xoriburu.info
Les animaux de nos mers et rivières

Phoque, le repos du guerrier à Biarritz


Jeudi 12 Juin 2014


Depuis ce matin, un phoque se repose dans la petite crique attenante à la Grande Plage à Biarritz. L'animal se prélasse au soleil sur la plage sécurisée par les autorités locales qui veillent à sa sieste.




Le phoque n'est pas un des protégés du musée de la mer de Biarritz ©V.B.
Le phoque n'est pas un des protégés du musée de la mer de Biarritz ©V.B.
L'animal est sans complexe, étalé de tout son long sur le sable que la marée basse a découvert. Seul corps au soleil dans la petite crique attenante à la Grande Plage à Biarritz. Au dessus, sur la promenade qui longe les plages, un agent municipal veille à son repos.

La loi interdit de perturber la faune sauvage

Les promeneurs s'arrêtent et questionnent l'agent. C'est ce matin que l'alerte a été donnée. Et les lieux aussitôt sécurisés : le phoque aussi mignon soit-il reste un animal sauvage. Pas question donc d'aller le caresser ou perturber sa sieste profonde. Prévenue de sa présence, l'équipe du musée de la Mer est passée.

Le phoque n'est un de ses protégés, l'un de ces jeunes qui cet hiver se sont échoués sur la côte basque, poussés par les tempêtes, et que le musée a accueillis et soignés. Avant de les relâcher ce printemps. Ce phoque a peut-être eu la force pour supporter sans aide humaine les coups de tabac hivernaux. Peut-être est-il celui qui la semaine dernière, traînait plus au sud de la côte, entre Saint Jean de Luz et Bidart.

« Ce sont de jeunes animaux (4 à 6 mois) qui viennent se reposer sur nos côtes après les violentes tempêtes que nous avons observer cet hiver. Il existe un risque de morsure important mais également un risque sanitaire car ils sont porteurs naturellement de différentes maladies. Il ne faut donc pas s'approcher et respecter la législation concernant la protection de la faune sauvage  »explique un panneau explicatif à l'entrée de la crique. . Une législation qui stipule qu'il est interdit, sur terre et dans les eaux marines de détruire, mutiler, capturer, enlever ou perturber intentionnellement ces animaux sauvages

Toujours est-il que les experts du musée n'ont pas jugé bon de capturer l'animal : il paraît en bonne forme physique. Il se repose comme le font tous les phoques sur les grèves d'ici et d'ailleurs. reste que la côte basque a peu l'habitude de voir ces mammifères marins sur son sable. Souvent ils ont remonté au nord, vers leurs colonies de reproduction, en Irlande, Angleterre ou plus proche, en Bretagne.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 16:58 Un globicéphale échoué à Bidart


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement