xoriburu.info
Les animaux de nos villes et campagnes

Les pottoks manifestent ce week-end


Jeudi 7 Mars 2013


Ce week-end, queues et crinières peignées, les pottoks se mettent sur leur trente et un. Leurs étalons défileront sous les yeux exercés des juges de deux concours nationaux au Pays Basque.




Cet hiver, les étalons ont concouru à la foire d'Espelette ©V.B
Cet hiver, les étalons ont concouru à la foire d'Espelette ©V.B
Miroir, mon beau miroir, dis moi qui est le plus beau... Sans doute pottoks et autres chevaux se regarderaient-ils avec indifférence devant une glace s’ils en avaient l’occasion. Mais leurs éleveurs ? A l’instar d’autres propriétaires d’animaux, Ils aiment confronter la beauté de leurs poulains. Samedi et dimanche, ils en auront l’opportunité. Samedi matin à Helette pour les pottoks de montagne.

Dimanche toute la journée au club hippique de Biarritz pour les étalons "sport". Les deux concours nationaux sont organisés sous l’égide de l’Association nationale du pottok.


Le pottok est une race primitive locale

Les pottoks manifestent ce week-end
Selon l’image d’Epinal, le pottok déambule dans les vertes montagnes basques, crinière au vent. Ce petit cheval en a vu passer des tempêtes : ses ancêtres foulaient déjà les Pyrénées voilà plus d’un million d’années. Ils auraient même résisté au climat très perturbé des dernières glaciations de la fin du quaternaire.

« Les découvertes préhistoriques faites dans les grottes de Sare, d'Oxocelhaya, d'Isturitz représentent des chevaux d'un type proche du Pottok actuel. Naturellement sa morphologie a évolué avec les conditions écologiques et historiques, mais personne ne conteste le fait que le Pottok, après tant d'années accroché à nos montagnes, constitue une race primitive locale » souligne l’Anp qui a pour mission de valoriser cette race reconnue par les Haras nationaux.

Les pottoks ont servi tous les destins : boucherie, exploitations minières, contrebande... entretien des montagnes et désormais sports équestres. C’est la raison pour laquelle il existe aujourd’hui deux profils reconnus de pottok : celui de montagne et celui de sport.


Descendu de sa montagne, le pottok est devenu de sport

Jeune pottok l'année dernière en concours à la foire d'Espelette ©V.B
Jeune pottok l'année dernière en concours à la foire d'Espelette ©V.B
« Le Pottok de "Montagne" est celui qui vit en libre parcours au moins 9 mois de l’année au Pays Basque sur les massifs de la Rhune, d’Arzamendi, de l’Urzuya et du Baïgura au sein d’un troupeau comportant juments, pouliches et étalon » explique l’Anp. Rustique, il mesure de 1,15 à 1,32 mètres au garrot.

Le pottok de prairie ou de sport est descendu de ses montagnes. Et de cette descente vers la civilisation humaine, ce cheval a grandi : sa taille oscille entre 1,20 et 1,47 mètres. Plus musclé, son galop emmène son cavalier dans de belles balades ou dans les carrières de dressage ou d’obstacle. Si les étalons approuvés sport peuvent saillir sur tout le territoire, ceux de montagne se consacrent aux seules juments du berceaux de la race...

Alezan, bai, noir ou pie, le pottok porte toutes les couleurs. Toutes ? Non en fait les robes grises sont écartées. Ce week-end est justement l’occasion de s’initier à leur beauté.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 8 Avril 2018 - 19:58 Les chats prennent la boîte à la Ficoba


Nouveau commentaire :
Twitter



Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016




Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement