xoriburu.info
Zooms

Quand les magots errent dans les rues du nord de la France


Mardi 28 Avril 2015


Le climat se réchauffe mais pas au point de voir les animaux sauvages d'Afrique gagner l'Europe. Or coup sur coup deux magots ont été trouvés errant dans les rues de Sevran et de Caudebec-lès-Elbœuf la semaine dernière. Ils ont été confiés à la fondation 30 Millions d'amis.




Le réchauffement climatique avance à grand pas ; pour autant la Normandie n'est pas encore baignée par un climat africain. Aussi observer se promener un singe magot dans les rues de Caudebec-lès-Elbœuf pouvait bien paraître surprenant. Le 23 avril dernier, les riverains du quartier n'ont donc pas manqué d'alerter les autorités de la ville quand ils ont aperçu l'animal exotique. L'agent d'astreinte est parvenu à l'attraper et les services techniques municipaux l'ont pris en charge, explique aujourd'hui France 3 Haute Normandie.

Les magots ne sont pas des animaux de compagnie

Le singe, une femelle, s'appelle Easy. Elle serait âgée de 18 mois. Son Son propriétaire l'aurait abandonné car il partait en voyage aux Etats-Unis selon la fondation 30 Millions d'amis. En attendant que les autorités compétentes trouvent un lieu d'accueil à ce jeune magot, les services municipaux ont veillé sur elle.

C'est finalement la fondation 30 millions d'Amis qui l'a pris en charge hier, lundi 27 avril. Easy a été acheminée vers les Pays-Bas où le refuge européen pour primates et mammifères exotiques, la fondation AAP, l'accueillera. Le magot sera d'abord placé en quarantaine. Si le jeune singe est prêt à vivre avec les siens, il rejoindra, après une resociabilisation, un groupe de son espèce dans un lieu adapté.

Easy n'est pas partie seule pour les Pays-Bas. Car, concours de circonstances, un autre magot a été confié à la fondation. Un jeune mâle de moins d'un an a été retrouvé dans les rues de Sevran le 22 avril dernier. Bob, c'est son nom, errait dans les rues de la cité. C'est un vétérinaire de la brigade cynophile des sapeurs-pompiers de Maisons-Alfort (94) qui l'a capturé. Le singe a ensuite été amené vers l’école vétérinaire de Maisons-Alfort pour un examen. Les premières constatations n'ont rien revélé d'anormal.

Le lendemain, le propriétaire du singe s’est présenté de lui-même au commissariat. « Il aurait récemment importé le singe d’Algérie en guise de cadeau d’anniversaire pour son fils. Il risque une peine de prison ferme pour la détention de ce type d’espèce » explique la fondation qui rappelle que les deux animaux appartiennent à une espèce protégée.

Originaire d’Afrique du Nord, le magot est une espèce en voie d’extinction, protégée par la convention de Washington. Sa détention est, à ce titre, soumise à une réglementation stricte. Mais certains particuliers craquent sur les marchés d'Afrique du nord où les magots sont vendus en catimini. « Les particuliers qui achètent ou « adoptent » cet animal sans entreprendre les démarches nécessaires risquent une peine de prison ferme. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement