xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les reptiles en danger


Mardi 19 Février 2013


Souvent les reptiles vivent dans des milieux hostiles. Pour autant ils n’ont pas la peau aussi dure que l’on pourrait le croire : un animal sur cinq est proche de l’extinction dans le monde.




Le Ahaetulla nasuta vit en Asie ©Ruchira Somaweera
Le Ahaetulla nasuta vit en Asie ©Ruchira Somaweera
Ils sont apparus sur terre voilà quelque 300 millions d’années. Les uns sont aquatiques, les autres terrestres. Certains d’entre eux survivent dans des milieux si extrêmes que terriens les pensent invincibles. Et pourtant, ils ne le sont pas. Pire près d’un sur cinq de ces animaux sont en voie d’extinction.

Tortues, crocodiles, amphibiens, lézards et serpents, en dépit de leur histoire, les reptiles ne sont plus à la fête sur terre : leurs habitats changent tant et si bien que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme. Plus de deux cents d’entre eux ont étudié les risques d’extinction de 1500 reptiles pris au hasard dans le monde.

L'étude scientifique sonne l'alarme pour les reptiles

Le Goniurosaurus kuroiwae est une espèce endémique du Japon ©Hidetoshi Ota
Le Goniurosaurus kuroiwae est une espèce endémique du Japon ©Hidetoshi Ota
Leurs conclusions coordonnées par la Société zoologique de Londres et la Commission de survie des espèces de l’Uicn sont sans appel : 19% d’entre eux sont menacés d’extinction, 12% classés comme en danger critique, 41% en danger et 47 % vulnérable.

Trois espèces jusqu’ici classées en danger critique ont peut-être déjà disparu. L’un d’elles ne vit qu’en Bolivie, à 2500 mètres d’altitude. Existe-t-elle encore ? Elle ne montre plus son nez alors qu’à deux reprises, des recherches ont été réalisées, infructueuses.

« Les reptiles sont souvent associés à des habitats extrêmes et des conditions environnementales dures, aussi est-il facile de supposer qu’ils seront bien dans notre monde changeant, explique Monika Böhm, auteur principal de l’article publié par le journal Biological Conservation.

Toutefois, selon cette spécialiste, « beaucoup d’espèces ont des organismes hautement spécialisés en terme d’habitat et de conditions climatiques dont ils ont besoin jour après pour vivre. Cela les rend particulièrement sensibles aux changements environnementaux. »

La moitié des tortues d'eau douce sont menacées d'extinction

Les reptiles, ici un Atheris ceratophora de Tanzanie, sont prédateurs et proies ©Michele Menegon
Les reptiles, ici un Atheris ceratophora de Tanzanie, sont prédateurs et proies ©Michele Menegon
Tous les groupes de reptiles n’affrontent pas les mêmes menaces d’extinction. Ainsi les tortues d’eau douce sont-elles exposées à des risques particulièrement élevés. Si un tiers des reptiles d’eau douce sont proches de l’extinction, ce taux monte à 50% pour les tortues. Car non seulement les milieux aquatiques se réduisent comme peau de chagrin et subissent de nombreuses pollutions, mais les tortues sont l'objet d'un intense commerce national et international.

Comme toutes les espèces animales, les reptiles jouent un rôle dans les écosystèmes, en tant que prédateurs et proies. Il est donc urgent d’agir et de les intégrer dans des plans de conservation.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement