xoriburu.info
Eko-société

Pélère à Arzacq, Animal Cross mord à pleines dents l'IGP jambon de Bayonne


Vendredi 13 Mars 2015


Demain, samedi 14 mars, la ville d'Arzacq en Béarn vivra au rythme de la pélère. Une fête où le cochon, ou plutôt sa viande, est mise à l'honneur. L'association Animal Cross dans une lettre distribuée dans les boîtes aux lettres des habitants, s'attaque à l'IGP jambon de Bayonne qui s'approvisionne auprès des élevages industriels porcins.




Pour Animal Cross, l'IGP Jambon de Bayonne s'appuie sur les élevages industriels où le bonheur du cochon n'est pas dans la paille ©V.B.st bien loin
Pour Animal Cross, l'IGP Jambon de Bayonne s'appuie sur les élevages industriels où le bonheur du cochon n'est pas dans la paille ©V.B.st bien loin
« En célébrant la pélère à Arzacq que fêtez-vous ? La revanche de la tradition sur la modernité ou l’hypocrisie de l’élevage industriel masqué sous le couvert de la tradition ? » s'indigne Animal Cross, association de protection animale dans une lettre qu'elle a distribué directement dans les boîtes aux lettres des habitants de la ville hier soir. Que leur vaut donc cette ire ? Demain, la ville béarnaise organise sa pélère. Son tue-cochon. Une grande fête où après avoir tué un porc dans une ferme voisine, les charcutiers s'occuperont de la bête morte devant le public. Prélude à d'autres festivités : défilé du roi cochon, grand déjeuner...

Animal Cross dénonce le mal-être animal dans les élevages industriels porcins

Dans sa missive, Animal Cross s'attaque à l'IGP jambon de Bayonne qui dans son cahier des charges ne fait état d'aucun souci de bien-être animal. « L’IGP jambon de Bayonne qui fournit les cochons pour le pèle-porc n’est, ni plus ni moins, qu’un habile camouflage d’un élevage en masse, une production industrielle des porcs sans aucun respect ni de la tradition, ni du bien-être animal, dénonce l'association. Le porc tué pour produire le jambon de Bayonne est un porc élevé en bâtiment, qui sauf de très rares exceptions, n’a jamais vu le ciel et ne le verra que le jour où le camion l’amènera à l’abattoir. »

Et d'égrainer toutes les affres que subissent truies, porcelets et porcs dans les élevages industriels. Non seulement les porcs vivent entassés les uns sur les autres, mais ile ne peuvent pas se laisser aller à leur penchant naturel qu'est le fouillage. Le sol où ils vivent est en dur, du caillebotis argue-t-elle. Les truies ne connaissent pas un meilleur sort. « Les femelles ne peuvent pas faire leur nid au moment de la mise bas, ce qui provoque un très gros stress chez elles. En plein air, elles peuvent parcourir plusieurs kilomètres pour faire leur nid. Les femelles sont condamnées à être des reproductrices en chaine. » Quant au porcelets, ils sont castrés à vif, c'est-à-dire sans anesthésie préalable.

Bref, si le cahier des charges fait appel à l'histoire du jambon de Bayonne dans la région, il « ne retient rien de l’élevage traditionnel à la ferme, élevage de quelques porcs élevés en plein air, développant une relation familière avec le fermier et sa famille, loin de la concentration des porcs en élevage industriel. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >


1.Posté par LeonAmoula le 19/10/2015 00:16 (depuis mobile)
Myomectomy means removal of muscle tumors broids.g.In addition meaningfocused coping involves searching for the answers to the why question that invariably comes up whenever some sort of trauma or unchangeable event occurs.For example an obstruction

2.Posté par Richadder le 03/05/2016 10:43 (depuis mobile)
barbiturates depressant phenobarbital anesthetic anticonvulsant sedativehypnotic benzodiazepines minor tranquilizer lorazepam Ativan diazepam Valium chlordiazepoxide Librium clonazepam Klonopin triazolam Halcion alprazolam Xanax antianxiety sed

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement