xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Milans royaux : route de la mort dévoilée par GPS


Jeudi 26 Février 2015


Le 23 février dernier, la Lpo dénonçait la mort de milans royaux, grands migrateurs de l'Union européenne, empoisonnés en France. Ce sont les gps dont les rapaces étaient équipés qui ont marqué l'instant et le lieu de leur décès. Petite démonstration de cette route de la mort avec Pobes, milan royal doté d'un GPS en Alaba au Pays Basque sud en 2014.




Milans royaux : route de la mort dévoilée par GPS
C'est à Larrabe au Pays Basque sud que Pobes fut équipé d'un GPS-GMS solaire le 17 février 2015. Le milan royal de 948 grammes pouvait faire fi des quelque 20 grammes que pesait l'émetteur. Un mouchard qui allait sans vergogne épier ses moindres mouvements et transmettre sa position par coordonnées GPS par le biais du réseau de téléphonie mobile. La migration de l'oiseau, sans respect pour sa vie privée, allait s'afficher publiquement sur une carte de la toile.

Ce sont les dernières coordonnées GPS de Pobes qui indiquèrent où trouver le milan royal empoisonné

L'empoisonnement des milans royaux est une raison de leur déclin ©V.B.
L'empoisonnement des milans royaux est une raison de leur déclin ©V.B.
Le suivi de sa migration faisait partie du programme Migra, Migra pour migrations d'oiseaux. Un programme porté par l'association espagnole Seo/Birdlife. Avec dans le cas de Pobes, une aide financière de la communauté autonome basque parce que ce dernier hivernait sur son territoire. Equipé de son émetteur, le rapace resta encore un mois en Alaba. Jusqu'à ce qu'il prenne la route vers ses terres de nidification plus au nord. Pobes traversa la barrière des Pyrénées en passant par la baie de Txingudi. Il s'engouffra sur le territoire français vers le Luxembourg. A hauteur de Cologne en Allemagne, il bifurqua soudainement vers le sud, voie vers les sites de reproduction de son espèce en Europe centrale.

C'est à la hauteur de Heiteren en Alsace que le signal de son GPS se fit plus faible. Et le 25 avril 2014, le mouchard cessa d'émettre. L'équipe qui suivait ses mouvements en Espagne s'en inquiéta. Et Seo/Birdlife contacta son homologue en France, la Ligue de protection des oiseaux, Lpo, pour tenter de trouver une explication à ce silence radio. Le 29 avril 2014, la ligue retrouva l'animal en repérant les dernières coordonnées émises par le GPS. Pobes était mort. Un de plus ! Il semblait avoir été empoisonné. A côté de son cadavre, un renard plus mort que vif.

Le milan royal entre dans le cadre du plan Vigilance poison. Afin de déterminer les causes de mortalité de cette espèce, tous les cadavres de milans royaux qui sont découverts sont autopsiés et des analyses toxicologiques réalisées. Il aura fallu attendre un an avant que ces conclusions ne parviennent à Seo/Birdlife. Et le 17 février 2015, Seo/Birdlife émit un communiqué : les analyses révélaient un empoisonnement au carbofuran. « C'est vraiment dommage que ce milan mourût si peu de temps après avoir été équipé d'un gps, a déclaré alors Javier de la Puente de Seo/Birdlife et responsable du programme Migra. C'est lui qui dota Pobes d'un émetteur. Nous espérions obtenir des informations détaillées sur ses mouvements pendant de nombreuses années. »

« L'usage d'appâts empoisonnés est une méthode massive, non sélective et cruelle qui impacte de nombreuses autres espèces que celles à qui ces appâts sont destinés. Et parmi elles des espèces menacées ou domestiques. Cet usage est interdit par la législation espagnole et européenne » dénonce Seo.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement