xoriburu.info
Eko-société

Poussée anti-taurine en Galice


Vendredi 3 Mai 2013


"Nous ne voulons plus de souffrance inutile". Le parti nationaliste galicien demande l'interdiction des corridas dans sa communauté autonome. Le parlement de Galice va-t-il suivre l'initiative législative déposée ?




Les Toros préfèrent les chênes de Salamanque à l’air iodé de Galice ©DdL
Les Toros préfèrent les chênes de Salamanque à l’air iodé de Galice ©DdL
Après la Catalogne et Saint Sébastien, qui ont réussi à suspendre les corridas dans leurs arènes – en attendant mieux espèrent les autonomistes -, le parti nationaliste galicien BNG vient de déposer une initiative législative au parlement autonome de la province finisterienne, visant à interdire les corridas.

Le parti nationaliste galicien ne veut plus de souffrance gratuite

Francisco Joequera, porte parole de BNG a expliqué que la démarche était bien plus dans l’esprit de la protection animale que dans un but politique. « Nous voulons que l’on interdise les spectacles où piques, banderilles et épée sont utilisées, soit toutes les « ferrailles « qui blessent et tuent l’animal. Nous voulons simplement le respect et la protection pour tous les êtres vivants, nous ne voulons plus de souffrance gratuite ».

Répondant par avance aux arguments des partisans de la corrida, qui estiment que l’arrêt de la tauromachie aboutirait à l’extinction de la race des toros braves, le BNG n’y va pas par quatre chemins, et assène que cela ne concerne pas la Galice où sont données des corridas, notamment à La Corogne, mais où l’on ne trouve aucun élevage de toros de combat. En fait, la province de l’extrême ouest de la péninsule est surtout connue pour des célébrités comme la Belle Otero, Maria Casares, Fernando Rey, enfants du pays, ou encore Fidel Castro, Jose Garcia ou Manu Chao qui sont descendants de Galiciens. Aucun matador dans le who’s who galicien.

Reste que l’initiative de BNG n’est pas sûre d’aboutir dans une communauté autonome tenue par le PP, Partido Popular.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement