xoriburu.info
Zooms

Pétition franco-espagnole pour les ours


Jeudi 16 Mai 2013


Le massif pyrénéen abrite vingt-deux ours sortis de leur hibernation ce printemps. Insuffisant juge le collectif Ours Pyrénées - Colectivo oso Pirineos qui lance une pétition sur la toile pour une politique volontariste des deux Etats français et espagnol. Pour la première fois, la pétition interpelle les Internautes des deux versants du massif. A vos souris.




Ce printemps, vingt deux ours ont dû sortir de leur hibernation dans les Pyrénées. Selon le dernier rapport du réseau ours brun, la population ursine comptait l’an dernier parmi ses rangs 11 femelles, 8 mâles et 3 indéterminés. Sa pyramide d’âges s’étalait entre 13 adultes (dont 7 femelles), 6 individus entre 1-3 ans et 3 oursons (2 portées). Aucun cas de mortalité n’avait été relevé cette année-là. « La stagnation de l’effectif minimum détecté entre 2011-2012 résulte de la non-détection d’une femelle adulte et de 2 jeunes femelles » constate le réseau ours brun.

Le collectif franco-espagnol Ours Pyrénées lance une pétition sur les deux versants des Pyrénées

Si les effectifs ont donc stagné, l’aire de répartition de l’ours dans les Pyrénées françaises a de son côté diminué. « notamment du fait de la sédentarisation de l’ours Balou sur la zone centrale. En Pyrénées Occidentales, l’aire fréquentée est relativement stable par rapport à 2011. »

En 2013, le nombre de femelles susceptibles d’être suitées est estimé à 5 ou 6. A moyen terme, la présence de 3 mâles adultes sur les sites fréquentés par les femelles adultes et l’âge avancé de Pyros laissent supposer, l’intervention probable de nouveaux géniteurs mâles dont 2 sur 3 sont apparentées à Pyros. Si l’on examine les relations de parenté des principaux « prétendants », un mâle (Moonboots) est issu de 3 générations consanguines et un autre (Bonabé) de 2. Un troisième ours non apparenté à ces derniers, Balou, demeure le seul spécimen susceptible d’apporter de la diversité génétique.

Ce bilan ne satisfaisait pas les associations engagées dans la protection des ours qui craignent toujours sa disparition à terme. C’est la raison vingt neuf d’entre elles, regroupées au sein du collectif Ours Pyrénées - Colectivo oso Pirineos ont décidé de lancer une pétition en ligne. Une pétition qui pour la première fois interpelle les internautes des deux versants pyrénéens.

Pour une politique volontariste des Etats français et espagnol

La pétition demande aux deux Etats français et espagnols de réagir et instaurer une politique « forte et durable pour la restauration dans les Pyrénées d’une population viable d’ours, via des plans de conservation et de restauration de l'espèce concertés et harmonisés, incluant :
Le renforcement immédiat des deux noyaux de population d’ours :
- Une meilleure protection juridique de l'ours brun en France et en Espagne.
- Une meilleure protection de son habitat en France et en Espagne.
- Une politique volontariste de valorisation pour les populations locales de ce patrimoine naturel exceptionnel.
- Des mesures efficaces qui favorisent la cohabitation, la prévention et la compensation des dommages à l'élevage pyrénéen. »

De fait le collectif estime que la population actuelle ne permet pas la conservation de l’ours dans les Pyrénées. « Aucun des deux noyaux constituant la population actuelle n’est viable, juge-t-il. Celui des Pyrénées Centrales reste insuffisant, malgré les derniers lâchers. Quant à celui des Pyrénées Occidentales, composé seulement de deux mâles, il est au bord de l’extinction, alors qu’il couvre la moitié de l’aire de répartition pyrénéenne. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Janvier 2013 - 23:42 Ours : les associations reprennent la main

Samedi 9 Juillet 2011 - 00:00 Des oursons de l'année dans les Pyrénées


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement