xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Quand on paie le prix fort pour des squelettes de dinosaures


Mardi 5 Octobre 2010


Des os et de fossiles préhistoriques vendus aux enchères ont attisé tous les appétits. C'est le pari tenu par Sotheby's aujourd'hui à Paris. Les ventes ont généré plus de 2,8 millions d'euros.




Sotheby's a organisé une bien curieuse vente aux enchères aujourd'hui. Placée sous le thème "L'histoire naturelle", elle a offert aux amateurs l'opportunité d'acquérir des squelettes de dinosaures et d'autres animaux préhistoriques.

Le clou du spectacle a été un squelette d'allosaure, long de plus de 10 mètres. Certes incomplet - il manque 30% des os - le prédateur qui vivait pendant le Jurassique supérieur, a crevé tous les plafonds. Il a été acheté pour 1,3 million d'euros, soit deux fois plus que son estimation ! C'est un collectionneur européen qui a ainsi surenchéri. Il a souhaité rester dans l'anonymat. Il faut avoir de la place chez soi pour accueillir un tel animal... L'animal avait été trouvé sur un terrain privé aux Etats-Unis.

Sotheby's a fait recette. Un second dinosaure, cette fois-ci marin, un plésionaure a atteint plus de 450 000 euros. Il y avait des os ou des fossiles pour toutes les bourses. Les collectionneurs les moins fortunés ont pu se précipiter sur des fossiles de crabes ou de trilobites, des arthropodes marins, pour quelques milliers d'euros. Des antiquités animales puisqu'ils ont vécu il y a plus de 250 millions d'années.

Si la plupart de ces pièces vont rester dans des sphères privées, l'une, un rhinocéros laineux adjugé à près de 97 000 euros, va finir à l'Insttitut de paléontologie humaine. Son acquéreur a souhaité lui en faire cadeau...

Les os et les fossiles préhistoriques ont généré plus de 2,8 millions d'euros.

Ester Gran


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement