xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les reptiles en danger


Mardi 19 Février 2013


Souvent les reptiles vivent dans des milieux hostiles. Pour autant ils n’ont pas la peau aussi dure que l’on pourrait le croire : un animal sur cinq est proche de l’extinction dans le monde.




Le Ahaetulla nasuta vit en Asie ©Ruchira Somaweera
Le Ahaetulla nasuta vit en Asie ©Ruchira Somaweera
Ils sont apparus sur terre voilà quelque 300 millions d’années. Les uns sont aquatiques, les autres terrestres. Certains d’entre eux survivent dans des milieux si extrêmes que terriens les pensent invincibles. Et pourtant, ils ne le sont pas. Pire près d’un sur cinq de ces animaux sont en voie d’extinction.

Tortues, crocodiles, amphibiens, lézards et serpents, en dépit de leur histoire, les reptiles ne sont plus à la fête sur terre : leurs habitats changent tant et si bien que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme. Plus de deux cents d’entre eux ont étudié les risques d’extinction de 1500 reptiles pris au hasard dans le monde.

L'étude scientifique sonne l'alarme pour les reptiles

Le Goniurosaurus kuroiwae est une espèce endémique du Japon ©Hidetoshi Ota
Le Goniurosaurus kuroiwae est une espèce endémique du Japon ©Hidetoshi Ota
Leurs conclusions coordonnées par la Société zoologique de Londres et la Commission de survie des espèces de l’Uicn sont sans appel : 19% d’entre eux sont menacés d’extinction, 12% classés comme en danger critique, 41% en danger et 47 % vulnérable.

Trois espèces jusqu’ici classées en danger critique ont peut-être déjà disparu. L’un d’elles ne vit qu’en Bolivie, à 2500 mètres d’altitude. Existe-t-elle encore ? Elle ne montre plus son nez alors qu’à deux reprises, des recherches ont été réalisées, infructueuses.

« Les reptiles sont souvent associés à des habitats extrêmes et des conditions environnementales dures, aussi est-il facile de supposer qu’ils seront bien dans notre monde changeant, explique Monika Böhm, auteur principal de l’article publié par le journal Biological Conservation.

Toutefois, selon cette spécialiste, « beaucoup d’espèces ont des organismes hautement spécialisés en terme d’habitat et de conditions climatiques dont ils ont besoin jour après pour vivre. Cela les rend particulièrement sensibles aux changements environnementaux. »

La moitié des tortues d'eau douce sont menacées d'extinction

Les reptiles, ici un Atheris ceratophora de Tanzanie, sont prédateurs et proies ©Michele Menegon
Les reptiles, ici un Atheris ceratophora de Tanzanie, sont prédateurs et proies ©Michele Menegon
Tous les groupes de reptiles n’affrontent pas les mêmes menaces d’extinction. Ainsi les tortues d’eau douce sont-elles exposées à des risques particulièrement élevés. Si un tiers des reptiles d’eau douce sont proches de l’extinction, ce taux monte à 50% pour les tortues. Car non seulement les milieux aquatiques se réduisent comme peau de chagrin et subissent de nombreuses pollutions, mais les tortues sont l'objet d'un intense commerce national et international.

Comme toutes les espèces animales, les reptiles jouent un rôle dans les écosystèmes, en tant que prédateurs et proies. Il est donc urgent d’agir et de les intégrer dans des plans de conservation.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement