xoriburu.info
Zooms

Porcs : vers une vie meilleure ?


Jeudi 5 Juin 2014


Hier mercredi 4 juin, l'association CIWF a remis une pétition de 475 576 signatures au ministère de l'Agriculture. Baptisée Une vie meilleure, les euro-citoyens demandent que la législation relative au bien-être des porcs soit tout simplement appliquée dans les élevages.




Après la Commission européenne, c'est le ministère de l'Agriculture que l'association CIWF a rencontré. L'équipe a remis au cabinet du ministre la pétition "Une vie meilleure pour les porcs". Pétition qui lancée voilà plus d'un an a réuni 475 576 signatures d'euro-citoyens. Tous demandent que la directive sur le bien-être des porcs soient appliqué en France et dans les autres pays membres de l'UE.

La queue des porcelets est systématiquement coupée

La directive 2008/120/CE établit les normes minimales relatives à la protection des porcs en élevage. Elle devait s'appliquer dès le 1er janvier 2003 dans nouvelles exploitations et dès le 1er janvier 2013 pour tous les élevages.

« La directive Porcs exige que les porcs aient accès permanent à des matériaux d'enrichissement comme la paille, afin de satisfaire leur comportement naturel de fouille. Elle interdit aussi la coupe systématique des queues, une opération douloureuse qui s’avère inutile dès lors que les porcs sont élevés dans de bonnes conditions » rappelle l'organisation de protection animale.

Pour s'assurer que les élevages européens étaient désormais dans les clous, l'association a mené son enquête l'an dernier en Italie, Espagne, République Tchèque, Irlande, Chypre et Pologne. Point la France. Elle a ainsi visité quarante-cinq élevages. Or, « un seul était conforme à la législation, tous les autres étaient en infraction à d’importantes dispositions de la Directive Porcs. » pointe du doigt CIWF

Lettre ouverte en faveur des porcs

Et de poursuivre : « Nos enquêtes montrent des cochons aux queues systématiquement coupées, vivant dans des bâtiments surpeuplés, sans aucun enrichissement ; des animaux vivant dans leurs excréments ; des porcs avec des abcès et même des yeux manquants. »

L'initiative de CIWF a été soutenue par soixante-seize personnalités qui ont signé une lettre ouverte pour un meilleur élevage porcin. Parmi les signatures, celles de Corinne Lepage, Michèle Rivasi, Michèle Striffler, Robert Rochefort, Karima Delli, Sandrine Bélier, Chantal Jouanno...

« Il est du devoir du ministre de l’Agriculture et de ses services de faire pleinement respecter la Directive Porcs, qui fixe des exigences minimales. Nos concitoyens ont largement démontré que cette question a de l’importance à leurs yeux. Nous demandons l’application de la loi, tout simplement » souligne Léopoldine Charbonneaux, directrice CIWF France. Les éleveurs ont eu dix ans pour ne plus être hors la loi !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement