xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Où sont donc passées nos hirondelles ?


Mercredi 16 Mai 2012


Leurs nids sont vides. Leurs silhouettes noires désertent nos cieux. Mais où sont donc nos hirondelles. La LPO lance une grande enquête de science participative sur les hirondelles de fenêtre de notre pays.




Des nids déserts, des cieux vides... nos hirondelles disparaissent ©V.B
Des nids déserts, des cieux vides... nos hirondelles disparaissent ©V.B
Hirondelles de fenêtres, hirondelles rustiques, hirondelles de rivage... Jusqu’à peu les campagnes et les villes fourmillaient d’hirondelles dès que le printemps s’annonçait. Après un hiver au chaud en Afrique subsaharienne, elles franchissaient plus de 6000 kilomètres à tire-d’aile et s’installaient en Europe pour nidifier.

Mais il faut bien se rendre à l’évidence : elles ne sont plus aussi nombreuses qu’avant. Et les études de suivi réalisées ces dernières années confirment ce phénomène. Entre 1989 et 2010, l’effectif des hirondelles de fenêtre a ainsi chuté de 40% en France selon le Musée national d’histoire naturelle.

La grande enquête de science participative sur les hirondelles de fenêtre a commencé

La modification des pratiques culturales, le dérangement, les destructions volontaires ou non des nids, tous ces facteurs jouent un rôle dans ce déclin, explique la Ligue pour la protection des oiseaux. Il semble donc nécessaire de mieux connaître ces espèces pour mieux les protéger et les prendre en compte dans les aménagements urbains.

C’est la raison pour laquelle une grande enquête de science participative sur les hirondelles de fenêtre est lancée dans l'Hexagone. Elle est coordonnée par la LPO, relayée par les associations locales de protection de la nature. Le projet lancé le 15 mai dernier court sur deux ans. Il se décline en trois axes ; chacun requiert l’aide d’un public différent : le grand public pour une meilleure connaissance des hirondelles de fenêtre, un public plus averti pour participer au recensement exhaustif des nids occupés d’hirondelles de fenêtre et rustiques sur cinq communes par an et par département et enfin, les ornithologues professionnels pour celui des Hirondelles de rivage.

Chacun peut reconnaître les hirondelles de fenêtre

Les associations lancent donc un premier appel au grand public. « Un carnet, un crayon, une balade au détour d’une ville ou d’un village. Il suffit de lever les yeux et d’observer. Chacun peut ainsi trouver un nid d’hirondelle de fenêtre, explique la LPO. Ensuite, il suffit de prendre le temps de regarder s’il est occupé et de noter quelques informations comme la date et le lieu. Enfin, le site dédié à l’enquête www.enquete-hirondelles.fr permet de saisir ses données afin qu’elles soient étudiées à la fin de l’enquête en 2014. Une enquête de science participative qui aidera ainsi les scientifiques à mieux connaître la répartition des hirondelles de notre pays et ainsi à mieux les protéger ! »

Les hirondelles de fenêtre ne sont pas difficiles à reconnaître. Leur dos et leurs ailes sont noir-bleuté, leur dessous blanc. Le plus souvent, elles construisent leur nid sous les avant toits des maisons dans les villes et les villages. Leur nid est un hémisphère de boues et de salive. Pour plus de précisions, n’hésitez pas à consulter le site dédié à ce projet en cliquant ici:

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement