xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Pays Basque : l'ami des z'animaux


Lundi 8 Juillet 2013


Il aura fallu à peine six mois pour que Fred peaufine son projet de services aux propriétaires de chiens, chats, rongeurs... Garde, promenade, soins et transport, il sillonne désormais autour du BAB, Biarritz, Anglet, Bayonne.




J'aime les animaux et ils le sentent explique Fred qui a lancé L'ami des z'animaux ©V.B.
J'aime les animaux et ils le sentent explique Fred qui a lancé L'ami des z'animaux ©V.B.
« J’aime les animaux, explique tout simplement Fred. Et ils le sentent. » Voilà six mois, cet homme de 38 ans décide d’emprunter une nouvelle voie et cheminer vers les services aux personnes et leurs animaux. Surfeur invétéré, il avait avant roulé sa bosse en Asie. Il y apprend d'autres priorités de vie que celles insufflées par la vie occidentale. « Les populations pensent d'abord à se nourrir ! » confie-t-il. Menuisier dans une entreprise pendant deux ans, il y découvre qu'il veut être son propre patron.

Toiletteur ? Même si dans les salons de toilettage, peignes et brosses sont maniés surtout par des mains féminines, il se penche sur les formations. Encore faut-il dans la multitude des écoles et centres formateurs, séparer le bon grain de l'ivraie. « Et il y a de tout ! s'exclame-t-il. Les formations sérieuses sont peu nombreuses.... Et souvent chères ! » La formation en poche, le toiletteur doit trouver local à son pied... Fred finit par écarter ce projet.

Garde, soins, câlins et transport animalier, Fred rayonne autour du BAB, Biarritz, Anglet, Bayonne

Le jeune homme décide de faire au plus simple : garde, promenade, soins et transport animalier. Sans oublier les câlins nécessaires au bien-être des animaux... En deux temps trois mouvements, il entreprend les démarches pour créer son entreprise, l'ami des z'animaux et suit une formation de cinq jours à la Chambre de commerce et d’industrie de Bayonne pour s’initier aux b-a-ba de l’entreprenariat. Puis il achète un véhicule approprié au transport animalier et deux caisses de transport. Il cadre les services proposés et leurs prix.

Désormais fin prêt, il se lance le 15 juin dernier. « Je prends contact avec des vétérinaires et des salons de toilettage pour leur expliquer les services que je propose » poursuit le nouvel entrepreneur qui n’hésite pas à laisser les flyers explicatifs sur tous les comptoirs à sa portée.

On ne peut pas toujours partir quelques jours avec son chien, son chat, son lapin... Ni le confier à une pension. « Je propose donc de prendre soin de l’animal, en l’absence du maître, à son domicile, explique Fred. Le nourrir, le sortir, changer sa litière, lui donner son traitement médical sur ordonnance... Et si a personne a besoin, je peut arroser les plantes!  »

Et le tout nouveau patron d'ajouter :«  Les promenades en extérieur, qui ont toujours lieu en laisse pour la sécurité de tous, peuvent être autour du quartier ou en forêt... Quant au transport, il s’agit d’amener l’animal chez le vétérinaire, le toiletteur... ou ailleurs.  » La prestation inclut le temps du soin et vingt minutes en salle d’attente. Rien n'a été oublié !

Tous les services sont modulables. Les tarifs découpés en deux zones : la première rayonne sur dix kilomètres autour du BAB (Bayonne-Anglet-Biarritz), la seconde va de 10 à 25 km du BAB. Cerise sur le gâteau : le jeune homme prévoit d’envoyer un rapport par sms après chaque visite et promenade.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >


1.Posté par Flabeau le 07/07/2017 19:46 (depuis mobile)
Fred est un gardien très sympathique et de bons conseils. Nous avons toujours été très satisfaits et nous lui confions notre chien en toute confiance qu''il l''accueille toujours avec le sourire.
Claire et Éric

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement