xoriburu.info
Ecosystèmes

Les sacs plastiques arrivent en fin de course


Samedi 6 Décembre 2014


Voila plus de deux semaines, l'Union européenne a décidé de réduire des trois-quarts sa consommation en sacs plastiques à usage unique d'ici 2025. Comment et pourquoi ?




Les sacs plastique en vocation unique devront disparaître en France d'ici 2016 ©V.B.
Les sacs plastique en vocation unique devront disparaître en France d'ici 2016 ©V.B.
Dans un an et vingt-cinq jours, on ne trouvera plus de sacs plastique à usage unique(1) sur le territoire français. La loi sur la transition énergétique adoptée le 14 octobre dernier en a interdit l'utilisation dès le 1er janvier 2016. Et chez nos voisins européens ?

D'ici 2025, la consommation par eurocitoyen devra s'élever à 40 sacs

L'Union européenne a décidé de pousser ses Etats membres à réduire leur consommation de plus de trois quarts d'ici 2015. Elle leur laisse le choix des armes : tarification sur chaque sac, interdiction pure et simple ou fixation d'objectifs nationaux.

Ses Etats membres qui ne l'ont pas encore fait devront soit exiger que ces sacs soient payants d'ici le 31 décembre 2018, soit prendre des mesures afin de réduire leur consommation annuelle à 90 sacs par habitant d'ici le 31 décembre 2019. En 2025, la consommation annuelle ne devra pas dépasser 40 sacs par habitant, alors que la moyenne européenne s'établissait à 198 en 2010.

Certains pays vont avoir fort à faire. Chaque citoyen européen utilise en moyenne 198 sacs jetables par an, soit un par jour et par ménage. L'usage annuel varie toutefois considérablement selon les pays, allant de 4 au Danemark et en Finlande, à 466 en Pologne, au Portugal et en Slovaquie.

De l'autre côté des Pyrénées, ce sont 133 sacs que les Espagnols utilisent par an. Le pays a connu une drastique réduction puisque quatre ans plus tôt en 2009, chacun de ses habitants en employait 300 annuellement.

En fait, l'Etat espagnol, en juillet 2011, adoptait la loi sur les résidus et les sols contaminés qui incluait selon un calendrier précis la fin des sacs plastique à vocation unique d'ici 2018. A l'exception des sacs pour conserver la viande ou le poisson.

Dès l'année prochaine d'ailleurs, les supermarchés et autres établissements qui donnent encore ce type d'emballages à leurs clients devront doter les sacs d'un message sur leurs effets nocifs sur l'environnement. Peut-être y verra-t-on figurer les sacs tuent les mammifères marins.

Les sacs plastique terminent dans l'estomac des animaux

Car c'est là la question : les cent milliards de sacs plastiques à usage unique consommés en Europe chaque année polluent. Tous ne sont pas recyclés mais finissent leurs courses dans les mers et océans, en empruntant les cours d'eau. Chaque année, en Europe, plus de 8 milliards de sacs en plastique finissent en déchets sauvages, entraînant des dommages considérables pour l'environnement selon la Commission européenne.

Ils mettent des centaines d'années avant de se dégrader, généralement sous forme de particules toxiques microscopiques, reconnues dangereuses notamment pour la vie marine. et en attendant, ils s'accumulent dans nord de l'océan de l'Atlantique et dans le Pacifique nord où ils forment ce que l'on a surnommé le 7e continent

Et les espèces marines en paient un lourd tribut. En tout ce sont plus de 260 espèces qui sont impactées par les sacs plastiques.En mer du Nord, l'estomac de 94 % des oiseaux contient du plastique. À l'autre bout de l'Europe, les sacs en plastique représentent 73 % des déchets de matières plastiques recueillis par les chalutiers le long des côtes de Toscane.

(1) sacs en plastique à poignées d'une épaisseur inférieure à 50 microns

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 25 Juillet 2019 - 10:45 La canicule plombe l'air au Pays Basque


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site





On marche sur la tête !

Les crottins non grata à Mouriscot

Cette semaine, un nouvel panneau est apparu au lac Mouriscot. Ou plutôt une feuille de classeur à petits carreaux protégée des intempéries par une enveloppe plastique. L'auteur du petit mot y interpelle les promeneurs du lac : Vous ne verrez plus les chevaux se promener autour du lac.
En cause : les crottins des chevaux en balade ! Il semble en effet que des personnes se soient plaintes des dépôts chevalins. Des crottins que le Pôle Équestre de Biarritz nettoie deux fois par semaine, énonce la missive. L'auteur rappelle à juste titre que le crottin est biodégradable et bon pour la nature. Les jardiniers en herbe ou non l'utilisent pour leurs jardins... Le petit mot doux termine sur cette question qui taraude la société : "Vous préférez peut-être les pesticides ?" Décidément, ça chauffe à Mouriscot. En effet, depuis quelques semaines, les cyano-bactéries en troublent les eaux - à quelques encablures de là, ces bactéries ont aussi fleuri au lac Marion. Les pêcheurs, baigneurs et promeneurs sont avertis par la mairie de la commune : risque sanitaire, affichent des pancartes communales fichées ci et là. La baignade, la pêche, les activités nautiques sont interdites. Ainsi que tout contact avec l'eau. "Ne pas faire abreuver les animaux dans le lac" ajoutent-elles. On se demande comment les canards et autres oiseaux, poissons et invertébrés se débrouillent à survivre dans ces eaux polluées.

09/10/2019

La côte basque en images

La puce à l'oreille
11/08/2019

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

Inscription à la newsletter

Téléchargement