xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les palombes ont passé le Pays Basque


Jeudi 31 Octobre 2013


Le vent du sud est tombé voilà quelques jours, la pluie qui a suivi a cessé, les palombes embusquées dans les Landes, en Dordogne... ont exploité l'éclaircie que leur offrait la météo pour franchir les cols du Pays Basque. Elles étaient des milliers ce matin à franchir le col de Lizarrieta et la redoute de Lindux.




Les palombes ont tirer profit de l'éclaircie pour franchir les Pyrénées ©V.B (photo illustration))
Les palombes ont tirer profit de l'éclaircie pour franchir les Pyrénées ©V.B (photo illustration))
« C'était grandiose ! Fabuleux ! Le ciel était rempli d'oiseaux. Je n'avais jamais vu ça ! » Douze heures après leur passage, Jean-François Terrasse n'en revient toujours pas. Dès 8 heures ce matin, les premiers vols de palombe ont pointé leur bec au-dessus du col de Lizarrieta. Et les oiseaux bleus ont empli l'horizon deux heures durant, soutenus par un léger vent de nord ouest.

Plus d'un million et demi de palombes ont franchi les cols basques

Les palombes ont profité d'une fenêtre de tir pour franchir les cols basques. Au col de Lizarrieta et à la redoute de Lindux, à Urrugne et au col d'Organbidexka, les observateurs de la LPO Aquitaine auront compté en tout plus d'un million et demi d'oiseaux. Des chiffres à affiner lorsque les comptages de la journée seront bouclés par les équipes (1).

« Les premières palombes devaient être bloquées dans les Landes à cent kilomètres de là, explique Jean François Terrasse témoin du merveilleux spectacle. Les autres en Dordogne...  »

Le Pays Basque attendait les palombes depuis quelques jours déjà. Les observateurs savaient qu'elles avaient passé le site de migration de Flavignac, situé à 25 km de Limoges. Depuis mi-octobre, plus de 700 000 pigeons ramiers, autre nom des palombes, avaient survolé les lieux. « Elles ont attendu que le vent du sud tombe » commente Jean-Paul Urcun, responsable de l'Observatoire régional de la migration des oiseaux- LPO Aquitaine.

« Nous avons vu très peu d'autres migrateurs » reprend l'observateur, la voix encore enthousiaste. Seul bémol : les salves nourries des postes de chasse attendaient les migrateurs. Les fusils sont à quelques mètres de là de l'autre côté de la frontière. Alors que le site attire beaucoup de spectateurs en ces temps de vacances automnales.


(1) Les observateurs de la LPO Aquitaine ont compté 80 000 palombes au col d'Organbidexka, 814 000 à la redoute de Lindux, 150 000 à Urrugne et 650 000 à Lizarrieta. Soit plus de 1 670 000 palombes ce jour-là.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

1 031 773 signatures contre les cages à poules

Une initiative citoyenne européenne lancée contre les cages en élevage a mobilisé jusqu'à ce jour plus d'un million de personnes. De quoi bientôt saisir l'Union européenne pour lui demander d'y mettre fin. Le Brexit menaçant, le Royaume Uni en a été écarté.

04/06/2019





Partager votre site



Recherche

La côte basque en images

La puce à l'oreille
30/05/2019

Coup de filet chez les pilleurs d'oiseaux

Les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage ont réalisé un joli coup de filet les 2 et 4 avril derniers dans le Nord : 21 verdiers d'Europe, 18 chardonnerets élégants, 12 linottes mélodieuses 10 sizerins flammés, 20 tarins des aulnes, 23 pinsons des arbres, 3 pinsons du Nord et 4 moineaux domestiques. Les 112 passereaux sauvages avaient été placés sous les barreaux par des particuliers peu scrupuleux qui n'avaient rien trouvé mieux que se servir chez dame Nature pour satisfaire leur soif d'euros. Ces oiseaux sont de fait le sujet d'un trafic bien organisé qui ira les exhiber dans des concours de chant ou de beauté « qui se déroulent principalement en Belgique. Les oiseaux, même ceux nés et élevés en captivité - dont la réglementation est plus souple - se reproduisent très mal. Le taux de survie est médiocre : au maximum 4 à 5 ans. D’où un turn over important. Les oiseaux sauvages capturés en nature alimentent toute la filière », explique l'ONCFS. Le trafic est juteux : 70 euros pour un chardonneret capturé dans son milieu. Le collectionneur doublera, voire triplera, la mise pour l'oiseau blanchi, avec une fausse bague homologuée. « Certains croisements permettent d’obtenir des spécimens très recherchés pour la qualité de leur chant ou pour leurs mutations. Les oiseaux « mutés » sont revendus entre 400 et 600 euros pièce pour les mutations courantes, et jusqu'à 1000 euros pour les plus rares. » Et pendant ce temps, les populations déclinent, de 40 % au plan national pour le chardonneret, de 80 % pour les effectifs nicheurs de la linotte mélodieuse en Nord Pas-de-Calais sur la période 1995 à 2014.



On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Téléchargement