xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Où sont donc passées nos hirondelles ?


Mercredi 16 Mai 2012


Leurs nids sont vides. Leurs silhouettes noires désertent nos cieux. Mais où sont donc nos hirondelles. La LPO lance une grande enquête de science participative sur les hirondelles de fenêtre de notre pays.




Des nids déserts, des cieux vides... nos hirondelles disparaissent ©V.B
Des nids déserts, des cieux vides... nos hirondelles disparaissent ©V.B
Hirondelles de fenêtres, hirondelles rustiques, hirondelles de rivage... Jusqu’à peu les campagnes et les villes fourmillaient d’hirondelles dès que le printemps s’annonçait. Après un hiver au chaud en Afrique subsaharienne, elles franchissaient plus de 6000 kilomètres à tire-d’aile et s’installaient en Europe pour nidifier.

Mais il faut bien se rendre à l’évidence : elles ne sont plus aussi nombreuses qu’avant. Et les études de suivi réalisées ces dernières années confirment ce phénomène. Entre 1989 et 2010, l’effectif des hirondelles de fenêtre a ainsi chuté de 40% en France selon le Musée national d’histoire naturelle.

La grande enquête de science participative sur les hirondelles de fenêtre a commencé

La modification des pratiques culturales, le dérangement, les destructions volontaires ou non des nids, tous ces facteurs jouent un rôle dans ce déclin, explique la Ligue pour la protection des oiseaux. Il semble donc nécessaire de mieux connaître ces espèces pour mieux les protéger et les prendre en compte dans les aménagements urbains.

C’est la raison pour laquelle une grande enquête de science participative sur les hirondelles de fenêtre est lancée dans l'Hexagone. Elle est coordonnée par la LPO, relayée par les associations locales de protection de la nature. Le projet lancé le 15 mai dernier court sur deux ans. Il se décline en trois axes ; chacun requiert l’aide d’un public différent : le grand public pour une meilleure connaissance des hirondelles de fenêtre, un public plus averti pour participer au recensement exhaustif des nids occupés d’hirondelles de fenêtre et rustiques sur cinq communes par an et par département et enfin, les ornithologues professionnels pour celui des Hirondelles de rivage.

Chacun peut reconnaître les hirondelles de fenêtre

Les associations lancent donc un premier appel au grand public. « Un carnet, un crayon, une balade au détour d’une ville ou d’un village. Il suffit de lever les yeux et d’observer. Chacun peut ainsi trouver un nid d’hirondelle de fenêtre, explique la LPO. Ensuite, il suffit de prendre le temps de regarder s’il est occupé et de noter quelques informations comme la date et le lieu. Enfin, le site dédié à l’enquête www.enquete-hirondelles.fr permet de saisir ses données afin qu’elles soient étudiées à la fin de l’enquête en 2014. Une enquête de science participative qui aidera ainsi les scientifiques à mieux connaître la répartition des hirondelles de notre pays et ainsi à mieux les protéger ! »

Les hirondelles de fenêtre ne sont pas difficiles à reconnaître. Leur dos et leurs ailes sont noir-bleuté, leur dessous blanc. Le plus souvent, elles construisent leur nid sous les avant toits des maisons dans les villes et les villages. Leur nid est un hémisphère de boues et de salive. Pour plus de précisions, n’hésitez pas à consulter le site dédié à ce projet en cliquant ici:

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement