xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Marais d'Orx : des grues empoisonnées


Lundi 11 Février 2013


Aux portes du Pays Basque, les Landes et son marais d’Orx. Une zone humide protégée qui abrite des centaines d’oiseaux en hiver. Or voici que vendredi après-midi un gestionnaire du marais y découvre une dizaine de grues mal-en-point et appelle le centre de soins de la faune sauvage Hegalaldia.




Les oiseaux sont enveloppées dans des couvertures pour les réchauffer
Les oiseaux sont enveloppées dans des couvertures pour les réchauffer
Que s’est-il donc passé au marais d’Orx ? La zone humide landaise de mille hectares accueille des centaines d’oiseaux migrateurs chaque année qui s’y abritent l’hiver. Ses milieux les nourrissent, les abreuvent et les protègent. Certaines espèces y vont trouver un abri la nuit, rassemblées dans de vastes dortoirs.

Mais vendredi un sort y a été jeté. Un gestionnaire du site y a découvert une dizaine de grues cendrées en détresse.



Les grues auraient-elles pris du poison destiné aux corvidés ?

Près d'une vingtaine de grues est acheminée vers les locaux du marais d'Orx en attendant que l'équipe d'Alca Torda les prenne en charge
Près d'une vingtaine de grues est acheminée vers les locaux du marais d'Orx en attendant que l'équipe d'Alca Torda les prenne en charge
« Nous avons reçu un appel du marais, raconte Stephan Maury d’Hegalaldia. Nous y avons répondu aussitôt et pris le chemin du marais qui n’est qu’à trente minutes du centre. » Le centre de sauvegarde de la faune sauvage est en fait sur la commune d’Ustaritz au Pays Basque.

A son arrivée, l’équipe y découvre dix-sept grues mal-en-point. Visiblement empoissonnées. « On soupçonne du maïs enrobé de poison peut-être destiné aux corvidés. Les oiseaux tombent en hypothermie et si personne n’intervient, ils en meurent. »

L’équipe s’attelle alors à les emmitoufler pour pouvoir les transporter sans blesser leurs pattes. Le chauffage des véhicules turbine. Direction les bureaux du marais d’Orx. Et non les installations de soins d’Hegalaldia à Ustaritz.

Car en route vers le marais, Hegalaldia est finalement prévenu que le centre de soins Alca Torda installé à Pouydesseaux près de Mont-de-Marsan veillera au sauvetage des grues. « Un appel du Conseil général des Landes » déclare Stephan Maury. Mais en attendant que l’équipe Alca Torda n’arrive, celle d’Hegalaldia préfère intervenir. Pour le bien-être des animaux, explique cette dernière.

Les oiseaux sont installés dans les locaux du marais. Les radiateurs fonctionnent à plein régime : les oiseaux doivent pouvoir échapper à l’hypothermie. « Certaines grues avaient déjà succombé au poison. Sans doute les plus jeunes dont l’organisme combat plus difficilement ces substances toxiques. » Les grues à l'abri, Hegalaldia repart avant que l’équipe d’Alca Torda ne parvienne sur les lieux.

Les grues seront acheminées vers le centre de soins Alca Torda

Nous aurions pu les amener dans nos installations près proches du marais d'Orx plaide Stephan Maury d'hegalaldia
Nous aurions pu les amener dans nos installations près proches du marais d'Orx plaide Stephan Maury d'hegalaldia
« Il faut agir le plus vite possible avec ce type de poison, regrettera de retour à Ustaritz Stephan Maury. Nous aurions pu accueillir ces grues chez nous car nous sommes plus près qu’Alca Torda du marais d’Orx. Deux gardes de l'Oncfs étaient présents. Nous avons toutes les autorisations nécessaires pour une intervention hors de notre département. Nous pouvons transporter la faune sauvage sur tout le grand sud. La législation demande à ce qu’un animal sauvage blessé soit acheminé vers le centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche... » Hegalaldia veut donc éclaircir l’affaire avec son ministère de tutelle, celui de l’Ecologie.

Dans l’après-midi, l’équipe d’Alca Torda a récupéré les grues emmitouflées qu’elle a acheminées vers son centre de soins. Reste à connaître où les grues ont pris du poison. Mais la question demeurera sans doute un mystère.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement