xoriburu.info
Zooms

Prestige : le procès débute le 16 octobre prochain


Mercredi 12 Septembre 2012


C’était le 13 novembre 2002. Un jour funeste comme l’océan et ses habitants connaissent parfois. Un pétrolier en détresse dérive dans une mer Cantabrique agitée.




Le 16 octobre prochain, le procès du Prestige tant attendu par les parties civiles débute au Palais des Congrès Expocoruña à A Coruña. Retour vers le passé.

C’était le 14 novembre 2002. Un jour funeste comme l’océan et ses habitants connaissent parfois. Un pétrolier en détresse dérive dans une mer Cantabrique agitée. Il est victime d’une avarie et il gîte suite à une voie d’eau. La nuit précédente, des équipes de secours espagnoles essaient bien de remorquer le navire. En vain. La tempête empêche toute manœuvre. Vingt quatre des 27 membres d’équipage ont entre temps été évacués par les airs.

Le navire qui porte le nom de Prestige a déjà perdu dans les eaux un peu de sa cargaison. Ses cales abritent 77 000 tonnes de fioul. Le pétrolier libérien est un vieux monocoque, construit au Japon en 1976, et cette fois-ci battant pavillon des Bahamas.

Près de 23 000 oiseaux englués dans la marée noire sont ramassés sur les plages

Les autorités espagnoles décident de l’éloigner de la côte et le font remorquer plus au large où il devrait être pris en charge par une compagnie néerlandaise de sauvetage en mer. Mais la mer Cantabrique ne laisse pas les marins mener le jeu. C’est la tempête. Et le 19 novembre, catastrophe : le Prestige se brise en deux à 8 heures du matin à quelque 280 kilomètres des côtes galiciennes. Et les eaux salées deviennent noires. La marée noire tant pressentie est avérée.

Ses boulettes se déverseront jusqu’à l’île d’Oléron. Sur les plages, des centaines de bénévoles se relaient pour ramasser boulettes et macro-déchets souillés jusqu’en avril en Galice. Les pêcheurs restent à quai. Et les oiseaux de mer aux ailes engluées de pétrole iront s’échouer sur les plages.

La population et les associations se mobilisent pour récupérer les oiseaux qui peuvent l’être et les acheminer vers les centres de soins installés. En Galice, au Pays Basque, et même dans les Landes... L’un de ces centres d’ailleurs sera accueilli dans les locaux du musée de la mer de Biarritz. Un autre à Pouydesseaux dans les Landes. Pour les associations, écologistes, un oiseau récupéré cache la mort de cinq autres dans des zones inaccessibles. L’espèce la plus menacée est le guillemot de Troïl.

Fin février, les ong font les comptes : 19 000 oiseaux ramassés en Espagne, 2700 sur le littoral aquitain et 850 sur les plages portugaises. Beaucoup sont déjà morts avant que les hommes ne les récupèrent : 30% en Espagne, 40% en France et 80% au Portugal.

Le Ministère public pourrait demander 2 milliards d'euros à titre de compensation civile pour les dommages écologiques

Le procès du Prestige va donc commencer le 16 octobre prochain. Au parc d’Exposition de A Coruña (La Corogne) en Galice aménagé en tribunal. La Justice avait besoin de prendre ses aises : plus de deux mille personnes se sont portées parties civiles. Elles seront défendues par 51 avocats et représentées par 28 procurateurs. Parmi ces parties civiles, des collectivités locales du littoral aquitain.

Au banc des accusés : le capitaine du Prestige, le chef des machines et le premier officier mis en examen pour délits présumés contre les ressources naturelles et l’environnement, dommages et désobéissance et résistance. L’ancien directeur de la marine Marchande espagnole pour délit présumé contre l’environnement et dommages. La compagnie d’assurance, le fond d’indemnisation des dommages dus à la contamination par des hydrocarbures devront répondre du paiement des indemnisations comme responsables civils directs, l’Etat espagnol et l’amateur comme responsables civils subsidiaires.

Le Ministère Public pourrait demander 2 milliards d’euros à titre de compensation pour les dommages écologiques. Le procès ne devrait pas s’achever avant le 29 mai 2013.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement