xoriburu.info
Zooms

Ours : les associations reprennent la main


Jeudi 24 Janvier 2013


Les associations Ferus et Adet-Pays de l'Ours sont prêtes et elles le disent. Prêtes à assumer seules le lâcher de deux ourses dans le massif pyrénéen dès ce printemps. L’une dans les Pyrénées occidentales. La seconde dans les Pyrénées centrales.




Lâcher elles-mêmes des ours dans les Pyrénées ? Adet-Pays de l’Ours et Ferus n’en sont pas à leur coup d’essai sur ce terrain. Loin de là. Ce sont elles qui en 1996 et 1997 avaient réalisé les premiers lâchers d’ours en France, rappellent les deux associations. Le 19 mai 1996, Ziva, ours gestante de Slovénie, était relâchée sur la commune de Melles. Elle allait ainsi rejoindre les cinq derniers ours pyrénéens que le massif abritait encore. Quelques semaines plus tard, le 9 juin de la même année, Melba la rejoignait sur le massif. Un an après, le 2 mai 1997, le mâle Pyros découvrait son nouvel environnement dans les Pyrénées centrales.


Le groupe associatif assumera le prix des deux lâchers

« Pour ces prochaines opérations, Pays de l'Ours - Adet et Ferus sont entourées de partenaires associatifs impliqués : Sepanso 64, Nature-Midi-Pyrénées, France Nature Environnement Midi-Pyrénées, Nature-Comminges, Société Française d’Etude et de Protection des Mammifères, et des Parcs animaliers : La Colline aux marmottes (Argelès-Gazost) et Parc’Ours (Borce) qui apportent leurs compétences et leur expérience » expliquent Ferus et Adet-Pays de l’ours.

Le groupe associatif a tout prévu. Même les fonds nécessaires à cette opération. Il assumera « l’intégralité des opérations : organisation, réalisation, et financement sur des fonds privés, afin d’éviter tout débat sur les dépenses publiques en période de crise. »


Ferus et Adet-Pays de l'ours espèrent bien l'assentiment de l'Etat français

Les associations appellent le gouvernement de François Hollande à donner son feu vert : « son accord suffit pour lancer les opérations ». Et de rappeler que la France a été épinglée par la Commission européenne pour insuffisance de protection de l’ours. Le pays est sous « la menace de poursuites judiciaires imminentes de la Commission européenne » pour ce fait.

Les associations sont prêtes à lâcher les deux ourses dès ce printemps. Autrement l'année suivante. L’un des mammifères rejoindrait Néré et Cannellito, les deux mâles adultes qui restent dans les Pyrénées occidentales. Son lâcher permettrait de « commencer à restaurer la population menacée d’extinction rapide ». Dans les Pyrénées centrales, qui regroupent la quasi totalité des vingt autres ours du massif, l’ourse nouvelle renforcerait « la population qui n’est pas encore viable ». La balle est aujourd’hui dans les mains du gouvernement. Ce ne serait pas la première qu'il refuserait. Reste à savoir quelle réaction le projet associatif peut susciter dans les montagnes.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 9 Juillet 2011 - 00:00 Des oursons de l'année dans les Pyrénées



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement