xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Mer du Nord : les oiseaux meurent sous les lumières des plates-formes


Lundi 7 Mars 2011


Les plates-formes pétrolières en mer du Nord provoqueraient la mort de milliers de merles, de rouges-gorges, de grives et autres oiseaux sur la route de leur migration. En cause: les lumières artificielles qui la nuit les désorientent. Tandis qu'à Barcelone le comité off-shore de la convention Ospar se réunit, l'association Robin des Bois lui demande d'adopter une recommandation pour mieux protéger les animaux.




Les merles qui hibernent sur la côte basque ont passé la mer du Nord. Sans encombre. ©xoriburu.info
Les merles qui hibernent sur la côte basque ont passé la mer du Nord. Sans encombre. ©xoriburu.info
Des centaines d’oiseaux tomberaient chaque année au pied des plates-formes pétrolières de la mer du Nord. Merles, grives musiciennes, grives mauvis, alouettes des champs, eiders communs, litornes, rouges-gorges seraient les principales victimes. En cause : les lumières nocturnes des puits off-shore d’or noir. En pleine nuit, et surtout sous un ciel nuageux, les oiseaux sont désorientés par les éclairages artificiels autour desquels ils tournoient des heures.

Que font donc ces passereaux si loin des côtes ? Ils migrent tout simplement, survolent la mer du Nord. Les rouges-gorges entre septembre et octobre de la Scandinavie vers l’Europe du sud, les grives et les alouettes de la Norvège vers la Grande-Bretagne et l’Irlande.

« D’après le rapport présenté par les Pays-Bas aux autres Etats-membres de la convention Ospar pour la protection de l’Atlantique du Nord-Est, une seule plate-forme pourrait être responsable de la mort par collision de 60.000 oiseaux par an » s’inquiète l’association Robin des Bois. Et l’ong de préciser que ces chiffres « s’appuient par des observations de terrains. Sur une plate-forme allemande, 442 oiseaux de 21 espèces différentes ont été retrouvés morts sur les caillebotis et dans les coursives entre octobre 2003 et décembre 2004. Mais il est admis dans ce rapport que le nombre d’oiseaux morts après des collisions avec les parties aériennes des installations ou d’épuisement est beaucoup plus important. Ils sont perdus en mer. »

La désorientation des oiseaux par les lumières artificielles est connue. En ville ou en mer donc. Robin des Bois pointe du doigt le phénomène alors qu’aujourd’hui a débuté à Barcelone la réunion du comité Off Shore de la convention Ospar. Cette convention a pour mission de protéger l’environnement marin de l’Atlantique Nord-Est. Elle implique la coopération entre quinze gouvernements des côtes et îles occidentales d’Europe et l’Union européenne.

Lors de cette réunion, de nombreuses questions seront abordées, tels le stockage sous-marin de CO2 et ses risques, les modalités d’implantation des plates-formes pétrolières et gazières dans des conditions extrêmes…et accessoirement la protection de la biodiversité aviaire.

Robin des Bois estime que cette protection soit une priorité et « qu’une recommandation Ospar en faveur de la réduction de l’intensité lumineuse des plates-formes off-shore doit être adoptée sans tarder. La France recommande seulement de poursuivre les études, oubliant l’immortel poème de Jacques Prévert : « Des oiseaux par milliers volent vers les feux / Par milliers ils tombent, par milliers ils se cognent / Par milliers aveuglés, par milliers assommés / Par milliers ils meurent. » (Le Gardien du phare aime trop les oiseaux). »



Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement