xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Plathelminthe de Nouvelle Guinée, nouvelle bête noire de la biodiversité en France ?


Lundi 10 Mars 2014


Cinq centimètres de long. Cinq millimètres de large. Sa bouche sous son corps, en son milieu. Après le frelon asiatique, ce petit ver de Nouvelle Guinée pourrait devenir une nouvelle bête noire sur le territoire français. Les scientifiques qui l'ont découvert à Caen lancent l'alerte. Une découverte rapportée dans un article publié le 4 mars dans PeerJ2.




Le Plathelminthe de Nouvelle Guinée mangeur d'escargots pourrait devenir une nouvelle bête noire de la France ©Pierre Gros
Le Plathelminthe de Nouvelle Guinée mangeur d'escargots pourrait devenir une nouvelle bête noire de la France ©Pierre Gros
Plathelminthe de Nouvelle-Guinée, ce ver de 5 millimètres de large et 5 centimètres de long habite les régions montagneuses de l'île. A trois mille mètres d'altitude. Plat, son dos arbore une jolie couleur olive noire, une bande centrale claire. Son ventre est plus clair. Et particularité de sa nature : sa bouche n'est pas dans le prolongement de sa tête, mais au milieu de son ventre !

Le plathelminthe de Nouvelle-Guinée est l'une des cent espèces exotiques envahissantes les plus néfastes au monde

Mais voilà qu'avec la mondialisation des échanges de marchandises, ce ver tropical vient de débarquer sur le territoire français. A Caen plus précisément où il vient d'être découvert dans une serre du jardin des Plantes de cette ville de Basse-Normandie. Des scientifiques dirigés par Jean-Lou Justine de l’Institut de systématique, évolution, biodiversité (1) l'ont identifié d'après son aspect caractéristique et une analyse moléculaire. Les chercheurs qui ont publié leur découverte dans un article publié le 4 mars dernier dans Peer J sonnent le tocsin.

De fait, le plathelminthe de Nouvelle-Guinée aime les escargots terrestres dont il se nourrit. Sa prolifération sur un territoire vierge où il ne connaît pas aujourd'hui de prédateur pourrait menacer des espèces endémiques. La France et l'Europe abritent des centaines d'espèces d'escargots, certaines menacées et protégées.

L'expérience l'a démontré : là où ce ver s'installe il devient difficile de s'en débarrasser. Introduit parfois volontairement dans plus de quinze territoires du Pacifique son espèce y est devenue envahissante !

Les scientifiques craignent donc que le ver nouveau venu se répande dans les milieux naturels en France et en Europe. « Il a été observé en laboratoire qu’il est capable de consommer des escargots européens, En fait, même si Platydemus manokwari menace surtout les escargots, un des principaux dangers de cette espèce est que son régime alimentaire est très diversifié – elle peut se nourrir de dizaines d’espèces, dont des vers de terre. » notent les experts dans un communiqué.

Les chercheurs appellent donc à la vigilance et dès à présent une réflexion sur « la mise en place de mesures d’éradication et de contrôle de ce plathelminthe ». Un plathelminthe qui figure dans la liste de cent espèces exotiques les plus néfastes au monde.


(1) Muséum national d’Histoire naturelle/CNRS/UPMC/EPHE

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement