xoriburu.info
Zooms

Que font ces dauphins aux jeux d'hiver de Sochi?


Mercredi 15 Janvier 2014


En février prochain, la torche olympique brillera sur les pistes de Sochi. Mais l'utilisation de dauphins récemment capturés pourrait bien en ternir la flamme. Les associations dont Born Free en appellent au Comité olympique international.




Un lièvre, un ours polaire et une panthère des neiges... Les organisateurs des jeux d'hiver de Sochi ont depuis trois ans adopté trois mascottes animales. Trois mascottes sorties tout droit du crayon de leurs créateurs. Les emblèmes des jeux olympiques pourront peut-être porter ours blancs, lièvres et léopards sous les feux de la flamme : dans la nature leurs populations sont malmenées. Qui par le réchauffement climatique, qui par la chasse...

Des orques récemment capturées serviraient d'attraction aux Jeux d'hiver de Sochi

Mais Sochi semble avoir de nouveaux invités du monde animal : des dauphins. De fait selon l'association britannique de protection de la faune sauvage, Born Free, un dauphin de la Mer noire participerait au relais de la torche olympique ! Le cétacé est actuellement détenu par un delphinarium de Sochi.

Le sang de l'association n'a fait qu'un tour en apprenant cette nouvelle. Et accompagnée d'autres organisations de protection de la nature, Born Free a écrit au président du Comité international olympique et au comité organisateur russe des jeux d'hiver. Elle demande leur intervention afin que cette mauvaise idée soit abandonnée.

Mais ce ne serait pas tout. Toujours selon Bon Free, des orques auraient été capturées dans les eaux de l'Extrême-orient russe. Destination : un delphinarium de Sochi. Terminée la nature et sa vie sauvage. Pour tout horizon des bassins de béton. Et le visage des visiteurs peut-être en quête de sensation.

Born Free et les autres organisations en appellent au Comité olympique

Préoccupées par la protection de ces dauphins - les orques le sont aussi -, les associations veulent donc attirer l'attention du Comité olympique. D'autant que l'utilisation d'animaux sauvages seraient en contradiction avec les objectifs du mouvement olympique à protéger la biodiversité.

Et Born Free de rappeler que les orques qui vivent en groupes familiaux ont un comportement très social. Les arracher à leurs familles est un traumatisme certain. Leur vie en captivité où leur besoins biologiques et comportementaux sont perturbés peut compromettre leur survie à long terme.

Les associations appellent donc le Comité d'abandonner l'idée d'utiliser un dauphin de la Mer noire dans le relais de la torche et de s'assurer que les futurs Jeux olympiques reconnaissent la législation internationale et ne compromettre pas le bien-être des animaux.

Elles lui demandent de changer de changer le code de bonnes pratiques de son Agenda 21 afin de garantir lors des futurs Jeux que les besoins physiques, biologiques et comportementaux des animaux ne soient pas compromis. Et enfin de soutenir une demande auprès des autorités russes d'étudier la faisabilité d'un programme de réhabilitation et de remise en liberté des orques capturées.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement