xoriburu.info
Les animaux de nos maisons

Les tiques attaquent


Mercredi 5 Janvier 2011


Même en hiver les chats et les chiens qui mettent leur nez dans nos jardins ou les bois ne sont pas à l'abri d'hôtes indésirables. Les tiques entre autres, camouflées dans la végétation épaisse. En dépit des gelées elles ont des velléités de se gorger de sang. Ces acariens sont de véritables vampires. A retirer au plus tôt de nos animaux de compagnie.




Les tiques attaquent
Les tiques sont des acariens qui hantent la plupart des régions françaises. Les tiques ont bien deux pics d’activité, au printemps et à l'automne. Pour autant, en hiver et en été, elles peuvent ne laisser aucun répit aux hommes et aux autres mammifères. Ce sont dans les jardins privés et publics ou les bois que nos animaux de compagnie les attirent surtout. Sur le sable des plages, point de souci.


Les chats et les chiens ne sont pas égaux devant une tique

La chaleur des chats ou des chiens, leur respiration ou la vibration de leurs foulées alertent les organes sensitifs des tiques de la présence d’hôtes désirables. Une fois sur l’animal, elles recherchent la peau la plus fine de son corps pour s’y fixer. Bien au chaud, elles enfoncent leur rostre, un organe d’ancrage formé de pièces buccales dans l’épiderme. Epiderme qu’elles auront réussi à couper superficiellement. Puis elles sécrètent un cément qui consolide leur point d’ancrage. Peu ragoutant, mais efficace : ces vampires peuvent alors librement sucer le sang de leur victime.

Les chiots et les chatons sont une chair tentante : leur peau est bien plus fine que leurs aînés, des durs à cuir. Chez ces jeunes animaux, de trop nombreuses tiques peuvent être fatales si l’homme n’intervient pas. Les acariens provoquent des pertes de sang trop importantes.

Devant la tique, les chiens et les chats ne sont pas égaux. Si l’acarien transmet rarement des maladies aux seconds, il est un vampire infectieux sérieux pour les premiers. Comme pour l’homme d’ailleurs. La tique peut être vecteur de la piroplasmose, de la maladie de Lyme…

Aujourd’hui, la plupart des traitements anti-puces luttent aussi contre l’infection des tiques. Mais, ces dernières peuvent faire de la résistance. Alors les propriétaires doivent vérifier régulièrement si leurs animaux de compagnie n’abritent pas, à leurs dépens, un hôte indésirable. Et si tique il y a, la retirer aussi vite, en vérifiant que le rostre fiché dans l’épiderme est bien retiré. Un petit coup de désinfectant sur la peau, et le tour devrait être joué.

Il existe des crochets à tique, assez utiles, vendus dans le commerce. Ou des produits pour ceux qui n’auraient pas le coup de main assuré. Une fois l’acarien ôté, mieux vaut prendre toutes les précautions et jeter l’animal, la tique bien sûr, et non le chien ou le chat, dans les toilettes. En cas de difficultés, direction le véto.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement