xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Pères fouettards


Lundi 10 Novembre 2014


Les Iraniens possédant un chien de compagnie pourraient bien risquer gros. Une proposition de loi veut les condamner à 74 coups de fouet.




Si la proposition de loi passait, les propriétaires chiens entreraient-ils en résistance et promèneraient-ils leur compagnon à la nuit tombée ? ©V.B.
Si la proposition de loi passait, les propriétaires chiens entreraient-ils en résistance et promèneraient-ils leur compagnon à la nuit tombée ? ©V.B.
Les députés conservateurs iraniens ont décidé de sévir contre les propriétaires de chiens qu’ils considèrent comme des animaux impurs. Une loi a été proposée, punissant de 74 coups de fouet toute personne possédant un chien à son domicile ou le promenant dans la rue. Sans doute les intégristes veulent-ils endiguer une tendance qui des Iraniens à s'adjoindre des animaux de compagnie, ce qui était rarissime voici vingt ans.

Et les chiens guides d'aveugles ?

Qu’on se rassure, la police, les douanes et aussi les chasseurs et les agriculteurs ne sont pas visés par cette mesure et pourront continuer à utiliser les chiens à titre professionnel. Seuls sont concernés les chiens qui n’ont pas travail au bénéfice de la patrie. On imagine mal la police iranienne, très sollicitée dans ce pays parfois turbulent, renoncer à ses chiens de défense. Quant aux chiens des douanes, ils ne risquent rien, eu égard à la fermeté du pays en matière de lutte anti-drogue.

Une question se pose cependant : rien n’est prévu pour les chiens guides d’aveugles. Si on fouette les gens atteints de cécité, le gouvernement risque de se mettre à dos ceux qui y voient clair.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement