xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Marais d'Orx : des grues empoisonnées


Lundi 11 Février 2013


Aux portes du Pays Basque, les Landes et son marais d’Orx. Une zone humide protégée qui abrite des centaines d’oiseaux en hiver. Or voici que vendredi après-midi un gestionnaire du marais y découvre une dizaine de grues mal-en-point et appelle le centre de soins de la faune sauvage Hegalaldia.




Les oiseaux sont enveloppées dans des couvertures pour les réchauffer
Les oiseaux sont enveloppées dans des couvertures pour les réchauffer
Que s’est-il donc passé au marais d’Orx ? La zone humide landaise de mille hectares accueille des centaines d’oiseaux migrateurs chaque année qui s’y abritent l’hiver. Ses milieux les nourrissent, les abreuvent et les protègent. Certaines espèces y vont trouver un abri la nuit, rassemblées dans de vastes dortoirs.

Mais vendredi un sort y a été jeté. Un gestionnaire du site y a découvert une dizaine de grues cendrées en détresse.



Les grues auraient-elles pris du poison destiné aux corvidés ?

Près d'une vingtaine de grues est acheminée vers les locaux du marais d'Orx en attendant que l'équipe d'Alca Torda les prenne en charge
Près d'une vingtaine de grues est acheminée vers les locaux du marais d'Orx en attendant que l'équipe d'Alca Torda les prenne en charge
« Nous avons reçu un appel du marais, raconte Stephan Maury d’Hegalaldia. Nous y avons répondu aussitôt et pris le chemin du marais qui n’est qu’à trente minutes du centre. » Le centre de sauvegarde de la faune sauvage est en fait sur la commune d’Ustaritz au Pays Basque.

A son arrivée, l’équipe y découvre dix-sept grues mal-en-point. Visiblement empoissonnées. « On soupçonne du maïs enrobé de poison peut-être destiné aux corvidés. Les oiseaux tombent en hypothermie et si personne n’intervient, ils en meurent. »

L’équipe s’attelle alors à les emmitoufler pour pouvoir les transporter sans blesser leurs pattes. Le chauffage des véhicules turbine. Direction les bureaux du marais d’Orx. Et non les installations de soins d’Hegalaldia à Ustaritz.

Car en route vers le marais, Hegalaldia est finalement prévenu que le centre de soins Alca Torda installé à Pouydesseaux près de Mont-de-Marsan veillera au sauvetage des grues. « Un appel du Conseil général des Landes » déclare Stephan Maury. Mais en attendant que l’équipe Alca Torda n’arrive, celle d’Hegalaldia préfère intervenir. Pour le bien-être des animaux, explique cette dernière.

Les oiseaux sont installés dans les locaux du marais. Les radiateurs fonctionnent à plein régime : les oiseaux doivent pouvoir échapper à l’hypothermie. « Certaines grues avaient déjà succombé au poison. Sans doute les plus jeunes dont l’organisme combat plus difficilement ces substances toxiques. » Les grues à l'abri, Hegalaldia repart avant que l’équipe d’Alca Torda ne parvienne sur les lieux.

Les grues seront acheminées vers le centre de soins Alca Torda

Nous aurions pu les amener dans nos installations près proches du marais d'Orx plaide Stephan Maury d'hegalaldia
Nous aurions pu les amener dans nos installations près proches du marais d'Orx plaide Stephan Maury d'hegalaldia
« Il faut agir le plus vite possible avec ce type de poison, regrettera de retour à Ustaritz Stephan Maury. Nous aurions pu accueillir ces grues chez nous car nous sommes plus près qu’Alca Torda du marais d’Orx. Deux gardes de l'Oncfs étaient présents. Nous avons toutes les autorisations nécessaires pour une intervention hors de notre département. Nous pouvons transporter la faune sauvage sur tout le grand sud. La législation demande à ce qu’un animal sauvage blessé soit acheminé vers le centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche... » Hegalaldia veut donc éclaircir l’affaire avec son ministère de tutelle, celui de l’Ecologie.

Dans l’après-midi, l’équipe d’Alca Torda a récupéré les grues emmitouflées qu’elle a acheminées vers son centre de soins. Reste à connaître où les grues ont pris du poison. Mais la question demeurera sans doute un mystère.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement