xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Ralphie, le perroquet qui parlait trop


Vendredi 13 Juin 2014


Dady ! Dady ! A ces mots, la passante qui passait à côté d'une école au Canada se précipite sur la piste de la voix. Inquiète. Elle tombe finalement sur un drôle d'oiseau. Petite histoire du week-end...




Certains perroquets pourraient apprendre entre 150 et 600 mots ! ©V.B.
Certains perroquets pourraient apprendre entre 150 et 600 mots ! ©V.B.
Dady ! Dady ! Lorsque la femme entend ses mots, elle s'inquiète. Elle se trouve à côté d'une école : un enfant serait-il en détresse ? Elle appelle la police et commence à remonter les traces de la voix. Jusqu'à trouver sa source et pour tout enfant trouve un grand perroquet vert !

Dans sa poudre d'escampette, Ralphie a parcouru près de 1,6 km

La scène se déroule à Farfield au Canada ; il est alors environ cinq heures de l'après-midi. Les services animaliers sont alertés : le perroquet est perché en haut d'un arbre. Trop haut pour que l'agent animalier ne l'attrape. Il doit se résoudre à appeler les pompiers à la rescousse.

Lorsque les hommes du feu arrivent, ils décident d'utiliser une perche pour déloger le bavard de son abri. L'oiseau a bien compris leur manège et se réfugie dans un bambou proche. Les pompiers parviennent alors à le capturer au filet et le remettre enfin à l'agent animalier.

Selon les autorités locales qui ont rapporté l'histoire dans la presse locale, le perroquet a poursuivi son monologue pendant les opérations de son sauvetage. Hello, daddy et what (quoi ndrl).

La petite escapade du beau parleur a une fin heureuse. L'oiseau exotique lâché en pleine nature aurait eu peu de chances de survie au Canada. Le perroquet a retrouvé son propriétaire qui avait signalé sa disparition. Ralphie, tel est le nom de ce drôle d'oiseau, a parcouru près de 1,6 kilomètres dans sa petite balade !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement