xoriburu.info
Zooms

Pétition franco-espagnole pour les ours


Jeudi 16 Mai 2013


Le massif pyrénéen abrite vingt-deux ours sortis de leur hibernation ce printemps. Insuffisant juge le collectif Ours Pyrénées - Colectivo oso Pirineos qui lance une pétition sur la toile pour une politique volontariste des deux Etats français et espagnol. Pour la première fois, la pétition interpelle les Internautes des deux versants du massif. A vos souris.




Ce printemps, vingt deux ours ont dû sortir de leur hibernation dans les Pyrénées. Selon le dernier rapport du réseau ours brun, la population ursine comptait l’an dernier parmi ses rangs 11 femelles, 8 mâles et 3 indéterminés. Sa pyramide d’âges s’étalait entre 13 adultes (dont 7 femelles), 6 individus entre 1-3 ans et 3 oursons (2 portées). Aucun cas de mortalité n’avait été relevé cette année-là. « La stagnation de l’effectif minimum détecté entre 2011-2012 résulte de la non-détection d’une femelle adulte et de 2 jeunes femelles » constate le réseau ours brun.

Le collectif franco-espagnol Ours Pyrénées lance une pétition sur les deux versants des Pyrénées

Si les effectifs ont donc stagné, l’aire de répartition de l’ours dans les Pyrénées françaises a de son côté diminué. « notamment du fait de la sédentarisation de l’ours Balou sur la zone centrale. En Pyrénées Occidentales, l’aire fréquentée est relativement stable par rapport à 2011. »

En 2013, le nombre de femelles susceptibles d’être suitées est estimé à 5 ou 6. A moyen terme, la présence de 3 mâles adultes sur les sites fréquentés par les femelles adultes et l’âge avancé de Pyros laissent supposer, l’intervention probable de nouveaux géniteurs mâles dont 2 sur 3 sont apparentées à Pyros. Si l’on examine les relations de parenté des principaux « prétendants », un mâle (Moonboots) est issu de 3 générations consanguines et un autre (Bonabé) de 2. Un troisième ours non apparenté à ces derniers, Balou, demeure le seul spécimen susceptible d’apporter de la diversité génétique.

Ce bilan ne satisfaisait pas les associations engagées dans la protection des ours qui craignent toujours sa disparition à terme. C’est la raison vingt neuf d’entre elles, regroupées au sein du collectif Ours Pyrénées - Colectivo oso Pirineos ont décidé de lancer une pétition en ligne. Une pétition qui pour la première fois interpelle les internautes des deux versants pyrénéens.

Pour une politique volontariste des Etats français et espagnol

La pétition demande aux deux Etats français et espagnols de réagir et instaurer une politique « forte et durable pour la restauration dans les Pyrénées d’une population viable d’ours, via des plans de conservation et de restauration de l'espèce concertés et harmonisés, incluant :
Le renforcement immédiat des deux noyaux de population d’ours :
- Une meilleure protection juridique de l'ours brun en France et en Espagne.
- Une meilleure protection de son habitat en France et en Espagne.
- Une politique volontariste de valorisation pour les populations locales de ce patrimoine naturel exceptionnel.
- Des mesures efficaces qui favorisent la cohabitation, la prévention et la compensation des dommages à l'élevage pyrénéen. »

De fait le collectif estime que la population actuelle ne permet pas la conservation de l’ours dans les Pyrénées. « Aucun des deux noyaux constituant la population actuelle n’est viable, juge-t-il. Celui des Pyrénées Centrales reste insuffisant, malgré les derniers lâchers. Quant à celui des Pyrénées Occidentales, composé seulement de deux mâles, il est au bord de l’extinction, alors qu’il couvre la moitié de l’aire de répartition pyrénéenne. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Janvier 2013 - 23:42 Ours : les associations reprennent la main

Samedi 9 Juillet 2011 - 00:00 Des oursons de l'année dans les Pyrénées



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement