xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les palombes ont passé le Pays Basque


Jeudi 31 Octobre 2013


Le vent du sud est tombé voilà quelques jours, la pluie qui a suivi a cessé, les palombes embusquées dans les Landes, en Dordogne... ont exploité l'éclaircie que leur offrait la météo pour franchir les cols du Pays Basque. Elles étaient des milliers ce matin à franchir le col de Lizarrieta et la redoute de Lindux.




Les palombes ont tirer profit de l'éclaircie pour franchir les Pyrénées ©V.B (photo illustration))
Les palombes ont tirer profit de l'éclaircie pour franchir les Pyrénées ©V.B (photo illustration))
« C'était grandiose ! Fabuleux ! Le ciel était rempli d'oiseaux. Je n'avais jamais vu ça ! » Douze heures après leur passage, Jean-François Terrasse n'en revient toujours pas. Dès 8 heures ce matin, les premiers vols de palombe ont pointé leur bec au-dessus du col de Lizarrieta. Et les oiseaux bleus ont empli l'horizon deux heures durant, soutenus par un léger vent de nord ouest.

Plus d'un million et demi de palombes ont franchi les cols basques

Les palombes ont profité d'une fenêtre de tir pour franchir les cols basques. Au col de Lizarrieta et à la redoute de Lindux, à Urrugne et au col d'Organbidexka, les observateurs de la LPO Aquitaine auront compté en tout plus d'un million et demi d'oiseaux. Des chiffres à affiner lorsque les comptages de la journée seront bouclés par les équipes (1).

« Les premières palombes devaient être bloquées dans les Landes à cent kilomètres de là, explique Jean François Terrasse témoin du merveilleux spectacle. Les autres en Dordogne...  »

Le Pays Basque attendait les palombes depuis quelques jours déjà. Les observateurs savaient qu'elles avaient passé le site de migration de Flavignac, situé à 25 km de Limoges. Depuis mi-octobre, plus de 700 000 pigeons ramiers, autre nom des palombes, avaient survolé les lieux. « Elles ont attendu que le vent du sud tombe » commente Jean-Paul Urcun, responsable de l'Observatoire régional de la migration des oiseaux- LPO Aquitaine.

« Nous avons vu très peu d'autres migrateurs » reprend l'observateur, la voix encore enthousiaste. Seul bémol : les salves nourries des postes de chasse attendaient les migrateurs. Les fusils sont à quelques mètres de là de l'autre côté de la frontière. Alors que le site attire beaucoup de spectateurs en ces temps de vacances automnales.


(1) Les observateurs de la LPO Aquitaine ont compté 80 000 palombes au col d'Organbidexka, 814 000 à la redoute de Lindux, 150 000 à Urrugne et 650 000 à Lizarrieta. Soit plus de 1 670 000 palombes ce jour-là.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement