xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les palombes ont passé le Pays Basque


Jeudi 31 Octobre 2013


Le vent du sud est tombé voilà quelques jours, la pluie qui a suivi a cessé, les palombes embusquées dans les Landes, en Dordogne... ont exploité l'éclaircie que leur offrait la météo pour franchir les cols du Pays Basque. Elles étaient des milliers ce matin à franchir le col de Lizarrieta et la redoute de Lindux.




Les palombes ont tirer profit de l'éclaircie pour franchir les Pyrénées ©V.B (photo illustration))
Les palombes ont tirer profit de l'éclaircie pour franchir les Pyrénées ©V.B (photo illustration))
« C'était grandiose ! Fabuleux ! Le ciel était rempli d'oiseaux. Je n'avais jamais vu ça ! » Douze heures après leur passage, Jean-François Terrasse n'en revient toujours pas. Dès 8 heures ce matin, les premiers vols de palombe ont pointé leur bec au-dessus du col de Lizarrieta. Et les oiseaux bleus ont empli l'horizon deux heures durant, soutenus par un léger vent de nord ouest.

Plus d'un million et demi de palombes ont franchi les cols basques

Les palombes ont profité d'une fenêtre de tir pour franchir les cols basques. Au col de Lizarrieta et à la redoute de Lindux, à Urrugne et au col d'Organbidexka, les observateurs de la LPO Aquitaine auront compté en tout plus d'un million et demi d'oiseaux. Des chiffres à affiner lorsque les comptages de la journée seront bouclés par les équipes (1).

« Les premières palombes devaient être bloquées dans les Landes à cent kilomètres de là, explique Jean François Terrasse témoin du merveilleux spectacle. Les autres en Dordogne...  »

Le Pays Basque attendait les palombes depuis quelques jours déjà. Les observateurs savaient qu'elles avaient passé le site de migration de Flavignac, situé à 25 km de Limoges. Depuis mi-octobre, plus de 700 000 pigeons ramiers, autre nom des palombes, avaient survolé les lieux. « Elles ont attendu que le vent du sud tombe » commente Jean-Paul Urcun, responsable de l'Observatoire régional de la migration des oiseaux- LPO Aquitaine.

« Nous avons vu très peu d'autres migrateurs » reprend l'observateur, la voix encore enthousiaste. Seul bémol : les salves nourries des postes de chasse attendaient les migrateurs. Les fusils sont à quelques mètres de là de l'autre côté de la frontière. Alors que le site attire beaucoup de spectateurs en ces temps de vacances automnales.


(1) Les observateurs de la LPO Aquitaine ont compté 80 000 palombes au col d'Organbidexka, 814 000 à la redoute de Lindux, 150 000 à Urrugne et 650 000 à Lizarrieta. Soit plus de 1 670 000 palombes ce jour-là.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 11 Juillet 2019 - 16:09 La huppe fasciée en goguette à Bibi


Nouveau commentaire :
Twitter


Diapo à la Une

Zoom

Le littoral basque voit rouge

Les orages ont renvoyé aux oubliettes l'alerte canicule sur le Pays Basque et donné un coup de balai aux mauvaises particules de nos cieux. Conséquences : la qualité de l'air vire au vert et l'océan voit rouge sur la côte.

26/07/2019




Partager votre site


On marche sur la tête !

Le coq n'était pas en pâte

On aurait bien aimé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info relayée par les média locaux vendredi ne serait ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour en arracher la tête... lors d'un repas de fêtes. Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, réprésentant de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.



La puce à l'oreille
11/08/2019

Article n°1314

On aurait bien ailé croire à une fake news, un montage vidéo, mais il va falloir se rendre à l'évidence l'info reprise par les média locaux n'est ni l'une ni l'autre. Un jeune pilotari croquant dans le cou d'un coq bien vivant pour le décapiter... Le jeune homme contacté par Mediabask « dit assumer son erreur et être conscient de son mauvais geste ». C'est Daniel Raposo, référent de la Fondation Brigitte Bardot Pyrénées-Atlantiques qui a levé le lièvre. La fondation doit porter plainte pour acte de cruauté sur animaux. Un acte passible de 30 000 euros d'amende et deux ans de prison.


Recherche

La côte basque en images


Inscription à la newsletter

Téléchargement