'agriculture avec Aurélie Trouvé, José Bové et Mixel Berhocoirigoin.




Monsieur ! Monsieur ! Il sort comment le lait ? Devant une flopée d’écoliers, une bien jolie vache montbéliarde pie blanc et marron, et son éleveur. L’heure n’est pas à la traite. Il est 15h30 en cet après-midi de vendredi. Lurrama a ouvert ses portes ce matin et les écoles primaires y ont envoyé leurs élèves, encadrés par leurs professeurs des écoles. Et ils sont des dizaines ces écoliers qui vont d’un atelier à un autre, d’une brebis manex tête noire au pottok.

Devant une jolie montbéliarde, Stéphane Le Foll croise les écoliers

La jolie montbéliarde réjouit les enfants ©V.B
La jolie montbéliarde réjouit les enfants ©V.B
« Si elle veut bien ! » rétorque l’animateur des lieux réjoui. Les traites mécaniques n’ont pas effacé des mémoires humaines les gestes d’hier. L’éleveur répond de bonne grâce à la demande de l’élève et un jet de lait sort du pis de la vache.

Quelques minutes plus tôt, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture s’était arrêté devant la même scène. Les montbéliardes ont leur caractère s’était-il exclamé alors que l’éleveur tentait d’amener l’animal en question devant lui. Après une entrevue avec les agriculteurs béarnais plus tôt le matin, le ministre est venu ainsi à la rencontre du Pays Basque à Lurrama. Lurrama, le salon organisé par l’association Euskal Herriko Laborantza Ganbara qui promeut l’agriculture paysanne et durable, respectueuse des hommes et de la nature.

Stéphane Le Foll n’allait pas simplement rencontrer les producteurs basques ou aveyronnais invités par le salon. Il allait participer à une table ronde en compagnie de José Bové, vice-président à la commission agriculture et développement rural du Parlement européen., Aurélie Trouvé, économiste, Co-présidente d’Attac France, Marraine de Lurrama 2012 et Mixel Berhocoirigoin, président de EHLG. Le débat promettait dont le thème était « Quelle répartition des aides pour quelle politique agricole et alimentaire ».

La réforme de la Politique agricole commune implique aussi les hommes et les animaux

La table ronde avait pour thème Quelle répartition des aides pour quelle politique agricole et alimentaire ©V.B
La table ronde avait pour thème Quelle répartition des aides pour quelle politique agricole et alimentaire ©V.B
Un thème brulant alors que l’Union européenne négocie actuellement la réforme de la Politique agricole commune. Une réforme qui implique aussi bien le travail des hommes qui en vivent que des animaux d’élevage dont les hommes vivent et se nourrissent. Les circuits courts induisent des temps de transport courts pour les bêtes vers l’abattage. Les aides financières européennes peuvent promouvoir le bien-être animal. Et pourquoi pas l’arrêt des élevages intensifs... mais ceci est autre histoire.

Après son intervention, Stéphane Le Foll en faveur de la diversité de l’agriculture a dû quitter le débat. Question d’emploi du temps chargé. Aurélie Trouvé, José Bové et Mixel Berhocoirigoin ont donc poursuivi la table ronde devant les nombreux adultes présents. Dans l’autre hall du salon, des enfants qui ne savaient pas que leurs parents discutaient de l’avenir de leur société future.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement