xoriburu.info
Eko-société

Manif contre la fourrure à Bayonne


Samedi 29 Novembre 2014


Cet après-midi, rue Port-Neuf à Bayonne, Animal Cross a battu le pavé pour sensibiliser et inciter les badauds à signer leur pétition contre l'utilisation de la fourrure dans le prêt-à-porter.




Une dizaine de bénévoles de l'association Animal Cross ont voulu alerter les piétons sur la réalité des élevages des animaux à fourrure ©V.B.
Une dizaine de bénévoles de l'association Animal Cross ont voulu alerter les piétons sur la réalité des élevages des animaux à fourrure ©V.B.
« Les responsables du magasin nous ont pris en photo ; ils feront remonter notre action au siège de la marque » se félicite Valérie, présidente de l'association de protection animale Animal Cross qui veut souligner le paradoxe de la dite marque : « Son image s'appuie sur la nature. Or l'élevage des animaux à fourrure va à son encontre ! » Dans la ligne de mire des bénévoles : Aigle aujourd'hui. Ikks demain.


Derrière la fourrure véritable, la souffrance d'un animal

« Les passants avec qui nous discutons ne savent pas toujours qu'ils portent de la vraie fourrure, poursuit Valérie. Parce qu'ils ont acheté des vêtements à des prix abordables, ils pensent qu'ils portent de la fausse fourrure. Nous leur démontrons que non ! Avec les étiquettes.  » La rue du Port-Neuf est en cet après-midi de samedi bien fréquentée. La dizaine de bénévoles d'Animal Cross arborent au cou une pancarte qui doit interpeller les badauts.

Pas question aujourd'hui de haranguer les foules, mais de discuter. De convaincre les passants de signer des lettres qu'ils enverront à la marque concernée. « Envoyer des lettres aux marques plutôt que de leur écrire par Internet s’est révélé très efficace dans des campagnes de protection des animaux.  »

Bayonne aujourd'hui. Pau le 13 décembre prochain. A l'instar d'Animal Cross, des petites associations se sont rassemblées au sein du Collectif Mode sans fourrure. Ce type d'actions marche, souligne Valérie. L'année dernière, Kookaï a renoncé à utiliser de la fourrure.

Car derrière la véritable fourrure se cache une dure réalité. Les élevages des animaux à fourrure ne sont pas tendres. « La fourrure est synonyme de très grande souffrance pour les animaux élevés dans des conditions tout à fait incompatibles avec leur nature : concentration des animaux, exiguité des lieux, mutilation. L’abattage est souvent aussi source de douleur, les animaux étant électrocutés avec une électrode dans le bouche et une autre dans l’anus pour ne pas endommager la fourrure (1). Finalement, tuer des animaux pour se vêtir n’a aucun sens à un moment où on peut s’habiller chaudement et à la mode sans fourrure animale. »



(1) Depuis le 1er janvier 2013, le règlement (CE) n° 1099/2009 du Conseil du 24 septembre 2009 sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort est en vigueur dans tous les pays de l'UE, donc en France. Il stiule l'étourdissement préalable de tous les animaux (même à fourrure) avant leur mise à mort. L'étourdissement électrique de la tête à la queue concerne les renards et les chinchillas.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement