xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Ô chasse suspend ton vol... il gèle


Dimanche 20 Janvier 2013


La neige et le gel ne menacent pas simplement les vies humaines. Ils mettent aussi en péril les animaux : les points d’eau gèlent ; la nourriture manque. La chasse est par principe interdite par temps de neige. A moins que les préfets ne donnent leur feu vert. La Ligue de protection des oiseaux tire la sonnette d’alarme et leur demande d'activer le protocole "gel prolongé" dans certains départements.




Si les hommes et leurs chiens s'éclatent dans la neige, le gel menace la survie des animaux sauvages ©E.H
Si les hommes et leurs chiens s'éclatent dans la neige, le gel menace la survie des animaux sauvages ©E.H
Lorsque la neige recouvre monts et vallées, forêts et plaines, la chasse est par principe interdite par le code de l’environnement en France. Les animaux sont par trop vulnérables. Toutefois, les préfets peuvent l’autoriser dans certains cas et pour certaines espèces. Avec ces autorisations, les chasseurs partiront en quête du gibier d’eau en tirant seulement au dessus des nappes d’eau en zone de chasse maritime et sur les fleuves, les rivières... ou des espèces soumises à des plans de chasse. Les cavaliers poursuivront à courre cerfs, renards...

« A minima, la chasse aux oiseaux de passage (vanneau huppé, bécasse des bois, Pluvier doré, colombidés (sauf exception locale), turdidés...) et au gibier terrestre sédentaire (faisans, perdrix...) est interdite de fait ! rappelait la Ligue pour la protection des oiseaux vendredi. Mais la chasse notamment au gibier d'eau (limicoles, canards, oies) reste ouverte dans de nombreux départements. »

Or la Ligue s’inquiétait vendredi. Les prévisions météorologiques actuelles indiquent que le gel devrait se prolonger dans le nord et nord est de la France cette semaine. Voire l’Ile-de-France. Aussi la Lpo tentait-elle d’obtenir dès la semaine dernière « des suspensions de la chasse au gibier d'eau et, là où sévit la neige, la chasse soit effectivement interdite et la réglementation respectée. Les grives paient déjà actuellement un lourd tribu... »

Le protocole Gel prolongé sera-t-il activé pour les animaux sauvages ?

La neige et le gel ne menacent pas simplement les vies humaines. Ils mettent aussi en péril les animaux : les points d’eau gèlent ; la nourriture manque.

L’an denier, les autorités publiques avaient activé le protocole gel prolongé qui suspend la chasse en cas de vague de froid. De fait l'article R424-3 du Code de l’environnement précise : « En cas de calamité, incendie, inondation, gel prolongé, susceptible de provoquer ou de favoriser la destruction du gibier, le préfet peut, pour tout ou partie du département, suspendre l’exercice de la chasse soit à tout gibier, soit à certaines espèces de gibier. La suspension s’étend sur une période de dix jours maximum et renouvelable. L’arrêté du préfet fixe les dates et heures auxquelles entre en vigueur et prend fin la période de suspension. »

Jusqu’à présent, les autorités publiques n’ont pas encore bougé. Une inaction que regrette la Lpo : « ni les administrations départementales, ni l'Oncfs ne prennent les mesures nécessaires à la préservation des espèces. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement