xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Mong La, un eldorado du trafic d'ivoire


Lundi 13 Janvier 2014


Spectaculaire découverte qu’une équipe de Traffic et de l’université d’Oxford Brookes a faite à Mong La, petite ville transfrontalière du Myanmar. A deux pas de la Chine, un marché où des centaines de pièces d’ivoire s’empilent dans les magasins, pignons sur rue.




Les magasins de Mong La exposent des centaines d'objets en ivoire ©Vincent Ninjam
Les magasins de Mong La exposent des centaines d'objets en ivoire ©Vincent Ninjam
Mong La est une cité transfrontalière du Myanmar (Birmanie). A deux pas la Chine. Mong La est une perle du plaisir où tapis verts et bandits manchots rutilent. Mong La vit au rythme des nuits où les Chinois, franchissant la frontière se bousculent. On y trouve de tout dans cette ville. Marchandises licites et objets du marché noir. Parmi eux, de l’ivoire. Des tas d’ivoire.

Mong La, un eldorado illicite d'ivoire en vente

L'équipe a compté pas moins de cinquante défenses d'éléphants en vente ©Chris Shepherd/Traffic
L'équipe a compté pas moins de cinquante défenses d'éléphants en vente ©Chris Shepherd/Traffic
Quelques jours après la destruction de six tonnes d’ivoire mise en scène par les autorités chinoises, une équipe conjointe de Traffic et de l’université d’Oxford Brookes s’est rendue, incognito, à Mong La. Elle y a fait une spectaculaire découverte : plus de 3300 pièces d’ivoire et près de 50 défenses d’éléphants à vendre. Du jamais vu par Traffic qui surveille le commerce des espèces dans cette ville frontalière depuis 2006. Un eldorado d’or blanc. Un marché tenu par des Chinois pour des Chinois soulignent les enquêteurs.

Un eldorado illicite : la vente d’ivoire est interdite au Myanmar. Même s’il peut y avoir un marché autorisé autour de défenses d’éléphants légalement détenus. Non seulement interdit au Myanmar mais prohibé entre Etats qui ont signé la Convention de Washington.

Selon les informations obtenues par les enquêteurs, l’ivoire de Mong La vient de Chine, la plupart des pièces déjà sculptées. L’équipe a trouvé vingt-sept magasins qui proposaient de l’ivoire à la vente, la plupart d’origine africaine. Parmi les objets, des dents d’hippopotame ciselées, sans doute aucun sur leurs origines. Certaines boutiques exposaient même en vitrine des centaines de pièces d’or blanc, rassemblées dans des boîtes de présentation transparentes.

« Nos observations suggèrent que Mong La peut être l’un des plus gros marchés noirs d’ivoire d’Asie, a commenté Vincent Ninjam, professeur à l’université d’Oxford Brookes. Et sans aucun doute l’un de ceux où l’ivoire est ouvertement exposé. »

Les autorités de Myanmar doivent fermer ce marché noir demande Traffic

Le Myanmar doit être exemplaire alors qu'il préside cette année le Réseau de lutte contre le trafic en Asie ©Chris Shepherd/Traffic
Le Myanmar doit être exemplaire alors qu'il préside cette année le Réseau de lutte contre le trafic en Asie ©Chris Shepherd/Traffic
Et Vincent Ninjam de poursuivre : « Il est clair que ni le Myanmar ni la Chine n’appliquent les règlements de la Cites puisque de toute évidence l’ivoire traverse la frontière. »

« L’augmentation des volumes d’ivoire dans un marché transfrontalier ouvert qui approvisionne les consommateurs chinois est un signe certain que les accords internationaux ne sont pas appliqués et que des actions pour réduire la demande en ivoire ne sont pas effectives » a commenté Chris R. Shepherd, directeur de Traffic en Asie du sud-est.

L'enquêteur de Traffic ajoute : « Cependant comme le marché est situé au Myanmar, il relève de la responsabilité des autorités du Myanmar de prendre des mesures rapides et de fermer ce marché noir. » Et Chris Shepherd d'appeler la Chine à aider les autorités birmanes à mettre bon ordre sur leur territoire.

L’ivoire de Mong La est d’autant plus symbolique que le Myanmar se doit être exemplaire cette année : le pays préside le Wildlife Enforcement Network en Asie, une initiative intergouvernementale et inter-agence qui dans la région lutte contre le marché transfrontalier illégal des plantes et des animaux !

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement