xoriburu.info
Les animaux entre ciel et terres sauvages

Les palombes à tire-d'aile


Mardi 1 Novembre 2011


Merveille des yeux hier dans les cieux de la côte basque. Des vagues successives d’oiseaux ont ondoyé au-dessus de nous. Cent, mille, cent mille… En fait plus de 500 000 palombes ont survolé les lieux, le bec tourné vers le sud.




Minuscules points noirs dans le ciel nuageux du 31 octobre
Minuscules points noirs dans le ciel nuageux du 31 octobre
Les yeux se sont affolés hier dans la matinée. Dans le ciel basque des nuées de points noirs sur les nuages gris qui paressaient dans le ciel bleu. Ces nuées venaient du nord, au delà de l’Adour. Puis ils se sont rapprochés, et une fois au dessus de nos têtes, leurs ailes et leurs corps se sont distingués pour se fondre à nouveau en d’autres nuées, plus au sud. Cent, mille, cent mille… Impossible de compter au regard néophyte.

En fait ce sont plus cinq cent mille pigeons qui ont survolé le Pays Basque. Plusieurs postes d’observation de leur migration postnuptiale existent sur la région. Le Gifs, Groupe d’investigations de la faune sauvage, rapporte chaque soir sur son site les comptages d’Urrugne, de Sare, de Banca et d’Arnéguy. Dans le cadre du projet Transpyr, l’Observatoire régional de la migration des oiseaux-LPO Aquitaine relève le nombre de migrateurs sur deux sites basques, l’un au col d’Organbidexka et l’autre à la redoute de Lindux (Banca). Leur comptage apparait sur le site migraction.net.

Le 22 octobre dernier, les palombes ont longé les plages.
Le 22 octobre dernier, les palombes ont longé les plages.
C’est à Urrugne que le plus gros de la troupe est passé. Des palombes en fait. Les observateurs y ont compté hier 113 vols, rassemblant 497 423 individus. Parmi lesquels 59 000 oiseaux ont rebroussé chemin et n’ont donc pas franchi les Pyrénées. Dérangés par le vent léger du sud ? Par les tirs des chasseurs ?

Au col d’Organbidexka, plus à l’est au Pays Basque, les ornithologues ont observé hier 3348 pigeons migrateurs, espèce indéterminée, 6 pigeons colombins et 270 pigeons ramiers (80 ne passent pas).

Les palombes appartiennent à la famille des columbidés. Une famille qui rassemble 320 autres espèces de par le monde. Les palombes sont appelées aussi pigeons ramiers. Une espèce que les néophytes peuvent confondre avec le pigeon colombin et pigeon biset.



Les palombes se rassemblent pour leur migration postnuptiale
Les palombes se rassemblent pour leur migration postnuptiale
D’ou viennent ces vols de palombes ? Et où donc se rendent-ils ? Combien de battement d’ailes leur faut-il pour, chaque année, franchir des centaines de kilomètres ? Au printemps vers le nord de l’Europe. A l’automne vers le sud. L’homme ne connaît pas tout encore de ces phénomènes migratoires. Pour mieux les appréhender, le Gifs a débuté en 2009 un suivi par balise Argos. Huit oiseaux ont été équipés de cet instrument en 2009. Onze en 2011. Leurs observations ont montré que certains oiseaux passaient leurs quartiers de printemps et d’été en Pologne, Allemagne, République tchèque ou en France.

Les palombes occupent tout le territoire européen. Leur population rassemble entre 9 et 17 millions de couples reproducteurs selon les estimations de Birdlife. Plumage bleu gris. Poitrine rosâtre. Bec jaune et pattes roses. Les couples peuvent avoir jusqu’à trois couvées entre avril et septembre. Après une incubation d’une quinzaine de jours, ils nourrissent leurs oisillons, deux en général, de lait de pigeon la première semaine. Le lait, une particularité des pigeons.

Mâles et femelles sont parents nourriciers. Dans leur jabot respectif, leur organisme fabrique du lait composé à 60% de protéines et 40% de lipides. A l’encontre du lait de vache, cette substance ne contient pas de glucides. Après quelques jours de cette alimentation spécifique, les parents introduisent des végétaux, des insectes…dont adultes, les oisillons se nourriront. Incroyable nature.

Virginie Bhat


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 10 Avril 2016 - 17:07 Des hirondelles survolent le lac Mouriscot


Nouveau commentaire :
Twitter


Zoom

Que faire en cas d'échouage de phoques ou d'oiseaux marins ?

La tempête pointe son nez. Les vents et la houle pourraient malmener certains oiseaux ou jeunes phoques. S'ils venaient à échouer sur les plages, des spécialistes sont là qui aideront à leur porter secours.

06/02/2016





Partager votre site



La puce à l'oreille
04/01/2018

Coup de chapeau : Hegalaldia a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux en 2017

Les tempêtes ne font pas de cadeau aux océans et leurs habitants. Carmen n'a pas dérogé à la méchante règle : elle a laissé sur le rivage biarrot un Guillemot de Troïl pour le premier jour de l'année. Certes l'oiseau était encore vivant mais blessé par les rochers de la plage sur lesquels les vagues l'ont jeté. Heureusement un passant passait par là et ramena le naufragé au centre de sauvegarde de la faune sauvage Hegalaldia. Un centre qui a terminé l'année deux mille dix sept sur les chapeaux de roue : il a accueilli deux mille cent quatre-vingt-neuf animaux ! Un nouveau record. Oiseaux marins, oiseaux des forêts ou des villes, petits mammifères... l'équipe n'a pas baissé les bras encore une fois. Chapeau. Espérons que les conditions climatologiques reviennent à plus de calme. Les oiseaux de l'océan se souviennent encore de la tempête Qumaria en 2014.




On marche sur la tête !

Souffrance animale : la face dévoilée de la recherche agricole aux Etats-Unis

Des veaux malformés, des agneaux affamés, des porcelets écrasés par leurs mères difformes... outre-Atlantique, la recherche agricole est secouée par une vague de scandales où les animaux ont connu l'horreur.


Inscription à la newsletter

Recherche

Téléchargement