xoriburu.info
Ecosystèmes

Les sacs plastiques arrivent en fin de course


Samedi 6 Décembre 2014


Voila plus de deux semaines, l'Union européenne a décidé de réduire des trois-quarts sa consommation en sacs plastiques à usage unique d'ici 2025. Comment et pourquoi ?




Les sacs plastique en vocation unique devront disparaître en France d'ici 2016 ©V.B.
Les sacs plastique en vocation unique devront disparaître en France d'ici 2016 ©V.B.
Dans un an et vingt-cinq jours, on ne trouvera plus de sacs plastique à usage unique(1) sur le territoire français. La loi sur la transition énergétique adoptée le 14 octobre dernier en a interdit l'utilisation dès le 1er janvier 2016. Et chez nos voisins européens ?

D'ici 2025, la consommation par eurocitoyen devra s'élever à 40 sacs

L'Union européenne a décidé de pousser ses Etats membres à réduire leur consommation de plus de trois quarts d'ici 2015. Elle leur laisse le choix des armes : tarification sur chaque sac, interdiction pure et simple ou fixation d'objectifs nationaux.

Ses Etats membres qui ne l'ont pas encore fait devront soit exiger que ces sacs soient payants d'ici le 31 décembre 2018, soit prendre des mesures afin de réduire leur consommation annuelle à 90 sacs par habitant d'ici le 31 décembre 2019. En 2025, la consommation annuelle ne devra pas dépasser 40 sacs par habitant, alors que la moyenne européenne s'établissait à 198 en 2010.

Certains pays vont avoir fort à faire. Chaque citoyen européen utilise en moyenne 198 sacs jetables par an, soit un par jour et par ménage. L'usage annuel varie toutefois considérablement selon les pays, allant de 4 au Danemark et en Finlande, à 466 en Pologne, au Portugal et en Slovaquie.

De l'autre côté des Pyrénées, ce sont 133 sacs que les Espagnols utilisent par an. Le pays a connu une drastique réduction puisque quatre ans plus tôt en 2009, chacun de ses habitants en employait 300 annuellement.

En fait, l'Etat espagnol, en juillet 2011, adoptait la loi sur les résidus et les sols contaminés qui incluait selon un calendrier précis la fin des sacs plastique à vocation unique d'ici 2018. A l'exception des sacs pour conserver la viande ou le poisson.

Dès l'année prochaine d'ailleurs, les supermarchés et autres établissements qui donnent encore ce type d'emballages à leurs clients devront doter les sacs d'un message sur leurs effets nocifs sur l'environnement. Peut-être y verra-t-on figurer les sacs tuent les mammifères marins.

Les sacs plastique terminent dans l'estomac des animaux

Car c'est là la question : les cent milliards de sacs plastiques à usage unique consommés en Europe chaque année polluent. Tous ne sont pas recyclés mais finissent leurs courses dans les mers et océans, en empruntant les cours d'eau. Chaque année, en Europe, plus de 8 milliards de sacs en plastique finissent en déchets sauvages, entraînant des dommages considérables pour l'environnement selon la Commission européenne.

Ils mettent des centaines d'années avant de se dégrader, généralement sous forme de particules toxiques microscopiques, reconnues dangereuses notamment pour la vie marine. et en attendant, ils s'accumulent dans nord de l'océan de l'Atlantique et dans le Pacifique nord où ils forment ce que l'on a surnommé le 7e continent

Et les espèces marines en paient un lourd tribut. En tout ce sont plus de 260 espèces qui sont impactées par les sacs plastiques.En mer du Nord, l'estomac de 94 % des oiseaux contient du plastique. À l'autre bout de l'Europe, les sacs en plastique représentent 73 % des déchets de matières plastiques recueillis par les chalutiers le long des côtes de Toscane.

(1) sacs en plastique à poignées d'une épaisseur inférieure à 50 microns

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Février 2018 - 17:16 Après les pluies, le soleil


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement