xoriburu.info
Zooms

Pêche en rivière : le hameçon n'attrape pas toujours le bon poisson


Jeudi 13 Mars 2014


Fils de pêche, hameçons, flotteurs, plombs ou leurres... Les rivières et leurs abords cachent parfois d'étranges déchets de pêche. L'Aspas et Seapherd ont édité un dépliant pour appeler à la vigilance des pêcheurs alors que la pêche est ouverte en rivières de première catégorie depuis le 8 mars dernier.




Les pêcheurs en eau douce l'attendaient avec impatience. Depuis samedi dernier, le 8 mars, les rivières de première catégorie (1) leur sont ouvertes. Les poissons, truites, saumons, ombles…, n'ont plus qu'à se méfier de leurs hameçons. Des hameçons qui ratent parfois leurs cibles et terminent leur course dans l'estomac d'oiseaux ou autres mammifères.

Les déchets de la pêche en eau douce polluent et tuent

Des hameçons, des fils de pêche souvent cassés, des bas de lignes, des hameçons, des cuillères, des flotteurs, des plombs, des leurres, du fer, des emballages d’appâts, des emballages alimentaires, boîtes de conserve, des canettes, des bouteilles entières ou brisées, des mégots... La liste de déchets oubliés par certains pêcheurs est longue, dressée par les deux associations, Aspas et Seapherd. Et le nettoyage des berges, souvent annuel, organisé par des fédérations de pêche n'est pas toujours suffisant pour en débarrasser la nature.

Or, non seulement ces déchets polluent l'environnement, les cours d'eau et leurs environs, mais ils tuent oiseaux, petits ou plus grands mammifères. Victimes collatérales d'une activité dite pour certains de loisirs, pour d'autres sportive.

Non seulement le nylon des fils de pêche mettra 600 ans à se dégrader pointe du doigt les deux ong, mais il prend au piège de nombreux animaux, souvent des oiseaux. Les pattes ou les ailes ligotées, ces derniers ne peuvent s'alimenter. Affamés, exténués, ils se noient ou se pendent.

« Certaines espèces utilisent ces déchets pour construire leur nid et se retrouvent alors piégées dans leur propre « habitat ». Les blessures des animaux récupérés dans les centres de soins sont parfois si profondes, que l’animal ne peut qu’être amputé d’une aile ou d’une patte ou euthanasié. »

L'Aspas et Seapherd éditent un dépliant destiné aux pêcheurs en rivières

Non seulement canettes et bouteilles vides peuvent blesser, mais les dépôts de sucre qu'elles contiennent encore attirent insectes ou autres micromamifères. Elles seront leur tombe.

Pour attirer la vigilance des pêcheurs et des professionnels de la pêche sur ces dangers, l'Aspas et Seapherd ont publié un dépliant gratuit. Le document, photos d'oiseaux à l'appui, il apporte « des conseils pour limiter l’impact des déchets de la pêche sur la biodiversité »

Le dépliant est « mis à disposition auprès des fédérations et des professionnels de la pêche qui en auront fait la demande. Des posters sont également disponibles gratuitement afin de sensibiliser les adhérents et clients à la bonne conduite à tenir vis-à-vis de la faune sauvage et de la nature. » Les pêcheurs mordront-ils à l'hameçon ?

(1) Cours d’eau où le peuplement piscicole dominant est constitué de salmonidés (truites, saumons, ombles…).

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Juillet 2019 - 15:36 Le littoral basque voit rouge

Vendredi 21 Juin 2019 - 16:56 Abandons : We are the champions


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement