xoriburu.info
Eko-société

Les toros s’éloignent de Donosti


Mardi 1 Janvier 2013


Le feuilleton continue dans la capitale du Gipuzkoa : y aura-t-il ou non des corridas en 2013 dans les arènes d’Illumbe à Donosti pour Semana Grande, c'est-à-dire aux alentours du 15 août ? Si l’on en croit les derniers évènements, se serait plutôt non, mais la partie est loin d’être terminée.




Pour ces toros, la route de Donosti est barrée ©DdL
Pour ces toros, la route de Donosti est barrée ©DdL
Petit rappel historique. Naguère place forte de la planète toros, Donosti-San Sebastian connut au début des années 70 un premier coup d’arrêt après la démolition des arènes du Chofre, vétustes et condamnées par un projet immobilier. Après deux décennies sans toros, le célèbre impresario Manolo Chopera, aujourd’hui décédé, lança le grand projet de la plaza d’Illumbe, au dessus du stade d’Anoeta. Des arènes de 11.000 places, à toit ouvrant, confortables, répondant aux normes de sécurité, mais en béton et d’une tristesse absolue. Inauguré en 1998 avec des affiches haut de gamme, le site déclina par la suite doucement mais sûrement. En raison d’une programmation discutable et du peu d’attrait des lieux.

Le maire de Donosti - San Sebastian est opposé aux corridas

Arriva 2011, et la prise de la municipalité par EH Bildu, coalition de gauche abertzale qui installa Juan Karlos Izagirre dans le fauteuil de maire. Exit donc le socialiste Odon Elorza qui était plutôt favorable aux corridas. Juan Karlos Izagirre, lui, est carrément contre, et s’il dut laisser les toros en piste en 2012, il annonça clairement qu’il leur fermerait la porte en 2013 en usant d’un moyen simple : ne pas lancer d’appel d’offres pour l’organisation des corridas.

Cette prise de position entraîna une réaction de l’opposition municipale : PP, PS et PNV, qui disposent de la majorité dans le cas improbable où ils s’unissent, furent cette fois d’accord pour exiger qu’un appel d’offres soit lancé. Les toros reprenaient alors l’avantage.

La musique entrera à Illumbe, non les toros

C’était sans compter sur la pugnacité de l’édile Izagirre, qui lança illico une contre-offensive musclée. Il asséna que la plaza serait réservée au premier qui l’aurait retenue pour un spectacle, notamment au moment de Semana Grande.

Autant dire que le temps de lancer le concours pour les corridas, de recevoir les réponses, de dépouiller les plis et de désigner le vainqueur, des dizaines d’organisations diverses et variées peuvent retenir Illumbe pour y organiser qui un concert, qui un spectacle de danses, qui un match de basket ou de hand.

Aux premières heures de 2013, les toros qui paissent dans le campo en Castille, en Estremadura ou en Andalousie peuvent se dire que la route de Donosti leur est interdite.

Daniel de Luz


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images


La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche


Inscription à la newsletter

Téléchargement