xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les reptiles en danger


Mardi 19 Février 2013


Souvent les reptiles vivent dans des milieux hostiles. Pour autant ils n’ont pas la peau aussi dure que l’on pourrait le croire : un animal sur cinq est proche de l’extinction dans le monde.




Le Ahaetulla nasuta vit en Asie ©Ruchira Somaweera
Le Ahaetulla nasuta vit en Asie ©Ruchira Somaweera
Ils sont apparus sur terre voilà quelque 300 millions d’années. Les uns sont aquatiques, les autres terrestres. Certains d’entre eux survivent dans des milieux si extrêmes que terriens les pensent invincibles. Et pourtant, ils ne le sont pas. Pire près d’un sur cinq de ces animaux sont en voie d’extinction.

Tortues, crocodiles, amphibiens, lézards et serpents, en dépit de leur histoire, les reptiles ne sont plus à la fête sur terre : leurs habitats changent tant et si bien que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme. Plus de deux cents d’entre eux ont étudié les risques d’extinction de 1500 reptiles pris au hasard dans le monde.

L'étude scientifique sonne l'alarme pour les reptiles

Le Goniurosaurus kuroiwae est une espèce endémique du Japon ©Hidetoshi Ota
Le Goniurosaurus kuroiwae est une espèce endémique du Japon ©Hidetoshi Ota
Leurs conclusions coordonnées par la Société zoologique de Londres et la Commission de survie des espèces de l’Uicn sont sans appel : 19% d’entre eux sont menacés d’extinction, 12% classés comme en danger critique, 41% en danger et 47 % vulnérable.

Trois espèces jusqu’ici classées en danger critique ont peut-être déjà disparu. L’un d’elles ne vit qu’en Bolivie, à 2500 mètres d’altitude. Existe-t-elle encore ? Elle ne montre plus son nez alors qu’à deux reprises, des recherches ont été réalisées, infructueuses.

« Les reptiles sont souvent associés à des habitats extrêmes et des conditions environnementales dures, aussi est-il facile de supposer qu’ils seront bien dans notre monde changeant, explique Monika Böhm, auteur principal de l’article publié par le journal Biological Conservation.

Toutefois, selon cette spécialiste, « beaucoup d’espèces ont des organismes hautement spécialisés en terme d’habitat et de conditions climatiques dont ils ont besoin jour après pour vivre. Cela les rend particulièrement sensibles aux changements environnementaux. »

La moitié des tortues d'eau douce sont menacées d'extinction

Les reptiles, ici un Atheris ceratophora de Tanzanie, sont prédateurs et proies ©Michele Menegon
Les reptiles, ici un Atheris ceratophora de Tanzanie, sont prédateurs et proies ©Michele Menegon
Tous les groupes de reptiles n’affrontent pas les mêmes menaces d’extinction. Ainsi les tortues d’eau douce sont-elles exposées à des risques particulièrement élevés. Si un tiers des reptiles d’eau douce sont proches de l’extinction, ce taux monte à 50% pour les tortues. Car non seulement les milieux aquatiques se réduisent comme peau de chagrin et subissent de nombreuses pollutions, mais les tortues sont l'objet d'un intense commerce national et international.

Comme toutes les espèces animales, les reptiles jouent un rôle dans les écosystèmes, en tant que prédateurs et proies. Il est donc urgent d’agir et de les intégrer dans des plans de conservation.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement