xoriburu.info
Eko-société

Pesticides dans les jardins, les papillons et les bourdons trinquent


Jeudi 26 Février 2015


Aucun pesticide n'est anodin. Même celui utilisé par le particulier dans son jardin. Des chercheurs du Centre des sciences de la conservation et de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine de Seine-Saint-Denis se sont penchés sur la question pour les papillons de jour et les bourdons.




Les papillons et les bourdons ne sont pas rares en ville. Du moins dans les jardins privés qui émaillent les zones urbaines. Ils y trouvent là nourriture et abri. Mais ces petits coins de nature ne sont plus toujours aussi accueillants pour ces espèces qu'ils l'ont été dans le passé. En cause les pesticides et herbicides que des jardiniers utilisent trop à foison pour maintenir leurs jardins nickel chrome.

Les bourdons et les papillons sont directement touchés par les pesticides utilisés dans les jardins privés

Des chercheurs du Centre des sciences de la conservation (Muséum national d’Histoire naturelle/CNRS/UPMC) et de l’Observatoire départemental de la biodiversité urbaine de Seine-Saint-Denis ont justement voulu se pencher sur la question. Si l'impact des pesticides sur la biodiversité est avéré en agriculture, il n'avait jamais été étudié à grande échelle sur les jardins privés.

Les scientifiques l'ont fait. Ils ont pour se faire utilisé des données collectées dans le cadre de l’Observatoire de la Biodiversité des Jardins et évalué les effets des pratiques de jardinage sur deux groupes importants d’insectes floricoles, les papillons de jour et les bourdons. Leurs conclusions ont été publiées dans la revue Biological Conservation. Elles sont sans appel.

De fait, leurs analyses « montrent que papillons et bourdons sont moins abondants dans les jardins traités avec des insecticides, ce qui était attendu, mais aussi dans ceux traités par des herbicides. A l’inverse, ces insectes sont plus abondants lorsque les jardiniers utilisent de la bouillie bordelaise, des fongicides et des granulés anti-limaces. » Et d'ajouter : « Si l’impact des insecticides sur les insectes est direct, celui des herbicides serait indirect, en limitant les ressources disponibles pour les papillons et les bourdons ».

Pour autant fongicides et granulés anti-limaces ne sont pas pour autant la panacée. Ces substances ont leurs propres impacts cette fois-ci sur la faune du sol ! « D’autres études ont par exemple montré que les lombrics sont moins abondants dans les parcelles agricoles traitées par des herbicides, des insecticides ou des fongicides qui ne les visaient pourtant pas directement. » préviennent les auteurs de l'étude. Il ne leur reste plus qu'à l'étudier à l'échelle des jardins privés.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement