xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Ô chasse suspend ton vol... il gèle


Dimanche 20 Janvier 2013


La neige et le gel ne menacent pas simplement les vies humaines. Ils mettent aussi en péril les animaux : les points d’eau gèlent ; la nourriture manque. La chasse est par principe interdite par temps de neige. A moins que les préfets ne donnent leur feu vert. La Ligue de protection des oiseaux tire la sonnette d’alarme et leur demande d'activer le protocole "gel prolongé" dans certains départements.




Si les hommes et leurs chiens s'éclatent dans la neige, le gel menace la survie des animaux sauvages ©E.H
Si les hommes et leurs chiens s'éclatent dans la neige, le gel menace la survie des animaux sauvages ©E.H
Lorsque la neige recouvre monts et vallées, forêts et plaines, la chasse est par principe interdite par le code de l’environnement en France. Les animaux sont par trop vulnérables. Toutefois, les préfets peuvent l’autoriser dans certains cas et pour certaines espèces. Avec ces autorisations, les chasseurs partiront en quête du gibier d’eau en tirant seulement au dessus des nappes d’eau en zone de chasse maritime et sur les fleuves, les rivières... ou des espèces soumises à des plans de chasse. Les cavaliers poursuivront à courre cerfs, renards...

« A minima, la chasse aux oiseaux de passage (vanneau huppé, bécasse des bois, Pluvier doré, colombidés (sauf exception locale), turdidés...) et au gibier terrestre sédentaire (faisans, perdrix...) est interdite de fait ! rappelait la Ligue pour la protection des oiseaux vendredi. Mais la chasse notamment au gibier d'eau (limicoles, canards, oies) reste ouverte dans de nombreux départements. »

Or la Ligue s’inquiétait vendredi. Les prévisions météorologiques actuelles indiquent que le gel devrait se prolonger dans le nord et nord est de la France cette semaine. Voire l’Ile-de-France. Aussi la Lpo tentait-elle d’obtenir dès la semaine dernière « des suspensions de la chasse au gibier d'eau et, là où sévit la neige, la chasse soit effectivement interdite et la réglementation respectée. Les grives paient déjà actuellement un lourd tribu... »

Le protocole Gel prolongé sera-t-il activé pour les animaux sauvages ?

La neige et le gel ne menacent pas simplement les vies humaines. Ils mettent aussi en péril les animaux : les points d’eau gèlent ; la nourriture manque.

L’an denier, les autorités publiques avaient activé le protocole gel prolongé qui suspend la chasse en cas de vague de froid. De fait l'article R424-3 du Code de l’environnement précise : « En cas de calamité, incendie, inondation, gel prolongé, susceptible de provoquer ou de favoriser la destruction du gibier, le préfet peut, pour tout ou partie du département, suspendre l’exercice de la chasse soit à tout gibier, soit à certaines espèces de gibier. La suspension s’étend sur une période de dix jours maximum et renouvelable. L’arrêté du préfet fixe les dates et heures auxquelles entre en vigueur et prend fin la période de suspension. »

Jusqu’à présent, les autorités publiques n’ont pas encore bougé. Une inaction que regrette la Lpo : « ni les administrations départementales, ni l'Oncfs ne prennent les mesures nécessaires à la préservation des espèces. »

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement