xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Refuge de la Côte basque : des chats adoptés et heureux


Dimanche 13 Novembre 2011


Certains chats du refuge de la Côte basque installé à Saint Jean de Luz ont quitté leur chatterie ce week-end. Installés par l'équipe de la structure dans le magasin Gamm Vert de la zone industrielle de Jalday, ils ont attendu qu'une main se tende. Pour la bonne cause : leur adoption. Plus de dix d'entre eux dorment désormais dans les bras d'une nouvelle famille.




Bolok dans les bras d'Alice Aussant, présidente du refuge
Bolok dans les bras d'Alice Aussant, présidente du refuge
« Jusqu’à présent, il y a eu onze adoptions de chats » se réjouit Sandy, bénévole au refuge de la Côte basque. Il est 15h30 ce dimanche après-midi. Dehors c’est l’été indien. 23°C annonce une enseigne de pharmacie. En plein mois de novembre. Un voile léger se lève de l’océan. « Nous avons reçu moins de monde aujourd’hui. Mais il fait beau… Alors ! Les familles se promènent. » Dans le magasin Gamm Vert qui a accueilli les chats du refuge de la Côte basque pour trois jours, des chalands, caddy en main.

Galak aura cinq mois le 18 novembre prochain
Galak aura cinq mois le 18 novembre prochain
Sur le stand du refuge, plusieurs cages sur des tables dressées. Dans chaque cage, un chat. Grahms, mâle Brown tabby et blanc, né en juin, appelle de sa patte les passants. Joueur taquin sans aucun doute. Dalhia tient résolument ses yeux fermés. Cette femelle de deux ans fuit-elle dans le sommeil le brouhaha ambiant ? Galak observe de ses grands yeux verts les mains qui se tendent vers lui. Gato est un sphinx, silhouette noire aux yeux de jade. Il a à peine 9 mois.

« Nous avons mis des tissus sur les côtés des cages pour que les animaux n’attrapent pas mal. Le vent du sud souffle fort aujourd’hui, explique Alice Aussant, présidente du refuge, élue cet été. Dans ses bras, Bolok, un chaton bicolore roux et blanc. Un peu apeuré par l’environnement qu’il ne connaît pas. « Nous les avons fait jouer ce matin. Là, ils sont un peu perturbés. Pour certains c’est même l’heure de la sieste. »

Aux côtés de la présidente, une famille tombée sous le charme de ce jeune chat. Quelques caresses. « Les chats que nous plaçons sont tous vaccinés, stérilisés et identifiés. Testés contre la FIV… Nous demandons une participation financière de 130 euros pour les chats. 150 euros pour les chatons » Les participations financières que demandent les refuges aux adoptants leur permettent de poursuivre leur travail de protection animale.

Bénévole ? Et pourquoi pas vous?
Bénévole ? Et pourquoi pas vous?
« Mon ami a un beauceron. Il souhaiterait adopter un chat » interpelle une jeune fille. Aussitôt la question fuse : « Le chien a-t-il déjà été en présence de chats ? Quel âge a-t-il ? » L’antinomie entre les deux espèces n’est pas toujours irréductible. Les bénévoles du refuge prodiguent leurs conseils. Du vécu d’ailleurs. « Il faut de la patience. Les habituer l’un à l’autre avec douceur. Sans jamais les mettre face à face immédiatement en les laissant seuls. J’ai des chiens et ils ont fini par accepter les deux chats que j’ai adoptés. La femelle est restée plus craintive ! »

Le refuge avait déjà organisé un tel événement en août dernier. « Nous le réitèrerons les 10 et 11 décembre prochains. Toujours avec des chats. Les chiens pourraient casser quelque chose dans le magasin ! commente Alice Aussant. Notre structure a recueilli beaucoup de chats cet été. Et des chatons. Trop. Des animaux bien sûr qui n’étaient pas tatoués. Les propriétaires de chats ne savent toujours pas que l’identification féline est obligatoire. Du moins dès lors qu’ils ont été donnés ou vendus. Ces adoptions nous soulagent. D’autant qu’elles ont été réalisées auprès de familles sérieuses et sympathiques. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement