xoriburu.info
Ecosystèmes

Les zones humides épongent les crues


Vendredi 30 Janvier 2015


La pluie tombe bien aujourd'hui au Pays Basque. C'est l'occasion rêvée d'aller constater sur le terrain, les bottes dans l'eau, l'utilité des zones humides, tampons pour réguler les inondations. Des zones humides dont la planète ce week-end célèbre les journées mondiales. Au Pays Basque et en Aquitaine, des animations sont organisées entre découverte de beaux étangs, de larges tourbières...




Deux réserves régionales naturelles peuvent être découvertes au Pays Basque dimanche ©V.B.
Deux réserves régionales naturelles peuvent être découvertes au Pays Basque dimanche ©V.B.
Il pleut aujourd'hui sur le Pays Basque et le risque d'inondations a été pointée du doigt par les autorités publiques. Or les inondations, les zones humides, dont la terre fête ces jours prochains la journée mondiale, y font face : elles en absorbent le trop plein autant qu'elles le peuvent. Un service rendu à l'homme qui les a pourtant souvent malmenées. La nature ne semble pas trop rancunière.


, Tant et si bien que les Pyrénées-Atlantiques ont été placés en vigilance orange pluie-inondations et avalanches jusqu'à demain, samedi 30 janvier, 11 heures pour les crues et dimanche 7 heures pour le risque d'avalanches.

Les zones humides sont utiles à l'homme

La France a jusqu'à présent recensé entre 2,2 et 3 millions d'hectares de zones humides. Soit 4,5 à 5,6% de son territoire aujourd'hui. Entre tourbières et étangs, prairies humides et lagunes littorales, marais salants et vasières, ces zones ont été grignotées par les activités humaines. Au point que l'on estime que les deux tiers d'entre elles ont disparu. Or elles ont leur utilité dans le cycle de la nature. Et pas q'une !

Les zones humides assument bien des fonctions. Biologiques en étant réservoir de biodiversité, zone d’alimentation, de refuge, d’abri, zones de reproduction et de repos pour de nombreuses espèces. Fonctions hydrologiques et climatiques : autoépuration de l’eau, régulation du cycle de l’eau (recharge des nappes souterraines, atténuation des crues brusques et des périodes de sécheresse,…) régulation des microclimats, rôle dans l’atténuation des effets du changement climatique et dans l’adaptation à ces changements. Fonctions biogéochimiques : piégeage, rétention, transformation, dégradation, production et/ou exportation de l’azote, du phosphore, des métaux lourds et des micropolluants
organiques ce qui permet à l’eau sortante d’être de meilleure qualité.

Sans compter leurs fonctions économiques (production de ressources alimentaires aquacoles, agricoles (fourrage, pâturage)) et sociales et culturelles (lieux de détente, de loisirs et de découverte, partie intégrante du patrimoine paysager et culturel d’une région).

Le 15 juin 2014, la France a lancé son 3e plan d'actions national en faveur des zones humides

Pour mieux saisir les services que ces zones humides rendent à l'homme, rien ne vaut mieux que parler deniers sonnants et trébuchants dans les sociétés marchandes. Des études ont été lancées pour estimer la valeur marchande des ces services. Mais pour l'heure rien de très probant : l'opération est complexe. Et si chaque zone humide, prise individuellement, génère un revenu modéré, les unes ajoutées aux autres, leur dégradation peut induire une hausse des coûts pour toutes les collectivités amenées à gérer la protection des inondations, gestion des étiages, traitement des eaux polluées...

Même si de nombreuses zones humides sont répertoriées en France, elles n'ont pas livré tous leurs secrets. Même si certaines sont aujourd'hui protégées, d'autres continuent à disparaître. Si la France a mis en place un premier plan d'actions national en 1995, elle doit poursuivre ses efforts. C'est la raison pour laquelle un troisième plan a été lancé le 15 juin dernier. Ce plan s'appuie sur quatre objectifs :
- Renforcer la prise en compte des milieux humides dans l’aménagement urbain, dans la prévention des inondations et dans la lutte contre le changement climatique ; mettre en place une véritable stratégie de préservation et de reconquête de leurs fonctions que ce soit en métropole ou en Outre-mer en associant l’ensemble des acteurs mobilisés ;
- Développer une carte de référence à l’échelle nationale pour disposer rapidement d’une vision globale de la situation de ces milieux ;
- Développer la connaissance et de la formation à la gestion de ces milieux.

Cinquante-deux actions ont été élaborées qui devront être réalisées d'ici 2018.

Ces jours ci, allez découvrir le les zones humides et leur biodiversité

Depuis le 2 février 1971, les zones humides font l'objet d'une convention internationale, appelée Ramsar. A l'origine ; le déclin des oiseaux d'eau observé dans les années 1960. Un déclin né de la destruction ou la détérioration de leurs habitats, les zones humides. Aujourd'hui cette convention a élargi ses missions : « La conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier. »

Pour alerter le grand public, ici et ailleurs, une journée mondiale a été créée, célébrée chaque 2 février. C'est alors l'occasion d'organiser de nombreuses animations dont le thème cette année est « Les zones humides pour notre avenir ». Les acteurs de leur protection proposent ainsi de les découvrir sur le terrain. Et donc constater leur utilité lorsque le ciel tombe sur la tête du Pays Basque.

A télécharger le programme des animations sur toute l'Aquitaine ci-dessous.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 3 Décembre 2018 - 16:44 Juste un coucher de soleil...

Samedi 6 Octobre 2018 - 23:37 Alternatiba rallie Surfrider à Biarritz


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement