xoriburu.info
Eko-société

Pélère à Arzacq, Animal Cross mord à pleines dents l'IGP jambon de Bayonne


Vendredi 13 Mars 2015


Demain, samedi 14 mars, la ville d'Arzacq en Béarn vivra au rythme de la pélère. Une fête où le cochon, ou plutôt sa viande, est mise à l'honneur. L'association Animal Cross dans une lettre distribuée dans les boîtes aux lettres des habitants, s'attaque à l'IGP jambon de Bayonne qui s'approvisionne auprès des élevages industriels porcins.




Pour Animal Cross, l'IGP Jambon de Bayonne s'appuie sur les élevages industriels où le bonheur du cochon n'est pas dans la paille ©V.B.st bien loin
Pour Animal Cross, l'IGP Jambon de Bayonne s'appuie sur les élevages industriels où le bonheur du cochon n'est pas dans la paille ©V.B.st bien loin
« En célébrant la pélère à Arzacq que fêtez-vous ? La revanche de la tradition sur la modernité ou l’hypocrisie de l’élevage industriel masqué sous le couvert de la tradition ? » s'indigne Animal Cross, association de protection animale dans une lettre qu'elle a distribué directement dans les boîtes aux lettres des habitants de la ville hier soir. Que leur vaut donc cette ire ? Demain, la ville béarnaise organise sa pélère. Son tue-cochon. Une grande fête où après avoir tué un porc dans une ferme voisine, les charcutiers s'occuperont de la bête morte devant le public. Prélude à d'autres festivités : défilé du roi cochon, grand déjeuner...

Animal Cross dénonce le mal-être animal dans les élevages industriels porcins

Dans sa missive, Animal Cross s'attaque à l'IGP jambon de Bayonne qui dans son cahier des charges ne fait état d'aucun souci de bien-être animal. « L’IGP jambon de Bayonne qui fournit les cochons pour le pèle-porc n’est, ni plus ni moins, qu’un habile camouflage d’un élevage en masse, une production industrielle des porcs sans aucun respect ni de la tradition, ni du bien-être animal, dénonce l'association. Le porc tué pour produire le jambon de Bayonne est un porc élevé en bâtiment, qui sauf de très rares exceptions, n’a jamais vu le ciel et ne le verra que le jour où le camion l’amènera à l’abattoir. »

Et d'égrainer toutes les affres que subissent truies, porcelets et porcs dans les élevages industriels. Non seulement les porcs vivent entassés les uns sur les autres, mais ile ne peuvent pas se laisser aller à leur penchant naturel qu'est le fouillage. Le sol où ils vivent est en dur, du caillebotis argue-t-elle. Les truies ne connaissent pas un meilleur sort. « Les femelles ne peuvent pas faire leur nid au moment de la mise bas, ce qui provoque un très gros stress chez elles. En plein air, elles peuvent parcourir plusieurs kilomètres pour faire leur nid. Les femelles sont condamnées à être des reproductrices en chaine. » Quant au porcelets, ils sont castrés à vif, c'est-à-dire sans anesthésie préalable.

Bref, si le cahier des charges fait appel à l'histoire du jambon de Bayonne dans la région, il « ne retient rien de l’élevage traditionnel à la ferme, élevage de quelques porcs élevés en plein air, développant une relation familière avec le fermier et sa famille, loin de la concentration des porcs en élevage industriel. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >


1.Posté par LeonAmoula le 19/10/2015 00:16 (depuis mobile)
Myomectomy means removal of muscle tumors broids.g.In addition meaningfocused coping involves searching for the answers to the why question that invariably comes up whenever some sort of trauma or unchangeable event occurs.For example an obstruction

2.Posté par Richadder le 03/05/2016 10:43 (depuis mobile)
barbiturates depressant phenobarbital anesthetic anticonvulsant sedativehypnotic benzodiazepines minor tranquilizer lorazepam Ativan diazepam Valium chlordiazepoxide Librium clonazepam Klonopin triazolam Halcion alprazolam Xanax antianxiety sed

Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement