xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Pyrénées : les brebis connectées


Dimanche 14 Décembre 2014


Des clôtures virtuelles, des enclos intelligents, des brebis connectés par GPS à leurs bergers... Les acteurs du projet transfrontalier Agripir ont présenté vendredi cinq projets où demain l'agriculture de montagne s'appropriera des nouvelles technologies dernier cri.




Les ingénieurs de l'Estia à Bidart et de Vicomtech au Pays Basque Sud travaillent ensemble sur le projet E Pasto, une clôture virtuelle ©V.B.
Les ingénieurs de l'Estia à Bidart et de Vicomtech au Pays Basque Sud travaillent ensemble sur le projet E Pasto, une clôture virtuelle ©V.B.
Des drones face au loup dans les Pyrénées ? Le projet paraît peut-être fou, mais d'ici quelques années, il pourrait devenir réalité. « Des drones pour effaroucher le loup, explique Paul Laborde, chargé d'affaires à l'Icam de Toulouse. Le loup est une espèce intelligente ; jusqu'à présent il est parvenu à déjouer en quelques semaines tous les systèmes d'effarouchement classiques : ultrasons... »

Les bergers connectés à leurs troupeaux

Avec le projet pilote E Pasto, un boîtier d'à peine 30 grammes permettra de connecter les troupeaux à leurs éleveurs ©V.B.
Avec le projet pilote E Pasto, un boîtier d'à peine 30 grammes permettra de connecter les troupeaux à leurs éleveurs ©V.B.
Des drones, des enclos intelligents et des clôtures virtuelles, des brebis connectées à leurs bergers, des chevaux suivis par GPS dans les estives pyrénéennes, des éleveurs une tablet en main... Les nouvelles technologies ne sont pas loin d'entrer dans le quotidien des agriculteurs de montagne.

Ce fut justement le but des treize partenaires du projet Agripir ces trois dernières années afin de revaloriser l'agriculture de montagne. Treize partenaires qui entre sciences de l'innovation et agriculture de montagne ont aménagé un pont. Technologie spatiale avec Aerospace Valley de Toulouse, comportement de la faune sauvage avec l'Inra, technologie de l'interaction visuelle et communications avec Vicomtech au Pays Basque sud, technologie industrielle avec l'Estia... Installés des deux côtés des Pyrénées, les treize partenaires, le chef de file étant Agri Sud Ouest, ont fédéré plus de 110 autres organismes autour de leur projet transfrontalier financé entre autres par des fonds européens.

Les ingénieurs ont quitté leurs laboratoires, les éleveurs leurs troupeaux. Et de leurs rencontres et dialogues dans les territoires français, basques et catalans ont émergé, outre le projet pilote e-Pasto, clôtures virtuelles pour la géolocalisation et le contrôle des troupeaux, où l'Estia est partenaire, quatre autres projets innovants.

Et c'est entre les murs de l'école supérieure des technologies industrielles avancées à Bidart, que les acteurs des cinq projets sont venus les présenter vendredi 12 novembre. Une présentation organisée lors du dernier séminaire d'Agripir de l'année.

Des enclos intelligents protègeront les brebis des prédateurs

Nous travaillons sur des enclos intelligents pour protéger les troupeaux des grands prédateurs explique Paul Laborde de l'Icam à Toulouse ©V.B.
Nous travaillons sur des enclos intelligents pour protéger les troupeaux des grands prédateurs explique Paul Laborde de l'Icam à Toulouse ©V.B.
« Notre projet, Live - Pre Life a pour but d'améliorer la cohabitation entre les grands prédateurs et les éleveurs dans les estives des Pyrénées, poursuit Paul Laborde. Nous nous intéressons d'abord au loup qui en Catalogne est le premier grand prédateur auquel les éleveurs ont à faire face. Nous collaborons avec les instituts de la communauté sur le sujet. »

Avec neuf autres partenaires, les ingénieurs de l'Icam de Toulouse travaillent sur le développement d'enclos intelligents. « Des enclos que les bergers peuvent déplacer facilement et qui s'intègrent dans leur environnement, précise Paul Laborde. L'éleveur, ses brebis dotées de puces, devra pouvoir les rentrer et sortir à distance. » Ces enclos intelligents protègeront les animaux domestiques des prédateurs. Et c'est là l'un des autres aspects du projet Live - Pré Life : détecter assez tôt la présence des loups dans les environs et les effaroucher s'ils venaient à s'approcher du troupeau. Un rôle que pourraient justement jouer des drones !

« Nous avons déposé notre dossier dans le cadre du programme Life pour obtenir des financements il y a deux mois. Nous attendons une réponse en début d'année prochaine. Le projet doit se développer dès 2015 sur cinq ans. Avec des tests sur le terrain. Le but est que les éleveurs puissent s'approprier des outils innovants que nous développerons. » La révolution technologique est en marche dans les estives pyrénéennes.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 22 Mai 2019 - 10:30 Le Desman, animal secret des Pyrénées



1.Posté par Kaluszynski le 05/01/2015 19:41
et le crowdfunding pour développer ces technos !!

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


La côte basque en images

On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement